Spécial Marketplace: The Economy, Reset

Mise à jour (14 août 2020): Cette transcription a été mise à jour pour inclure davantage de l'histoire de Marsha Music.

Ce qui suit est une transcription révisée de «The Economy, Reset», une série spéciale du marché.


Kai Ryssdal: Il y a une partie d'une interview que j'ai faite il y a quelques mois avec Raphael Bostic, le président de la Federal Reserve Bank of Atlanta, à laquelle je continue de penser:

Raphael Bostic: Pour beaucoup de gens, le racisme systémique est tellement ancré dans tout ce que nous faisons à un niveau de base qu’ils ne le voient même pas. Ils ne le considèrent pas comme un inhibiteur structuré de la capacité des Afro-Américains à faire les choses que les autres peuvent faire sans poser de questions.

Ryssdal: Un «inhibiteur structuré». Et le racisme systémique que le reste d'entre nous «ne voit même pas».

George Floyd a été tué par la police le Memorial Day. Et depuis, nous avons demandé aux gens de «Marketplace», aux personnes qui étudient, enseignent et vivent l'expérience des Noirs dans cette économie, ce que cela signifie pour eux:

Isabel Wilkerson: Il nous faudra tous nous rassembler pour guérir d'un système de castes, une hiérarchie en vigueur depuis des centaines d'années.

Gary Hoover: Ma mère était la personne la plus travailleuse que j'aie jamais vue. Et elle a dit: «Hé, tu sais quoi? Si vous travaillez dur, vous allez progresser dans la vie. » Et cela n'est jamais arrivé pour nous. Nous avons toujours lutté.

Dorothy Brown: Si vous voulez une économie inclusive, vous devez faire face à l'égalité raciale et vous devez recommencer.

Ryssdal: C’est l’auteur Isabel Wilkerson, lauréate du prix Pulitzer, l’économiste Gary Hoover et l’avocate et professeure Dorothy Brown, qui nous ont amenés à cette heure.

Après 400 ans, que faudra-t-il pour commencer à mettre fin au racisme systémique qui est si ancré dans cette économie? Une conversation sur la voie à suivre pour créer une économie qui fonctionne pour tout le monde: l'économie, réinitialisez.


Ryssdal: La valeur nette d'une famille blanche typique en Amérique est près de 10 fois supérieure à celle d'une famille noire typique. La pandémie n'a fait que creuser ce fossé économique racial, et les entreprises appartenant à des Noirs sont presque deux fois plus susceptibles de fermer leurs portes que les petites entreprises en général.

Teo Hunter et Beny Ashburn, co-fondateurs de Crown and Hops. Photo gracieuseté de Beny Ashburn
Beny Ashburn, à gauche, et Teo Hunter (avec l'aimable autorisation d'Ashburn)

Beny Ashburn et Teo Hunter, les cofondateurs de Crowns & Hops Brewing Co., tentent de corriger ce racisme économique systémique dans le domaine de la bière artisanale. Je les ai rencontrés sur Market Street à Inglewood, en Californie, une ville à prédominance noire et latine à Los Angeles. Ils prévoient de construire la première brasserie appartenant à des Noirs d’Inglewood dans le cadre de leur mission plus large d’amener plus de Noirs dans le monde de la bière artisanale.

Ryssdal: Donc, la première chose que nous devons faire est que j'ai besoin que vous vous présentiez. Dites-moi qui vous êtes et ce que nous faisons ici.

Teo Hunter: Oui, je m'appelle Teo Hunter. Je suis chef des opérations de brassage et COO pour Crowns & Hops Brewing Co.

Beny Ashburn: Bonjour, je m'appelle Beny Ashburn. Je suis le PDG de Crowns & Hops Brewing Co.

Ryssdal: Comment avez-vous décidé qui deviendrait PDG et qui deviendrait COO?

Chasseur: Elle l'a fait.

Ashburn: Je veux dire, en quelque sorte. Mes compétences, exactement ce que j'ai fait en affaires, se prêtent davantage à une sorte d'organisation, dans les coulisses, à faire avancer les choses, et Teo est vraiment le cœur et l'âme et la bière de la marque.

Chasseur: Ouais, sans aucun doute, elle est l'élan. Et je pense, encore une fois, au point de vue de son passé, et juste je pense que le fait que peu de gens dans la bière artisanale aient vu une femme noire aussi forte en tête, c'était une occasion parfaite non seulement de souligner ce qu'elle a toujours fait. , mais que, vous savez, elle continuera à faire dans cette industrie.

Ryssdal: Ouais. Nous devons dire ici que je veux dire, la raison pour laquelle nous sommes ici est que peu de gens dans le secteur de la brasserie artisanale ont vu des Noirs forts, point final. C’est pourquoi vous faites ce que vous faites.

Ashburn: Oui. 100%.

Ryssdal: Dites-en plus.

Chasseur: Je veux dire, il s’agit – pour nous et ce sur quoi nous avons vraiment pu nous joindre – c’est absolument une question d’équité raciale. Vous savez, je pense que dans une industrie de la bière artisanale avec plus de 7 500 brasseries, vous savez, moins de 1% appartiennent à des Noirs. Une grande partie de ce que nous avons fait au départ était simplement de nous battre pour que notre reflet soit présent dans des brasseries qui étaient pour la plupart situées dans des quartiers noirs et bruns. Et, vous savez, alors que nous poursuivions notre voyage, nous avons réalisé qu'il y avait une autre opportunité, qui était de devenir propriétaires de cet espace.

Ryssdal: Je veux parler de cette situation géographique, parce que vous voulez vraiment être à Inglewood pour les gens qui vivent à Inglewood. Ce n'est pas la façon dont cela fonctionne habituellement, c'est que les brasseries artisanales vont dans un endroit en détresse ou mal desservi et que les Blancs viennent.

Hunter et Ashburn: Endroits noirs ou bruns.

Ryssdal: Ouais.

