Apple

macOS Catalina: l'aperçu | iMore

Par Maximus , le 17 juillet 2019 - 63 minutes de lecture

En 2007, Steve Jobs a fait appel à des ingénieurs OS X de Leopard pour aider à préparer le lancement de l'iPhone d'origine. En 2010, la WWDC allait et venait sans aucune mention du Mac.

Depuis lors, iOS n'a pas seulement reçu une panoplie vertigineuse de nouvelles fonctionnalités alors qu'OS X – maintenant macOS – a le sentiment de ne plus pouvoir jouer – mais Apple a introduit un nombre croissant de systèmes d'exploitation supplémentaires, de tvOS à watchOS en passant par la marque -nouveau iPadOS, et cela ne compte même pas le BridgeOS qui exécute la TouchBar ou AudioOS qui exécute le HomePod.

Et oui, iOS est basé sur macOS et tout depuis est basé sur iOS, mais il reste encore beaucoup de logiciels à développer, maintenir et faire avancer chaque année.

Mais Apple le fait. Sauf que les gens qui aiment le Mac vous le diront même sans qu'on le leur demande, à l'exception parfois notable de macOS.

Mais à présent, Apple a réuni une équipe Pro Workflow et a commencé à remettre de l'ordre dans son matériel informatique Mac. Nous avons obtenu un iMac Pro, un nouvel Air, un nouveau mini, voire un nouveau Pro. Mais qu'en est-il de macOS? Est-ce que cela croupit toujours derrière iOS et maintenant iPadOS? Ou Apple a-t-il enfin compris comment jongler avec tous ses systèmes d'exploitation, mâcher de la gomme et mélanger des métaphores en même temps?

Eh bien, c’est ce que macOS 10.15 est là pour le prouver, d’une manière ou d’une autre.

Cela commence avec un peu de fanfaron, cependant. Contrairement à El Capitan et à High Sierra, qui étaient des raffinements de Yosemite et Sierra de l'année précédente, Mojave de l'année dernière n'a pas eu de Joshua Tree ou de Death Valley. Au lieu d'une autre année passée à traverser le désert en mode sombre, cette année Apple le laisse complètement derrière pour les eaux côtières de Catalina.

Et macOS Catalina apporte avec lui un ensemble de fonctionnalités qui surpasse l'audace.

Catalyst souhaite laisser le vaste catalogue d'applications iPad migrer plus facilement vers Mac, tandis que SwiftUI ouvre la voie à un futur dans lequel les développeurs pourront les construire de cette manière.

iTunes, vénérable et au-delà des ballonnements, est réduit en éclats en de nouvelles applications pour la musique, les podcasts et la télévision, avec des mises à jour de livres et même la fonctionnalité de doigt pour les compléter.

Il existe une nouvelle application Photos plus importante, Mail plus zen, des notes plus faciles à trouver, QuickTime pour les pros, de nouveaux rappels puissants et une application beaucoup plus omnisciente de Mon application, plus Screen Time vient sur Mac pour vous aider à équilibrer tout ça.

Sidecar vous permet d'utiliser votre iPad en tant qu'écran externe pour mettre en miroir ou étendre votre bureau. Ou bien, prenez un crayon Apple et utilisez-le avec les applications Mac compatibles avec les tablettes de manière à faire pleurer n'importe lequel des plus petits Wacoms.

La sécurité et la confidentialité acquièrent un Gatekeeper encore plus vigilant, un volume système en lecture seule, des extensions et des pilotes extraits de l’espace noyau, et une connexion avec Apple.

Et Accessibility montre tout cela non seulement avec de meilleurs VoiceOver, des filtres de couleur et de nouveaux zooms, mais également avec un contrôle vocal de niveau Bene Gessrit.

Mais ce ne sont que les faits saillants et les promesses, prendre une boisson et se préparer à une plongée en profondeur sur ce que MacOS Catalina offre réellement.

macOS Catalina Catalyseur de projet

Le logiciel Mac pose un problème depuis longtemps. Lorsque Apple a acheté NeXT, il a hérité de la brillante technologie légendaire NeXTStep et du cadre AppKit pour la création d'applications. Apple les a construits pendant des générations, en ajoutant tout, de CoreGraphics à CoreAnimation, de SceneKit à Metal. Mais la part de marché du Mac n’a jamais été énorme. Ainsi, bien que le Mac ait toujours eu de bonnes applications, des applications phénoménales, il n’en a jamais attiré beaucoup.

Puis vint l'iPhone et l'énorme popularité de l'App Store. Il utilisait un nouveau cadre appelé UIKit, basé sur les nombreuses leçons tirées d'AppKit. Et il est devenu si populaire que des millions de développeurs ont couru pour créer des millions d'applications.