Ashburn: Je pense que ce qui est formidable à propos d'Inglewood, c'est qu'en ce moment, vous ressentez toujours la culture de ce qu'Inglewood a toujours été, qui a été une communauté très brune et noire. Et je pense qu'en venant ici spécifiquement alors qu'Inglewood change, nous voulions revenir et racheter le bloc, disent-ils. C’est un peu le terme qu’ils utilisent, et –

Chasseur: Cri Nipsey Hussle.

Ashburn: Nipsey Hussle. Et représentez la culture qui est ici et montrez des visages, des propriétaires de spectacles parlant de l'équité raciale comme Teo l'a mentionné, et soyez vraiment ici pour nous représenter.

Hunter, à gauche, et Ashburn à l'intérieur du Miracle Theatre à Inglewood, en Californie. (Avec l'aimable autorisation d'Ashburn)

Ryssdal: Parlons de l’espace physique et du rachat du bloc. Nous voici sur Market Street à Inglewood en face du Miracle Theatre. Vous avez pris des photos publicitaires assis au sommet du chapiteau ici, ce que j'aime un peu.

Chasseur: Criez à Owen.

Ryssdal: C'est bien. Ce sont de superbes clichés. Mais regardons autour de nous, et jouons donc ceci. Disons que vous avez cet espace là, non? Michael’s School Uniforms dit que nous cherchons à fermer et que vous obtenez cet espace. À quoi cela ressemble-t-il si Crowns & Hops y installe sa salle de bain? Que se passe t-il ici?

Ashburn: Je pense que tout ce qui se passe ici grandit et s'élève en quelque sorte. Il y a beaucoup d'entreprises appartenant à des Noirs, je pense, sur ce bloc en ce moment. Et je pense que ce que cela pourrait montrer, c'est que nous sommes ici et que nous pouvons acheter dans notre communauté. C'est un exemple de ce que d'autres personnes pourraient faire que beaucoup de gens ne comprennent pas, que la propriété est une option pour eux.

Chasseur: Et je pense aussi que ce que nous apportons en termes d'amener une brasserie dans cette communauté, c'est que nous montrons également que nous pouvons avoir les mêmes entreprises dans nos propres quartiers qui ne sont généralement pas actuellement sur le marché. [Street]. Il n’ya pas beaucoup d’endroits où vous pouvez vous asseoir avec votre famille et prendre un repas. Il n'y a pas beaucoup d'endroits où vous pouvez avoir une réunion d'affaires en dehors des nouvelles entreprises qui arrivent. Donc, ce que vous vivez actuellement, en particulier avec les entreprises qui viennent ici, c'est que nous n'apportons pas seulement de nouvelles affaires, nous apportons de nouveaux types d'entreprises. Et je pense qu'il est vraiment important, vous savez, que les gens comprennent que les affaires noires n'ont pas besoin de ressembler à une seule chose. Cela peut ressembler à une brasserie, cela peut ressembler à un café. Cela peut ressembler à un salon, cela peut ressembler à un espace de coworking. Vous savez, je pense que ce sont les choses que nous encourageons pour aider les gens à comprendre que nous pouvons avoir un écosystème noir prospère sur le plan économique.

Ryssdal: C’est tellement intéressant. L'idée d'entreprise noire peut être n'importe quelle entreprise. Cela semble tellement évident.

Chasseur: Cela fait. Mais je pense que les gens préfèrent ne nous voir que comme un seul type d'entreprise. Un salon de coiffure –

Ashburn: Un magasin de vêtements ou un salon de coiffure.

Chasseur: Ouais, et je ne veux offenser aucune de ces entreprises, mais je pense que ce que nous commençons à voir, vous savez, Beny et moi avons tous les deux fréquenté des HBCU, et vous savez, aller dans un [historically black college or university], vous êtes mis au défi de repousser les limites, d’être innovant. Et je pense que vous allez commencer à voir au cours de l’année prochaine à deux ans une grande partie de cette innovation qui revient dans ces quartiers noirs et bruns d’où nous venons.

Ryssdal: Vous comptez également sur l’argent noir. Vous voulez des bailleurs de fonds noirs pour cela. Pourquoi?

Ashburn: Je pense qu'il était important, dans le cadre de ce que Teo disait, de créer cet écosystème de propriété noire, d'investisseurs noirs, d'argent noir et de racheter dans votre communauté.

Chasseur: Et soyons honnêtes, il y a une tonne de actionnaires blancs.

Ashburn: Ouais.

Chasseur: Vous savez, nous avons pensé qu'il serait incroyable de faire en sorte que l'équité reste au sein des familles noires, des propriétaires noirs. Vous savez, je pense qu'il y a un thème commun en ce qui concerne spécifiquement les propriétaires qui sont de cette région – je suis né à l'hôpital Centinela juste au coin de la rue – pour s'assurer que la propriété reste dans cette communauté est aussi, vous savez, la confirmation que l'argent reviendra et sera distribué plutôt que d'être acheminé vers une zone dans laquelle les investisseurs ou les parties prenantes, les parties prenantes du capital pourraient ne pas vivre. Vous savez que c'est le problème.

Ryssdal: Ce dont nous n’avons pas parlé: pourquoi la bière?

Chasseur: Parce que c'est délicieux. Es-tu sérieux?

Ryssdal: Écoutez, vous parlez à un converti ici. Vous n’avez pas à me vendre. Quiconque écoute ce programme le sait. Qu'est-ce qui a fait de la bière la chose qui vous a donné cette mission? C'est ca le truc.

Chasseur: Ouais, je veux dire, eh bien, réfléchis-y. La bière est un luxe abordable. Et quand vous avez une boisson ou un produit qui peut dépouiller toute la prétention, tous les BS auxquels vous pourriez faire face, tout dans votre vie respective, votre famille, quel que soit le cas, et profitez de ce moment où vous pouvez célébrer la vie et les choses qui vous rendent heureux. C’est comme un super bon PSA pour la bière, non?

Ashburn: C'est un bon PSA pour la bière.

Chasseur: Mais vous savez, c’est phénoménal. Et encore une fois, ce que nous n’avons pas vu, c’est la contribution des personnes de couleur à la bière artisanale. Vous savez, je veux dire, si vous pensez que cette chose est l'une des boissons les plus anciennes de la planète, et que je viens de découvrir, vous savez, il y a environ un an que mon arrière-arrière-arrière-grand-mère – trois, non?

Ashburn: Oui, trois.

Chasseur: – était un brasseur. Tu sais pourquoi la bière? Parce que nous pensons qu'il y a une énorme opportunité pour la culture noire, pour la culture brune d'y être représentée. Et il résiste à l'épreuve du temps. Et c’est délicieux.

Ryssdal: Merci à vous deux. Merci beaucoup. J'apprécie vraiment cela. Bonne chance avec tout ça. Je pense que c'est cool.

Ashburn: Je vous remercie. Étaient excités.


Ryssdal: Nous avons commencé cette heure avec une question: que faudra-t-il pour commencer à mettre fin au racisme systémique qui est si ancré dans cette économie?

Michelle Holder: Je suis donc originaire de New York, j'ai grandi à New York.

Janelle Jones: La façon dont j'ai vécu l'économie, comment j'en suis venu à étudier l'économie est ancrée dans, vous savez, le fait de voir ma mère, mes tantes et ma grand-mère et comment leur expérience de l'économie a vraiment eu des effets qui se sont répercutés sur notre famille, notre communauté, à travers notre société.

Titulaire: À l'époque où je grandissais, les seuls Blancs que vous ayez vus dans la communauté étaient des policiers, des enseignants ou des travailleurs sociaux. C'était ça.

Jones: Ma mère travaillait chez McDonald, elle avait de bas salaires, elle n’avait pas d’avantages sociaux, pas d’assurance maladie, elle avait du mal, vous savez, à me faire garder ses enfants.

Titulaire: Et franchement, c’est ce qui m’a conduit dans la discipline de l’économie. J'essayais de comprendre –

Jones: En quoi la façon dont les femmes noires sont traitées dans une économie signifie-t-elle qu’elles sont séparées et qu’elles durent souvent dans de nombreux indicateurs?

Titulaire: – pourquoi le pays était si ségrégé racialement.

Ryssdal: C'était Janelle Jones, directrice générale de la politique et de la recherche au Groundwork Collaborative, et Michelle Holder, professeure adjointe d'économie au John Jay College de la City University de New York.

Nous y reviendrons plus tard dans l'heure, mais d'abord, nous allons revenir en 2016 pour un voyage de reportage que nous avons effectué dans le delta du Mississippi pour un projet sur la race, la pauvreté et la mobilité économique, dans une petite ville appelé Cleveland, Mississippi, où nous avons rencontré Chiquikta Fountain et son fils Maurice.

Chiquikta Fountain et son fils Maurice chez eux à Cleveland, MS en 2016 (Crédit: Marketplace)
Chiquikta Fountain et son fils Maurice chez eux à Cleveland, Mississippi, en 2016. (Marketplace)

Cleveland est l'une de ces villes du sud où l'argent est acheminé vers certains endroits et pas vers d'autres, et où des opportunités existent pour certains, mais pas pour d'autres.

Fountain a vu cela chaque jour dans son travail pour un groupe de services à la jeunesse:

Ryssdal: Que vous disent-ils sur leurs opportunités ici?

Fontaine Chiquikta: Fondamentalement, qu'il n'y en a pas. Que s'ils restent ici, ils se sentent pris au piège. Que s’ils choisissent d’aller à l’école et détiennent un diplôme universitaire, il n’ya aucune garantie qu’ils obtiendront un emploi une fois qu’ils auront obtenu leur diplôme, alors ils choisissent de partir.

Ryssdal: Cela est resté dans l’esprit de Chiquikta. À tel point qu'elle voulait partir et trouver sa chance ailleurs. Et Maurice aussi.

Ryssdal: Où vous voyez-vous dans 10 ans?

Maurice: Juste n'importe où ailleurs ici. Comme, il y a beaucoup d'endroits qui sont bien meilleurs que Cleveland. Ils ont comme les petits autocollants de pare-chocs comme, "Keep Cleveland Boring".

Ryssdal: Ouais, je l’ai vu. Vous ne voulez pas être ennuyeux.

Maurice: Je veux quelque chose qui retienne mon attention.

Ryssdal: Eh bien, nous y voilà, quatre ans plus tard. Chiquikta est maintenant le directeur exécutif d'une organisation communautaire à but non lucratif appelée Delta Hands for Hope. Et pendant que nous mettions cette heure ensemble, sur les Noirs dans cette économie et leurs opportunités, nous avons pensé que nous devions la ramener au téléphone.

Ryssdal: Chiquikta Fountain, c'est si bon de vous reparler.

Fontaine Chiquikta: De même, merci beaucoup de m'avoir à nouveau invité.

Ryssdal: Parlez-moi de vous pendant une minute. Vous avez maintenant un travail différent de celui que vous aviez il y a quatre ans. Vous travaillez dans une organisation à but non lucratif sur la communauté. Et c’est en partie pour cette raison que je voulais vous rappeler au téléphone. Quel impact la pandémie a-t-elle eu sur vous? Je veux dire, vous allez de l'avant, nous essayons tous, mais, allez, en laiton, comment ça va?

Fontaine: Oui, cette situation n’a fait qu’exacerber un problème qui prévalait déjà dans notre communauté au départ, c’est la pauvreté et l’état d’esprit de pauvreté. Et pour voir comment cette pandémie a, en premier lieu, déscolarisé les enfants, elle a modifié leur mode de vie, la manière dont ils reçoivent une éducation. Et beaucoup de nos familles dépendent fortement des écoles, non seulement pour l'éducation, mais aussi pour la nourriture. Cela a donc été vraiment difficile de travailler avec une communauté qui est tellement habituée à ne pas recevoir d'amour et de soutien. Donc, c'est une question vraiment chargée Kai. Et j'espère que je vous ai donné une réponse assez décente. Mais c’est beaucoup. C’était beaucoup.