L'iPad a également utilisé UIKit, bien sûr. Ainsi, nombre de ces développeurs étaient prêts à prendre le risque de créer une version pour tablette.

Le Mac, cependant… le Mac a collé avec AppKit, et nulle part autant de développeurs étaient prêts à risquer un tel saut. Et même ceux qui le souhaitaient n’avaient pas souvent le temps et les ressources supplémentaires nécessaires pour s’y engager.

Cela incluait le plus grand développeur Mac au monde, Apple.

À l'époque, Apple avait des équipes distinctes travaillant sur les versions d'applications iOS et MacOS. Messagerie iOS et Mac Mail. Messages iOS et Messages Mac. iOS Safari et… vous avez l'idée.

Malgré tout, le côté iOS disposait de davantage de ressources car il faisait face à des demandes beaucoup plus nombreuses. Ainsi, au fil du temps, iOS a d’abord eu de nouvelles fonctionnalités et le Mac prend du retard ou parfois juste du retard.

(envoyé avec Fireworks)

Puis, il y a quelques années, Apple a fusionné les équipes. Une équipe mail, une équipe messages, une équipe Safari… là encore, vous voyez l'idée.

Mais cela laissait encore aux équipes deux ensembles d’applications à coder, UIKit pour iPhone et iPad et AppKit pour Mac. Il leur laissait aussi souvent deux fois le travail nécessaire pour implémenter de nouvelles fonctionnalités et de nouveaux frameworks.

Entrez Marzipan, maintenant Project Catalyst. Ou, plus clairement, UIKit pour Mac.

Project Catalyst est d'une simplicité déconcertante: les développeurs développaient déjà des versions de leurs applications iPhone spécifiques à l'iPad. Pourquoi ne pas les laisser créer des versions de leurs applications iPad spécifiques à Mac?

Pas les versions AppKit, où ils pourraient peut-être conserver des modèles de données mais doivent réapprendre et refaire tout le code spécifique à l'application. Mais les versions UIKit pour Mac, où ils pourraient maintenir une base de code sur les deux plates-formes.

L'exécution d'applications iOS sur le Mac était possible depuis le lancement du SDK pour iPhone par Apple en 2008, mais uniquement dans le cadre du simulateur Xcode. Le simulateur possédait et possédait sa propre copie de tous les frameworks, bases de données et services iOS, mais il était conçu pour répliquer l'environnement iPhone ou iPad afin que les développeurs puissent exécuter et déboguer leurs applications si nécessaire, et non pour donner à ces applications une apparence native. Mac pour les utilisateurs finaux et pour les utilisateurs finaux de les exécuter toutes les heures, tous les jours.

Alors, voici ce que Apple a fait.

AppKit avait ses propres frameworks d'interface mais, en dessous, il avait des frameworks similaires à iOS. CoreGraphics, CoreAnimation, Foundation, des bases de données similaires pour les photos, les contacts, les calendriers, voire des services similaires, tels que le Presse-papiers, reposant tous sur le même noyau Darwin.

Apple a commencé par combiner et unifier les infrastructures et bases de données sous-jacentes. Donc, là où il y avait deux piles distinctes sous AppKit et UIKit maintenant, sur le Mac, il ne pouvait y en avoir qu'une.

Apple a dû séparer les infrastructures de niveau supérieur, telles que WebKit, MapKit, RealityKit et SceneKit, car AppKit et UIKit sont toujours séparés et chacun a encore besoin de ses propres implémentations – et ils n'ont pas apporté ARKit du tout, du moins pas encore. . De même, HealthKit, HomeKit et d'autres éléments restent également sur la liste des choses à faire et à terminer. Et, bien sûr, la plupart des frameworks iOS obsolètes ont été importés. Donc, Metal, pas OpenGL.

Apple mappe également automatiquement d'autres éléments pour, devis sans citation, gratuitement. Cela inclut l’ajout d’une barre de menus par défaut, d’un panneau de paramètres, d’un système de défilement, d’un glisser-déposer, d’une barre tactile, de menus contextuels, de commandes au clavier et de contrôleurs de jeu, si l’application en possède déjà, ainsi que des extensions de partage et la réduction de la taille du texte de 77%. le standard iOS 17pt jusqu'au standard Mac 13pt.

Les gestes multitâches UIKit seront également automatiquement redirigés vers la souris et le trackpad sur Mac. Appuyez une fois pour faire glisser la souris vers le bas, appuyez longuement pour maintenir la souris enfoncée, puis effectuez un panoramique ou glissez pour faire glisser. Pincez et faites pivoter avec également être mappé, mais au lieu d'utiliser le point central comme axe, la position du curseur sera utilisée comme axe.

Des gestes tels que des glissements de bords, tirez pour actualiser, ne traduisent pas correctement, ne seront donc pas mappés, mais les états de survol seront ajoutés à toutes les applications qui souhaitent les implémenter.