Ryssdal: Ouais. Alors regardez, vous m'avez donné une bonne réponse. Mais je vais vous revenir avec une autre question chargée. Et c'est un peu plus grand, mais votre communauté est, je suppose, massivement noire, n'est-ce pas? Il est extrêmement pauvre. Il est, comme vous l'avez dit, habitué à avoir de l'amour et de l'attention. Est-ce que ce moment avec Black Lives est important – et l'attention que reçoit la communauté noire de ce pays – est-ce que vos clients et les personnes que vous aidez ressentent cela de manière positive? Ou est-ce une chose qui se passe et ils doivent traverser l'homme ordinaire et me laisser tranquille?

Fontaine: Absolument. C’est absolument tout. Parce que nous vivons dans une région du Mississippi qui est, vous savez, où la richesse est détenue par un certain secteur de la population. Et c’est quelque chose que nous voyons au quotidien, vous savez, quand vous sortez de chez vous, vous voyez que la majorité de notre paysage est consacrée à l’agriculture. Mais la majorité de nos agriculteurs, grands agriculteurs, qui possèdent la terre sont blancs. En ce qui concerne les entreprises qui appartiennent et la facilité avec laquelle quelqu'un peut accéder à une maison. Vous voyez cela d'une autre communauté qui ne ressemble pas nécessairement à la vôtre. C'est donc quelque chose pour lequel nous nous battons constamment, pour, vous savez, même en ce qui concerne le fait d'être vu, d'être entendu. Et c'est quelque chose que nous prenons – et quand je dis nous, je veux dire moi-même et cette organisation – que nous prenons à cœur, que nous sommes vraiment déterminés à donner une voix à nos enfants.

Ryssdal: Parlons donc des jeunes et parlons de vos jeunes. Votre fils Maurice, qui n'est clairement que votre joie, vous pouvez l'entendre dans votre voix. La dernière fois, la dernière fois que nous y étions, il avait 13 ans ou quelque chose comme ça. Il va être un lycéen maintenant. Apparemment, il est athlétique et intelligent et veut aller ailleurs. Lorsque nous étions là-bas en 2016, vous avez dit tous les deux que vous parliez de quitter le Delta pour de meilleures opportunités. Et il a dit: "Ouais, je veux sortir d'ici." Et il semble que maintenant, ce qui s'est passé, c'est que vous vous êtes réinvesti dans votre communauté où vous êtes. Et je suppose que ce que je veux savoir, c’est ce que pense Maurice? Parce qu'il est à un point de décision maintenant, ou le sera bientôt.

Fontaine: Absolument. Et pour être honnête avec vous, en ce qui concerne l'université, il veut toujours partir. Mais quand je vous ai parlé en 2016, j'étais tellement – je n'étais pas content de beaucoup de choses qui se passaient, en ce qui concerne ma carrière et où je pensais que je devrais être, et où je voulais aller dans mon la vie. Donc, j'ai dû me réconcilier et voir où j'étais comme un obstacle ou comme une opportunité. J'ai donc décidé de commencer à y voir une opportunité. Et à partir de là, je me suis donné pour mission de responsabiliser chaque jeune mère qui avait un jeune enfant, qui voulait retourner à l'école, qui voulait changer d'emploi ou qui voulait trouver des moyens de faire du bénévolat et de s'engager davantage dans sa communauté. Et j’ai commencé à emmener Maurice avec moi lorsque j’ai commencé à sortir et à faire des engagements communautaires, en l’impliquant davantage dans sa communauté et dans ce qui se passe. Et ne pas dire que ces choses ont changé ou changé, vous savez, ses souhaits, ou vous savez, ses désirs de partir. Mais je, vous savez, lui insiste simplement sur l'importance de trouver qui il est et ce qu'il veut faire de sa vie, mais n'oubliez jamais comment il peut utiliser ces expériences et qui il est, ce voyage, pour aider quelqu'un d'autre .


Ryssdal: Alors que nous entrons dans ce segment suivant, je veux revenir sur quelque chose que Chiquikta Fountain a dit il y a une minute.

Fontaine: J'ai dû me réconcilier avec moi-même et voir où j'étais comme un obstacle ou comme une opportunité. J'ai donc décidé de voir cela comme une opportunité.

Ryssdal: Nous avons entendu très brièvement plus tôt, deux personnes qui réfléchissent aux obstacles et aux opportunités dans cette économie depuis longtemps. Et nous allons leur revenir maintenant pour leur expliquer quelque chose de compliqué, mais d’important. Le premier debout?

Jones: Janell Jones, directrice générale des politiques et de la recherche à [The] Collaboratif de terrain.

Ryssdal: Et le professeur Michelle Holder du John Jay College de la City University de New York.

Michelle Holder: Veuillez m'appeler Michelle, seuls mes étudiants doivent m'appeler Orofessor Holder.

Ryssdal: C'est noté. Mais avoir une Michelle et une Janelle dans une histoire radiophonique pourrait être difficile, alors nous allons rester avec le professeur Holder.

Titulaire: Ah ok.

Ryssdal: Merci de votre compréhension.

Titulaire: Sûr.

Ryssdal: Ces deux femmes se connaissent d'ailleurs. En fait, ils ont récemment publié un article ensemble sur les femmes noires et le COVID-19.

Mais comme vous l’avez entendu plus tôt, comment les femmes noires se débrouillent dans cette économie, ce n’est pas seulement quelque chose que ces deux étudient, c’est quelque chose qu’elles vivent.

Titulaire: Je suis une femme noire. Je suis une femme noire et j'ai en fait été confrontée à un problème d'écart salarial.

Ryssdal: Le professeur Holder travaillait dans un organisme à but non lucratif, il y a des années.