Et si les applications sont mises à jour pour prendre en charge les nouvelles fonctionnalités iOS 13 telles que les fenêtres multiples, les images symboliques, le mode sombre et les nouvelles couleurs système, elles seront également conservées.

Autrement dit, si une application utilise des composants et des contrôles UIKit standard, Apple se chargera beaucoup de la tâche lourde et de la traduction nécessaires. En d'autres termes, plus l'application iPad est performante, plus l'application Mac démarrée.

Certaines choses ne sont pas si automatiques, cependant. Comme les développeurs devront toujours créer une icône spécifique à un Mac avec sa silhouette si elle veut vraiment ressembler à un Mac, décider si une barre latérale reçoit le traitement Vibrant ou non, supprimez les couleurs de teinte personnalisées afin de ne pas heurter les paramètres configurables par l'utilisateur. accentuer les couleurs sur le Mac, ajouter des barres d'outils personnalisées et des contrôleurs Touch Bar, ajuster les positions des contrôles, ajouter une barre latérale s'il n'y en a pas déjà, mais il est plus logique de répertorier les emplacements ou les collections de contenu sur le Mac, augmenter la taille de très petites polices, découvrez comment gérer les gestes personnalisés, etc.

Ainsi, plus le vernis est brillant, plus l'application Mac finit bien.

Fondamentalement, Apple souhaitait faciliter le travail avec UIKit sur Mac, afin que les développeurs puissent gérer un projet, une base source, une cible. Et, même si leurs applications resteront iPad à l'intérieur, ils pourraient être des expériences Mac de première classe à l'extérieur.

L'année dernière, Apple l'a testé sur quelques applications telles que Accueil, Mémo vocal, Actualités et Actions. Et… ils n'étaient pas très bons. Non seulement ils n'étaient pas très Mac-like, ils n'étaient même pas cohérents.

Craig Federighi, vice-président d’ingénierie logicielle d’Apple, a récemment déclaré que cela n’était pas dû à une limitation inhérente à Catalyst, mais plutôt à la technologie nouvelle, aux décisions de conception individuelles prises par les personnes et les équipes implémentant chacune de ces technologies. ces applications.

J'imagine que la technologie était si nouvelle et que tout devait être fait à partir de rien. C'était à moitié une expérimentation pour voir ce qui était possible et à moitié un pragmatisme ou un compromis pour que tout fonctionne.

Quoi qu'il en soit, la communauté Mac était inquiète: Catalyst serait habitué à simplement transférer de nombreuses applications pour iPad sur le Mac, rapidement, paresseusement, à sa place et sans aucune approche similaire à celle d'un Mac.

Mais cette année, lorsque Apple a ouvert la version bêta de Catalyst aux développeurs, il a également lancé une nouvelle application de podcast utilisant ces frameworks UIKit et quasiment impossible à distinguer des nouvelles applications de musique et de télévision basées sur AppKit.

Maintenant, Apple ne va pas revenir en arrière et redessiner ou réimplémenter Accueil, Mémo vocal, Nouvelles et Actions pour ressembler davantage à des podcasts, du moins pas encore. Ils ajoutent et perfectionnent quelques fonctionnalités ici et là, mais ne vous attendez pas à des changements majeurs lors du lancement de Catalina cet automne.

Peut-être, espérons-le, un jour cependant.

Malgré tout, même si nous en sommes aux premiers jours, ma position est optimiste. Je pense qu'il y a une tonne de développeurs qui aimeraient déplacer leurs applications iPad sur Mac, de bonnes applications iPad qu'ils souhaitent transformer en bonnes applications Mac, mais qui n'ont jamais eu le temps ni les ressources d'apprendre AppKit afin de pouvoir le faire.

Maintenant, avec Catalyst, ils n'en ont pas aussi. Ils peuvent importer leurs applications iPad existantes et, au lieu de passer du temps sur AppKit, ils peuvent passer ce temps à peaufiner l'interface de leur application UIKit pour en faire une expérience Mac de première classe.

Cela inclut les développeurs qui ont une application iPad mais qui n'ont jamais créé de version Mac ou qui ont simplement laissé tomber la version Mac au fil du temps. Pour eux, une base de code unifiée rend la création ou le remplacement de l'application Mac bien plus efficace. DC Universe et Twitter ont déjà annoncé qu’ils feraient exactement cela.

En outre, les applications iPad qui s'appuient sur un site Web pour Mac. Ici, les frameworks natifs permettent beaucoup plus de fonctionnalités et de meilleures performances. Par exemple, Netflix pourrait créer une version Mac de son application iPad qui apporterait enfin son contenu 4K HDR sur Mac.