Titulaire: Et j'avais un collègue blanc et une collègue blanche, et j'ai remarqué que j'étais payé cinq à dix mille dollars de moins.

Michelle Holder, gracieuseté de Michelle Holder
Michelle Holder (courtoisie)

Ryssdal: Elle a négocié une augmentation et a fini par rester dans l'entreprise pendant un certain temps, mais elle sait également qu'elle n'est pas la seule femme noire à avoir une histoire de gagner moins que ses collègues blancs.

En 2019, les femmes noires gagnaient environ 62 cents par dollar par rapport aux hommes blancs.

C’est en partie à cause des types d’emplois que les femmes noires ont tendance à occuper, de l’éducation qu’elles ont tendance à avoir, ainsi que de la discrimination et des préjugés auxquels elles ont tendance à faire face.

Et pendant les récessions, les femmes noires ont été parmi les plus durement touchées et les dernières à en bénéficier lorsque la reprise commence. Elles sont également beaucoup plus susceptibles d’être le principal soutien de famille de leur famille par rapport à d’autres groupes de femmes.

Alors, des obstacles, non? L'idée avec laquelle nous avons commencé le segment?

Mais, des obstacles que Janelle Jones, au Groundwork Collaborative, voit comme une opportunité…

Jones: … Pour élaborer une politique économique meilleure et plus inclusive qui, je pense, rendra vraiment tout le monde meilleur.

Ryssdal: Et elle a ces trois petits mots, ce slogan qu’elle dit depuis un moment maintenant, pour résumer.

Jones: Meilleures femmes noires.

Ryssdal: Meilleures femmes noires.

Jones: Le meilleur des femmes noires est un cadre et une idéologie qui disent que nous devrions déplacer la vision du monde économique vers le centre et élever les femmes noires de manière à profiter au reste d'entre nous.

Ryssdal: En d'autres termes, si nous mettons en place l'économie de manière à ce que les femmes noires se portent bien, le reste d'entre nous en profite.

Jones: Le refus que je reçois souvent est, oh, eh bien, vous voulez juste que les femmes noires réussissent bien, alors que tout le monde vit dans la pauvreté. Et c'est comme, non, ce n'est pas vrai du tout, l'idée de Black Women Best est incroyablement inclusive car cela signifie écouter des gens qui ont des idées de solutions, qui pensent à l'économie différemment, qui la vivent différemment, qui aussi , en raison de la composition de notre société, ce sont souvent les soutiens de famille, qui sont souvent les chefs de famille. Centrer ce groupe de travailleurs est important à tout moment, mais particulièrement maintenant, alors que nous réfléchissons aux moyens de reconstruire l'économie d'une manière plus juste, équitable et inclusive compte tenu de la récession économique actuelle.

Ryssdal: Eh bien, en dire plus sur ce qui se passe si les femmes noires sont prioritaires? Que se passe-t-il dans le reste de l'économie?

Jones: Ouais. Ce que j’ai dit, c’est que, dans l’histoire de ce pays, il est impossible pour les femmes noires de bien se débrouiller, alors que tout le monde ne va pas bien. Quand nous disons que notre économie ne sera pas rétablie tant que les travailleurs noirs n'auront pas le plein emploi, cela signifie qu'une tonne d'autres groupes démographiques y sont déjà arrivés, parce que le chômage des Noirs est si élevé. Et je pense que centrer les femmes noires est un moyen idéal de le faire parce qu'elles sont à l'intersection du racisme systémique et de la misogynie que cela traverse vraiment et est ancré dans notre économie d'une tonne de façons et que différents groupes expérimentent définitivement, mais c'est vous savez, c'est cette intersection qui compte vraiment.

Ryssdal: Cette intersection où le préjugé racial rencontre le préjugé sexiste dont parle Janelle Jones? Ce n’est pas seulement anecdotique. C’est quelque chose que les économistes étudient et que Michelle Holder a quantifié.

Titulaire: C’est assez énorme.

Ryssdal: À quel point c'est énorme? Après une courte pause.


Ryssdal: Nous parlions il y a une minute… des obstacles auxquels les femmes noires sont confrontées dans cette économie. Plus précisément, le lieu où les préjugés raciaux rencontrent les préjugés sexistes.

Titulaire: J’ai écrit sur ce sujet et j’appelle cela le double écart.

Ryssdal: C’est à nouveau le professeur Michelle Holder au John Jay College de la City University de New York.

Titulaire: Les femmes noires ne sont pas seulement confrontées à l'écart salarial entre les sexes, car [do] la plupart des femmes dans l'économie américaine, mais les femmes noires sont également confrontées à un écart salarial racial.

Ryssdal: Une qui, rappelez-vous, elle a été expérimentée de première main.

Titulaire: J'ai remarqué que je recevais de 5 000 $ à 10 000 $ de moins.

Ryssdal: Mais elle voulait un moyen de regarder toutes ces expériences vécues par les femmes noires, toutes ces histoires qu'elles racontent sur le fait de gagner moins que ce que leurs collègues hommes blancs font, dans l'ensemble.

Titulaire: Alors je l'ai quantifié. Et l'estimation que j'ai faite – et je dois dire que c'est une estimation prudente – est d'environ 50 milliards de dollars par an.

Ryssdal: 50 milliards de dollars.

C’est le revenu que les femmes noires perdent chaque année par rapport aux hommes blancs ayant le même niveau d’instruction et occupant les mêmes types d’emplois.

Titulaire: Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une perte récurrente et involontaire non seulement pour les femmes noires, mais aussi pour la communauté noire au sens large aux États-Unis.

Ryssdal: Mais cet argent, les 50 milliards de dollars par an, ce n’est pas seulement la communauté noire.

Jones: Il y a cette idée que comme une marée montante soulève tous les bateaux.

Ryssdal: Janelle Jones de nouveau de The Groundwork Collaborative.

Jones: La marée montante du capitalisme, je suppose? Ce que je pense, vous savez, il y a des preuves à dire, pas tout à fait. Mais il y a beaucoup de preuves qui montrent que lorsque nous centrons les travailleurs qui sont généralement laissés pour compte, ceux qui sont généralement les derniers à se remettre de la récession, cela signifie que tout le monde s'en sort bien. C'est un peu comme le débat sur le salaire minimum en ce sens que, vous savez, lorsque vous augmentez le salaire minimum, à 7,25 $, les gens qui gagnent 7,50 $, 8,00 $, 8,50 $ reçoivent également une augmentation. C'est un peu comme, renverse les effets. Et je pense que c'est la même chose que nous voyons avec Black Women Best.

Janelle Jones, gracieuseté de The Groundwork Collaborative
Janelle Jones (avec la permission de The Groundwork Collaborative)

Ryssdal: Vous savez, c’est intéressant, vous dites «centre» et j’ai dit «prioriser» et évidemment le vôtre est beaucoup plus utile et pertinent pour ce qui doit se passer mais –

Jones: Ouais, tu sais, l’idée de «prioriser» est qu’il y a toujours autre chose qui se passe. [In] le monde actuel dans lequel nous vivons, nous avons un million de priorités à ce stade, n'est-ce pas? Nous avons une pandémie mondiale, nous avons des élections à venir, nous avons une récession économique, nous avons des soulèvements raciaux. Par exemple, l’idée qu’il existe une priorité plus importante que l’autre? Je ne sais pas. Je pense que «centrer» pour moi a du sens parce que c’est comme garder cette chose centrale alors que toutes ces autres choses font rage.

Ryssdal: Que pensez-vous, que doit-il réellement se passer? Par exemple, sur le plan politique, les femmes noires doivent être «centrées» dans cette économie. Qu'est-ce que c'est?

Jones: C’est une excellente question à laquelle je pense honnêtement que les gens ont peur de répondre car ce n’est pas facile. Le système du racisme systémique similaire et de la discrimination juste enracinée dans notre économie est – il est multiforme, il se renforce lui-même. J'imagine que si nous pouvions le décomposer, il le voudrait, se recréer. C’est tellement de choses à la fois. Vous savez, souvent quand les gens me demandent ce qu'ils veulent, ils veulent que je dise une chose, c'est du genre: «Oh, eh bien, si nous comblons l'écart de revenu racial, et que les femmes noires gagnent autant que les hommes blancs, ce sera parfait. " Et je ne pense pas que ce soit vrai, car nous avons un énorme écart de richesse raciale, nous savons que les femmes noires sont moins susceptibles d’être embauchées, elles sont moins susceptibles d’obtenir une promotion. Ce sont toutes ces choses qui interagissent, ce qui signifie qu’il n’y a pas de solution miracle, et cela signifie que c’est un vrai travail.

Ryssdal: Alors à quoi ressemble ce travail? C’est une partie de ce dont nous avons parlé cette heure-ci: essayer de bâtir une économie qui fonctionne pour tout le monde.

C'est le travail que font Janelle Jones et Michelle Holder, essayant de changer la conversation sur les travailleurs marginalisés, le travail de Teo Hunter et Beny Ashburn, de pénétrer la scène de la brasserie artisanale et le travail de Chiquikta Fountain dans le delta du Mississippi, tournant les obstacles. en opportunités pour la prochaine génération.

Mais Janelle Jones dit qu'en fin de compte, il faudra plus que leur travail pour apporter des changements durables.

Jones: Cela doit vraiment être une vraie conversation sur le pouvoir. Je pense que beaucoup de gens qui occupent des postes de pouvoir aiment vraiment être prêts à partager cet être, être prêts à le partager.

Ryssdal: Le pouvoir – et l'accès à celui-ci – à venir.


Fontaine Chiquikta: Vous devriez faire avancer ces personnes pour vous assurer qu'elles peuvent avoir une meilleure qualité de vie.
Michelle Holder:
Nous sommes tout à fait sensibilisés et conscients de la question de l'écart salarial entre les sexes.
Fontaine:
Mais au lieu de cela, vous préférez perpétuer cet état d'esprit institutionnalisé qui, simplement parce que vous êtes d'une certaine couleur, ne peut aller que si loin.
Titulaire:
Mais ce qui ne fait pas vraiment partie du discours, c’est que si vous creusez un peu plus loin, ce problème d’écart salarial s’aggrave pour les femmes de couleur.
Teo Hunter: Il s'agit absolument d'équité raciale dans cette industrie.
Beny Ashburn: Nous manquons vraiment de ces espaces pour les communautés de couleur.
Chasseur: Vous devez imaginer à quel point cela peut être difficile pour quelqu'un qui doit entrer dans un espace et être le seul.
Nela Richardson: Ces écarts raciaux ne concernent pas les gens, mais les lieux, les choses et les institutions.
Chasseur: Lorsque George Floyd a été assassiné, il est devenu ce message d'amplification de la voix noire. Nous avons également vu cela amplifier les initiatives des Noirs, les affaires des Noirs.
Richardson: Résoudre l’écart racial ne consiste pas à obtenir un diplôme universitaire, il ne s’agit pas d’acheter une maison. Il s’agit en fait de changer d’institution.

Ryssdal: Jusqu'à présent, nous avons eu beaucoup de voix au programme: Teo Hunter et Beny Ashburn, à propos de leur brasserie; Janelle Jones et Michelle Holder il y a une minute. Maintenant, une voix que vous avez déjà entendue sur Marketplace…

Nela Richardson est analyste principale et principale chez Edward Jones. Elle est également une habituée de nos émissions du vendredi. Et dans son travail d'économiste, elle a passé beaucoup de temps à réfléchir aux domaines où la politique affecte directement notre vie quotidienne. Donc, à la lumière de notre sujet d'aujourd'hui, réinitialiser cette économie, la rendre plus équitable – nous lui avons donné un appel.

Ryssdal: Nela, je suis ravi de vous parler à nouveau.