Et puis, il y a mes préférés, les applications qui utilisent Electron sur Mac, gaspillant activement ma mémoire et détruisant la vie de ma batterie, pour s'envelopper dans Chromium pour ce look et cette sensation si peu indigènes. Ceux, comme Slack et Skype, ont désespérément besoin de passer rapidement à Catalyst.

Etant donné que j'aime rêver du futur, je vais aussi jeter ceci: Aujourd'hui, vous pouvez faire glisser une application iPad dans une vue fractionnée étroite et celle-ci reprend les caractéristiques de la version iPhone. Demain, je souhaite lancer une application iPad sur un écran externe 27 pouces 16 sur 9 – ce à quoi un iPad 35 pouces ressemblerait en réalité lorsque vous corrigez la mise à l’échelle – et qu’il adopte les caractéristiques d’une application Mac.

SwiftUI

Maintenant, cool que Catalyst soit, Apple a également annoncé quelque chose d'encore plus cool: SwiftUI.

SwiftUI a été conçu à l’origine pour la montre, mais il est devenu évident qu’il devrait être partout. Et maintenant, de Watch à iPhone et iPad, d’Apple TV à Mac.

C’est vrai, contrairement à App Kit, UIKit, TVUIKit et WatchKit, SwiftUI a été conçu pour fonctionner sur toutes les plates-formes, pour prendre en charge tous les paradigmes allant du multitouch au pointeur de la souris, de Siri Remote à Digital Crown, de VoiceOver à SwitchControl, et de fournir un kit d’outils commun. Les développeurs pouvaient créer des applications rapidement, efficacement et de manière cohérente.

C'est déclaratif. Ainsi, les développeurs n'ont pas à s'inquiéter des formes et des couleurs des boutons de codage strict pour chaque plate-forme, par exemple. Ils déclarent simplement un bouton rouge et SwiftUI saisit l'expression idéale pour la forme du bouton et la couleur rouge système de la plate-forme.

Il comprend des contrôles communs et avancés, des systèmes de mise en page et tous les autres blocs de construction.

Mais… gros caractères gras énormes, mais, ce n'est pas une solution unique pour toutes les applications. Il ne s'agit pas simplement d'un iMac de 27 pouces et d'un Apple Watch de 40 mm.

Cela se traduirait par les plus basses applications d'éléments d'interface commune. Et ce n'est pas ce que tout le monde veut. Chaque plate-forme est toujours distincte, avec ses propres capacités et avantages.

Cela permet de partager le code là où cela a du sens et, ce qui est peut-être le plus important, signifie que les développeurs doivent seulement apprendre un seul ensemble de compétences pour travailler avec un seul ensemble d'outils.

Donc, oui, Apple a encore du mal à accepter l'idée d'écrire une fois, n'importe où, mais d'adopter l'idée d'apprendre une fois, n'importe où.

Mais cela donne une impression de transformation. Comme SwiftUI est la destination évidente ici si nous voulons passer à l’informatique à points de terminaison multiples, et nous le faisons! Mais Catalyst estime qu’il s’agit de la prochaine étape cruciale pour y parvenir. Sans jeu de mots.

(envoyé avec lasers)

macOS Catalina La fin d'iTunes

Je suis sûr que tout le monde a entendu les grandes nouvelles d'iTunes à présent – comme le dit le vieil adage, toute application suffisamment ancienne devient indiscernable d'un client de messagerie. Ajoutez un calendrier et un navigateur Web et ah oui, Apple vient d’être absolument là.

Blague. C'est être brisé. Brisé. Mais pas décimé. Laisse-moi expliquer.

Apple ne tue pas vraiment iTunes autant que de le libérer. C'est comme si Voltron était coincé sous sa forme combinée depuis des décennies et maintenant, enfin, les Lions étaient libérés pour faire ce que chacun peut faire beaucoup mieux seul. Surtout si Voltron avait tout soudé, d'un compacteur de déchets à un évier de cuisine au fil des années.

Maintenant, avant que quiconque ne panique, rien n'est supprimé. Rien n'est annulé. Apple ne ferme pas iTunes Music, Movie ou TV Store. Tim Cook ne vient pas chez vous pour supprimer tous vos téléchargements.

Hier, vous pourrez toujours utiliser macOS demain. Et si vous essayez de vous effrayer autrement, désabonnez-vous ou bloquez leur site sur local.hosts.

Ce qui se passe est la suivante: Apple désapprouve iTunes. Ils le retirent. Laissez-le partir dans le pays pour pêcher, nager et karaoké et faire autrement comme tout ce que font les anciennes applications lorsque personne n'a plus besoin de les lancer.

Et puis, Apple propose de nouvelles applications à sa place.

Quittez iTunes. Entrez Musique, Télévision et Podcasts et, hé, regardez, Livres et Finder avec de nouvelles fonctionnalités!

Ainsi, immédiatement, quiconque est familiarisé avec le fonctionnement du contenu sur un iPhone, un iPad ou un iPod touch se sentira comme à la maison avec ce qui se passe actuellement sur le Mac.

Au lieu d'une seule et unique application iTunes monolithique pour tout récupérer, tout conserver et tout gérer, les éléments éclatés d'Apple dans des applications séparées, comme ils l'ont toujours été sur iOS.

Musique pour macOS

Il existe une nouvelle application de musique qui fait à peu près tout ce que vous attendez d'une application de musique née d'iTunes. Et oui, vous avez bien entendu. Ce n'est pas l'application iOS Music catalysée sur Mac. C'est tout ce que la musique d'iTunes pour iTunes a été coupé et finalement laissé pour voler dans sa propre application Mac-as-in-AppKit.

Lancez-le et vous trouverez exactement ce que vous vous attendez à trouver: toute votre musique Apple, si vous vous abonnez, toute votre musique iTunes Match, aussi si vous vous abonnez, toutes vos vidéos musicales – ouais, elles sont ici aussi, toute votre musique téléchargée et extraite existante et, bien sûr, la possibilité de télécharger davantage d’iTunes Store et d’extraire davantage de tout CD, nouveau ou ancien, à convertir en AAC, AIFF, Apple Lossless ou Wav, et même à graver un nouveau , mélangez des CD chauds… si vous avez encore un lecteur de CD.

(Wikipedia it kids, il est répertorié juste après le plateau tournant, la piste 8 pistes et le lecteur de cassettes.)

En outre, toutes vos listes de lecture. Alors. Beaucoup. Listes de lecture.

La section Apple Music inclut For You, Browse et Radio, où vous pouvez trouver Beats 1, les stations en vedette et toutes les stations Apple. La section Bibliothèque contient Ajoutés récemment, Artistes, Albums, Chansons et Clips musicaux. La section Playlist contient toutes vos listes de lecture et la possibilité d'activer Genius si cela flotte sur votre bateau musical appris par la machine.

La recherche semble également être meilleure, vous montrant non seulement des suggestions, mais également quels éléments correspondent à quelle partie de votre bibliothèque.

Maintenant, de vraies discussions, à peu près tout ce que je cherchais sur iTunes que j'ai trouvé dans Musique. Alors, venez cet automne, lorsque vous effectuerez la mise à jour vers Catalina, vous devriez trouver la transition non seulement facile, mais tout à fait sans incident de la meilleure façon possible.

Comme je l'ai dit, Apple ne déchirera pas iTunes des machines de quiconque. Il sera toujours là si ce n'est que pour vous assurer que vous avez un filet de sécurité dans les chances lointaines dont vous avez besoin. Je veux dire, vous pouvez toujours utiliser iPhoto sur Mojave si vous le souhaitez vraiment, même si vous ne devriez pas le faire, car Apple est très lent et gentil à ce sujet. Mais, je suppose, à partir du moment où vous mettez à jour, vous pourrez laisser iTunes et ne jamais regarder en arrière. Même si, un jour, vous mettez à jour votre nouveau Mac et ne réalisez même pas que iTunes n’a jamais été installé.

Oui, toutes les sensations, mais comme la lampe Ikea, iTunes n'a aucun sentiment et ne peut pas vous voir pleurer.

Gestion d'appareils

Vous avez probablement remarqué que je n'ai parlé de la synchronisation des appareils nulle part. J'ai remarqué que vous remarquiez. Peut-être avez-vous remarqué cela… Quoi qu'il en soit, oui, si vous voulez simplement gérer votre iPhone ou iPad manuellement et sur un câble, comme le souhaitaient Neo et la Matrix, ou si vous avez toujours des iPods de la vieille école à la porte, ne vous inquiétez pas. Toutes les fonctionnalités de sauvegarde, de mise à jour et de restauration des appareils, qui se trouvaient auparavant sur iTunes, ont été déplacées avec bonté vers l'endroit où elles ont toujours été supposées être: le Finder.

Il suffit de brancher et… c'est tout. Plus jamais d'iTunes apparaissant avec impatience sur votre visage ou sur votre bureau. Sérénité maintenant et pour toujours plus. Quand et si vous voulez faire quelque chose, cliquez sur le périphérique dans la barre latérale et accédez à. L'interface a sensiblement la même apparence que dans iTunes, donc rien ne se perd.

Sa propre maison vient d'être trouvée.

Livres pour macOS

Books a fait peau neuve à Catalina, cette fois pour mieux intégrer le contenu Audio Books qui vivait auparavant sur iTunes.

Vous avez un nouvel ensemble d'onglets en haut, y compris Bibliothèque pour toutes vos affaires, Book Store où vous pouvez acheter de nouvelles pages à lire et Audiobook Store où vous pouvez acheter de nouvelles pages à écouter.