Nela Richardson: Je suis également ravi de vous parler.

Ryssdal: D'ACCORD. Donc, depuis toutes les années où vous êtes venu à l'émission vendredi, je ne vous ai jamais demandé, eh bien, il y a un tas de choses que je n'ai jamais posées, mais l'une d'entre elles est comment vous êtes devenu économiste. Donnez-moi la trame de fond de Nela Richardson.

Nela Richardson, économiste chez Edward Jones.
Nela Richardson, économiste chez Edward Jones. (Avec l'aimable autorisation de Richardson)

Richardson: Oh, la trame de fond. Ce n’est pas aussi intéressant que le film Marvel. Mais je suis allé à l’Université de l’Indiana dans l’intention de me spécialiser en sciences politiques, car c’est ce que vous faites. Et j'ai réalisé, quand je prenais mon premier cours d'économie, que j'aimais vraiment ça. Cela semblait expliquer le monde d'une manière qui me semblait logique.

Ryssdal: Alors faisons un autre pas en quelque sorte. Vous avez beaucoup travaillé dans votre carrière en économie du logement, n'est-ce pas? Vous étiez chez Freddie Mac pendant la période précédant le crash du logement, vous étiez chez Redfin pendant un moment. Le logement est souvent considéré, l'accession à la propriété en particulier, comme un moyen de niveler l'écart de richesse raciale et l'écart de revenu dans ce pays. Acceptez-vous cela?

Richardson: J'avais l'habitude de. Quand je suis entré dans le domaine en 2005, le logement était chaud. Et j'ai vraiment adhéré à l'idée que l'accession à la propriété était l'une des deux façons de créer de la richesse en Amérique. Pour la classe moyenne, c'était soit l'accession à la propriété, soit l'entrepreneuriat. As I went through that very, you know, turbulent period in the housing market, and in the subsequent years as I watched house prices along the east and west coast just take off, while many neighborhoods in the middle and many minority neighborhoods continued to languish, I realized that, you know, wealth creation through house price appreciation wasn’t going to be the solution for everybody.

Ryssdal: So what we’re trying to do in this program is figure out solutions. So if housing is not it, and not everybody can be an entrepreneur, what’s your chosen way to reduce, if not eliminate, the racial wealth gap in America?

Richardson: You know what that’s a question that I think is much easier to answer than it is to do. When you think about the drivers of the racial gap, those drivers are historical, right? They have a long, long, centuries-long history. And what we’re seeing in this moment, is a growing realization among not just the African American community, but all ethnicities that these racial gaps are not with people, they’re with places, and things and institutions. You know, I’ve quipped before and I do think this that it’s easier today to make money in the stock market. The reason why it’s easier to make money in the stock market is not just because the stock market is just growing leaps and bounds. It’s because a stock in Apple is the same for everybody. Because there is this institutionalized racism in America, the value — whether it’s in a house or in human capital — that African Americans bring to the economy is often discounted. And so, we got to figure out how to solve that discount.

Ryssdal: We do for sure and I agree, but to the point about the stock market, right, it is easier for your average white person in this economy to get the $3,000 that a share of Amazon costs than it is for the average Black person, right? So even getting entree to the stock market becomes racially challenging.

Richardson: Yeah, you’re chasing your tail in that argument. I understand you have to have something to invest in in the first place. And I get that, I get that. But what I saw during the housing crisis and you know, I live in a house, so I recommend it. I’m not anti housing by any stretch of the imagination. But what I saw is that people spend a lot of money on housing. But that house didn’t keep them from experiencing job loss. Wealth does that. I think the solution has to be really a focus on institutions, and how do you get people to care? It’s not by appealing to a moral issue. We can all agree, or most of us can agree, that racism is a bad thing. But it’s more than a moral issue. It’s an economic issue.

Ryssdal: When did you first come to realize that racism was systemic in this economy, and in this society?

Richardson: I think I was four when I hated my Black Barbie dolls, because I felt like they were less than. You know, it’s not something that you just wake up and you get a job and you realize it’s something that, at least for me growing up in rural Indiana, I knew it from day one. I value people and relationships. So this is not an indictment on any individual. It’s an indictment on a society that that continues to allow racial differences to be a detriment to well being. And so I think that is so pervasive now, that it’s inescapable. Even as a young child.

Ryssdal: Thanks, Nela, I really appreciate it.

Richardson: Je vous remercie. It’s pleasure to be with you.


Ryssdal: There are a lot of places in this economy where policy meets actual people. Nela talked about a couple of ’em, housing is of course a big one. But there’s another that’s arguably even bigger: Banking, and who has access to it.

That leads me to a guy by the name of Bill Bynum. He’s the CEO of Hope Credit Union in Jackson, Mississippi. He grew up in Jim Crow North Carolina, though…

Bill Bynum: When I was a kid, my grandmother took me to a credit union that was in the garage of the vice principal of our segregated school in North Carolina. Happened to be in a town called Bynum, which is probably named after someone who owned my ancestors. The Credit Union provided financial services for Black folks in the community that weren’t able to go to the local bank.

Bill Bynum, courtesy of Hope Credit Union.
Bill Bynum (Courtesy Hope Credit Union)

Ryssdal: Bill Bynum eventually made his way to Mississippi, where he kind of created the job he’s had ever since.

Bynum: I actually joined a church here in Jackson. And when I mentioned that I’d work with credit unions in North Carolina, the minister said that he had been working for a long time to try to address the need for an alternative to the payday lenders and check cashers that were in the neighborhood surrounding the church. And so before I knew it, my ministry was to start a credit union.

Ryssdal: That’s a good way to put it, that idea of your ministry being a credit union. Tell me about the communities to which you minister with Hope Credit Union.

Bynum: Well, the neighborhoods are predominately African American. And if you drive through many Black neighborhoods here in Jackson, or across the deep south, you’ll you’ll find plenty of payday lenders and check cashers, but unfortunately, not very many banks. When you have a bank in a community, you’re more likely to be able to get a loan, business loan or mortgage loan, and to have a place to go to when your tires are out to get a small dollar loan. In the absence of having a nest egg to fall back on or friends and family to borrow from, you go to where you can and too often that’s that’s a high-cost financial alternative.

Ryssdal: I’m not asking this the right way, but I think you’ll understand what I mean. How’s business for you, at Hope Credit Union? I mean, are you seeing a lot of customers now? Do they do they need and use your services?

Bynum: OK, I think in many ways we’re created to be a resource for people in a time of crisis. It’s certainly been the case now since after the pandemic, when you think about low-income communities and communities of color. You disproportionately have people who work in the retail and the service sector, and those have been the sectors that have been hardest hit, and we had to step in and do what we can do to provide a lifeboat.

Ryssdal: So let me back you out for a minute here and ask you a bigger-picture question. And it’s a question about Black capitalism, right? Because you are in the heart of a very specific piece of it. What is your sense of Black capitalism in this economy today?

Bynum: You know, Black capitalism is a critical part of closing the racial wealth gap. If you look at the wealth gap in America is typically $10 to $12 to $1 is what you typically hear. Well, but for Black entrepreneur, it closes to $3 to $1. It’s not where it should be. We should be equal, but $3 to $1 a lot better than $10 or $12.

Ryssdal: Are you hopeful in this moment, Mr. Bynum?

Bynum: I’m a masochistic optimist, I guess. We’ve, you know, we’ve been doing this work for a quarter century. And I am glad that more people are focused on closing these gaps. I have heard more conversations about racial justice, about economic opportunity, and about the role of minority depository institutions, quite frankly, in the past several weeks than I’ve heard in nearly four decades of doing this work, so I find reason for optimism in that.

Ryssdal: Mr. Bynum, thanks for your time, sir. I really appreciate it.

Bynum: Thank you, Kai.


Ryssdal: We started this hour in Inglewood, California, talking to Teo Hunter and Beny Ashburn about their plan to open up that city’s first Black-owned brewery — a business story, rooted in an economic place. There’s a reason they’re in Inglewood.

We’re gonna end on another story rooted in an economic place.

Marsha Music: My name is Marsha Music. And I am a writer. I call myself the Detroitist.

Detroit is such an amazing muscle. It is a city of transcendent strength, of ability, of work. And the traumas here have been so great.

My father was a man by the name of Joe Von Battle. He opened up a record store in 1945 on old Hastings Street, which was the main thoroughfare of an area called Black Bottom. That street was quite lively and dynamic, particularly in those days. People from nationalities everywhere came to live in Detroit. Detroit is a city of nations. And many of them began their sojourn in the Black Bottom area, particularly immigrants.

Marsha Music. Photo from the Collection of Marsha Music.
Marsha Music (Photo from the Collection of Marsha Music)

During that period of time, there were all manner of efforts at what they call “urban renewal,” including the freeway projects. Generally, the freeway systems were built through Black neighborhoods that were regarded as expendable or decayed, and not worthy of preservation. And Hastings Street was one of those streets that was obliterated by the development of the Chrysler Freeway. So in 1960, my father got the word that he would have to move.

I believe that that move from Hastings Street to the other area of town, the 12th Street area, marked a real shift in his disease of alcoholism. He was perhaps plunged into a certain kind of despondency.

Many of the entrepreneurs that were compelled to leave ended up becoming quite prosperous, that the move itself ended up being their springboard, whereas many of the Black entrepreneurs, particularly because they were restricted spatially and could not move to the suburban areas where these other entrepreneurs were able to plant themselves, did experience the ending of their businesses.

My father died in 1967, which is a mere seven years after the move from Hastings Street. The rebellion broke out, and this was 1967, and he was never the same after that. I always say he died that day when he walked back in his record store and that community had been really destroyed.

And so over the years, I began to write about my dad, because there was a kernel in me that remembered very well when I was a child just how dynamic my father really was. And I remember that record shop and what it really represented.

Joe Von Battle inside his record shop on Hastings Street. Credit: From the Collection of Marsha Music.
Joe Von Battle inside his record shop on Hastings Street in Detroit. (Photo from the Collection of Marsha Music)

Ryssdal: That kernel, those memories are eulogized, I guess is the word, in a new poem she wrote:

“Now look towards Ol’ Hastings Street
The place where folks would meet and greet
And businesses sprung up on all its blocks
An avenue of energy and wondrous musicality
And even my own father’s record shop.

So Hastings was the kind of place
Both hip and righteous had their space.
The sinners and the sanctified they lived.
Reverend C.L. Franklin hooped and squawed
And working girls walk past nightfall,
And House of Digs received all in the end.

Aretha Franklin with her dad
The hold they had was ironclad
On gospel fans that listened Sunday nights.
New Bethel Church the epicenter
My dad recorded them, remember?
And they all three were legends overnight.”

(Excerpt from “The Bottom, the Valley and Hastings Street — An Elegy in Rhyme” by Marsha Music )

Ryssdal: That was Marsha Music in Detroit, reading a few stanzas from her poem, “The Bottom, the Valley and Hastings Street — An Elegy in Rhyme.” And yes, you heard right, her dad, Joe Von Battle, was the guy who recorded the Rev. C. L. Franklin and his daughter, Aretha.

“The Economy, Reset” was produced by Nancy Farghalli, Andie Corban, Alli Fam, Maria Hollenhorst, Sean McHenry, Daisy Palacios and Bennett Purser.  Engineering and scoring by Drew Jostad, Daniel Ramirez and Ben Tolliday.

As a nonprofit news organization, our future depends on listeners like you who believe in the power of public service journalism.

Your investment in Marketplace helps us remain paywall-free and ensures everyone has access to trustworthy, unbiased news and information, regardless of their ability to pay.

Donate today — in any amount — to become a Marketplace Investor. Now more than ever, your commitment makes a difference.