Dans la bibliothèque, la nouvelle barre latérale contient une liste réservée à vos livres audio. Dans le magasin de livres audio, il contient des listes des principaux auteurs, vedettes, catégories et auteurs principaux.

C'est tout ce que vous attendez, tout simplement dans sa toute nouvelle maison.

Podcasts pour macOS

Les podcasts sont arrivés sur le Mac. Alléluia. Si vous avez utilisé des podcasts sur iOS, en particulier sur l'iPad, vous serez comme à la maison. Parce qu'Apple a catalysé cette application de l'iPad expressément pour le Mac. Mais ce n’est pas une preuve de concept comme News, Stocks, Voice Memo ou Home l’an dernier. Ceci utilise la nouvelle version brillante d'UIKit sur le Mac Apple sortira en version bêta pour les développeurs cette année. Et la maturité et la cohérence montre. La nouvelle application Podcasts basée sur UIKit est presque impossible à distinguer de la nouvelle application Musique basée sur AppKit.

Le haut de la barre latérale est Apple Podcasts, le service. Cela inclut Listen Now, qui a Up Next et récemment joué. Il y a aussi Parcourir, qui vous permet de voir les choix des éditeurs Apple Podcast ainsi que les catégories. 700 000 salons sont solides, Apple reste la norme en matière de répertoires de podcasts et vous trouverez tout ce dont vous avez besoin, tout comme dans iTunes auparavant. Même les meilleurs graphiques ont fait la transition, bien que je n’aie vu que le graphique principal jusqu’à présent, pas un graphique en catégories. Ce qui est une déception.

La bibliothèque a récemment mis à jour, qui sont les émissions auxquelles vous vous abonnez qui ont sorti de nouveaux épisodes ces derniers temps. Il y a aussi Shows, qui répertorie tout ce que vous avez souscrit par ordre alphabétique, et Episodes, qui fait la même chose, mais dans l'ordre chronologique inverse. Téléchargé contient tous les épisodes que vous avez récemment rendus locaux.

Ensuite, il y a toutes les stations que vous avez ajoutées, Family Fun, Comedy ou True Crime. Fondamentalement parler de la radio pour les podcasts.

Ce qui est particulièrement intéressant, c'est la nouvelle fonctionnalité de recherche. Sorti de nulle part, Apple a utilisé le machine learning pour indexer le contenu parlé des podcasts, vous permettant ainsi de rechercher davantage que d'afficher uniquement des titres ou des mots-clés.

Cela fonctionne plutôt bien, même si je ne reçois pas autant de résultats Vector que je le souhaiterais.

Encore.

TV pour macOS

L'application TV est également nouvelle sur Mac. Contrairement aux podcasts, mais tout comme la musique, il s’agit d’une application pour Mac comme dans AppKit, mais elle est conçue pour vous offrir tout ce que iOS et tvOS apprécient depuis quelque temps déjà, même depuis la grande version lancée au printemps dernier. Plus spécifique à mes intérêts, l'application TV, pour la première fois, vous permet de regarder des films et des émissions télévisées Dolby ATMR 4K HDR sur un Mac. Tu me sens, Netflix? HDR. ATMOS. Mac? Vous savez ce que vous devez faire ici.

À l'instar de la version Apple TV, Watch Now, Films, Émissions de télévision, Sports, Enfants, Bibliothèque et Rechercher se trouvent en haut, bien que dans le style de barre d'outils Mac classique. L'onglet Regarder maintenant est censé toujours vous montrer quelque chose que vous voulez voir, mais sans en faire une liste de défilement infinie complexe. Il n'inclut cependant pas toutes les options de style Apple TV mises à jour. Du moins pas pour moi, pas maintenant.

Up next est toujours le premier, ce qui, au premier plan, contient tout ce que vous avez commencé mais que vous n'avez pas fini. Ensuite, tout ce que vous regardez habituellement en direct, par exemple un événement sportif en direct ou le dernier épisode de votre émission préférée ou le film que vous avez commandé à l'avance et qui vient tout juste d'être disponible, dans l'ordre chronologique inverse. Parce que la fraîcheur compte ici. Mais il n'y a pas de quoi surveiller des éditeurs humains ou de For You du système d'apprentissage automatique, bien que j'ai déjà vu le premier sur les listes d'autres personnes. Quoi qu'il en soit, cela ne ressemble pas à une copie individuelle de la version Apple TV, mais à une construction spécialement conçue pour le Mac.

Les canaux sont ici aussi. Ils varient beaucoup d’une région à l’autre, les États-Unis en ayant une tonne et d’autres endroits relativement peu nombreux, voire aucun. Mais j'espère qu'ils grandissent parce que je les aime beaucoup. Comme il n'y a pas Apple Music pour la télévision, vous devez vous abonner à de nombreux services, ce qui génère beaucoup de frais généraux.

Avec les chaînes, tous les abonnements peuvent être ajoutés et gérés à un endroit, tout le contenu vu et visualisé à un endroit, et une grande partie peut même être téléchargée pour un visionnage hors ligne, y compris, pour la première fois, HBO. Si seulement Netflix voulait se rendre compte que, avec des hausses de prix fréquentes et Disney + à l'horizon, certains de nos abonnements continus dépendent de leur capacité à apprendre à bien jouer avec Channels.

Les onglets Films et Émissions de télévision se concentrent sur, Surprise surprise, Films et Émissions de télévision en particulier. Tout ce que vous avez déjà acheté sur iTunes, ainsi que tout ce qui se trouve dans le catalogue iTunes et tout ce qui est disponible dans vos abonnements à Channels.

Si vous avez déjà espéré sur iTunes et HBO ou CBS All-Access sur le Web, la commodité accrue est tout simplement fantastique. Écoutez ça, Netflix?

L'onglet Enfants isole tout ce qui est sûr pour que vos enfants puissent regarder, organiser, classer et éditer. Et, contrairement à YouTube, où une vidéo qui ressemble à une émission pour enfants peut être complètement différente et inappropriée, c’est exactement ce qu’elle dit, de sorte que vous pouvez jouer sans jouer de la panique dans la fosse de votre film. estomac.

Comme vous l'avez probablement déjà deviné, l'onglet Bibliothèque vous permet de trouver tous vos achats existants et futurs dans l'iTunes Store. Vous pouvez voir des films ou des émissions de télévision, ou une vue temporelle ajoutée récemment.

Toutes les nouvelles applications ont encore besoin de la continuité pour les médias. Ils synchronisent votre état. Ainsi, tout ce que vous avez écouté ou regardé à la télévision sur iOS ou sur Apple TV sera au même endroit, au même endroit, sur votre Mac.

Mais ce serait encore mieux si vous pouviez simplement cliquer sur une icône dans le Dock pour transférer depuis un autre périphérique, ou utiliser un transfert basé sur la proximité, comme cela est le cas pour HomePod. J'adorerais si Apple le comprenne et bientôt.

Toutes ces nouvelles applications sont encore en version bêta, je ne vais donc pas juger de la qualité ou de la capacité, de la conception ou de la mise en œuvre jusqu'à ce qu'elles soient prêtes pour le premier jour.

Mais il est déjà plus que facile de voir – et de dire – que pratiquement tout ce que vous avez pu faire dans iTunes avant Catalina, vous pouvez maintenant le faire dans Musique, Télévision, Podcasts, Livres et Finder à l’époque de Catalina.

macOS Catalina: Sécurité et confidentialité

Le grand objectif d'Apple pour MacOS est de rendre le système aussi sécurisé qu'iOS tout en conservant toute la flexibilité traditionnelle du Mac.

Et… c'est plus facile à dire qu'à faire. Avec iOS, Apple a dû recommencer à zéro et tout verrouiller depuis le premier jour. Le Mac, par le contraste le plus frappant, est relativement ouvert depuis des décennies.

Pendant de nombreuses années, c'était bien. Grâce à la part de marché et à la surface d’attaque de Windows, il était beaucoup plus logique pour les mauvais acteurs d’attaquer les utilisateurs de Microsoft et de laisser les utilisateurs d’Apple seuls.

Mais maintenant, nous avons le Web, le phishing et le spear phishing, les ransomwares et les spywares, nous avons même des suiveurs de publicité et des réseaux sociaux, ainsi que la capacité et l’empressement de mauvais acteurs et de sociétés peu scrupuleuses de cibler toutes les plateformes et tous les utilisateurs, y compris ceux de nous sur le Mac.

Apple a donc soigneusement renforcé MacOS contre exactement ce type d'attaques. Soigneusement, parce que les personnes habituées à l’ouverture du Mac craignent – légitimement parfois, des personnes complètement paranoïaques – que Apple va imposer le même type de contrôle qu’il a sur iOS.

Au fil des ans, Gatekeeper a empêché l’exécution d’applications non autorisées et la protection de l’intégrité du système d’empêcher quoi que ce soit de modifier le système d’exploitation, ainsi que le suivi social et les empreintes digitales… eh bien, cela a été arrêté.

Avec MacOS Catalina, Apple réalise certains de ses plus grands actes d'équilibrage de la sécurité et de la confidentialité. Tous au nom de continuer à nous laisser faire ce que nous voulons avec nos Mac, mais en excluant tout le monde.

Portier

Apple pense que la sécurité sur Mac doit être envisagée par tous les acteurs du secteur, à travers une défense en profondeur.

Cela signifie plusieurs couches de sécurité pour empêcher ou retarder les attaques, réduire la surface d’attaque et créer des points d’arrêt plus faciles à défendre, comme le fait de ne lancer que des applications sécurisées, de minimiser et de contenir tout ce qui passe, comme avec le sandboxing et le traitement des données. tout ce qui arrive en quelque sorte sur le système, comme la révocation d'un certificat de confiance.

Gatekeeper est le point de départ. Actuellement, lorsque vous téléchargez une application, qu'elle soit en dehors du Store, du Web ou même d'AirDrop, cette application est mise en quarantaine. Si et quand vous essayez d'ouvrir une application en quarantaine, Gatekeeper la recherche de programmes malveillants connus, valide la signature du développeur pour s'assurer qu'elle n'a pas été falsifiée, s'assure que son exécution est autorisée, par exemple, correspond à vos paramètres pour les applications de l'App Store et / ou des applications de développeur connues, puis double-contrôle avec vous que vous souhaitez vraiment exécuter l'application pour la première fois, qu'il ne s'agit pas d'essayer de créer une application rapide et de s'exécuter automatiquement.

Quelque chose de similaire se produit avec les fichiers que vous téléchargez directement sur le Web ou via une application en mode bac à sable ou que vous obtenez également AirDropped. En gros, la plupart des choses frappent votre appareil pour la première fois.

Mais, jusqu'à présent, Gatekeeper avait quelques limites. Elle ne vérifiait que les applications en quarantaine et uniquement lorsque vous tentiez de les exécuter à l'aide de l'interface graphique, c'est-à-dire avec LaunchServices, la toute première fois où vous tentiez de les exécuter.

Par exemple, double-cliquez sur une application pour l'exécuter ou sur un fichier pour l'ouvrir.

Avec Catalina, Gatekeeper vérifiera également les applications lancées via le terminal. Ils obtiendront les mêmes analyses de programmes malveillants, de signatures et de stratégies de sécurité locales. La seule différence est que, même à la première utilisation, vous devez uniquement approuver explicitement les logiciels lancés dans des bundles, comme un bundle d'applications Mac standard, et non pour des exécutables ou des bibliothèques autonomes.

De plus, Gatekeeper recherchera également les logiciels malveillants dans les applications et les fichiers non mis en quarantaine. En d'autres termes, la deuxième fois, la troisième fois, quatre cent fois, vous le ferez, chaque fois que vous l'exécuterez, Gatekeeper vérifiera tout contenu malveillant et, le cas échéant, le bloquera et vous alertera.

Bien sûr, comme le Mac est le Mac, vous pouvez toujours annuler tout cela si vous voulez vraiment exécuter tout ce que vous voulez, quand vous le voulez et le Mac que vous voulez.

Volume système en lecture seule

Quel est le point de la sécurité si quelque chose qui fait assez d'efforts peut tout simplement écrire sur les fichiers racine de toute façon?

Ce n’est pas vraiment quelque chose que l’on dit, mais c’est quelque chose que macOS Catalina adresse avec une partition matérielle dédiée en lecture seule pour le système de fichiers racine afin de le garder séparé et sécurisé du reste de vos données et de réduire les risques de corruption ou d’infection par tout. .

Pour que cela fonctionne, le système de fichiers Apple, APFS, introduit le concept de groupe de volumes. Il s’agit d’un ensemble composé d’un volume système et d’un volume de données, couplés et traités comme un seul volume.

Ils se présentent sous la forme d'un volume unique, ils partagent l'état de cryptage, ce qui signifie que le même mot de passe les déverrouille tous les deux et qu'il est presque impossible de les distinguer pour un observateur occasionnel.

Ils maintiennent même une hiérarchie de répertoires unique et unifiée grâce à un autre nouveau concept appelé firmlinks, qu'Apple appelle des trous de ver bidirectionnels lors de la traversée de chemins. Ha.

Les liens internes sont créés au moment de l’installation et sont transparents pour les utilisateurs. Ils ne peuvent être que pour des répertoires et avoir une relation un à un, comme Utilisateurs à Utilisateurs et Local à Local. No-one-to-many – totalement monogame – et ne peut être utilisé que dans des groupes de volumes entre les volumes appariés. Ce ne sont pas des fichiers devenus fous, les gens.

Désormais, tout comme System Integrity Protection et T2 peuvent gêner les utilisateurs qui tentent d’exécuter de nouvelles versions du système d’exploitation sur du matériel qui n’est plus pris en charge ou d’essayer d’installer d’autres systèmes d’exploitation, vous pouvez empêcher l’utilisation d’icônes personnalisées pour les applications existantes.

Vous pouvez donc désactiver la lecture seule si vous le souhaitez absolument en désactivant la protection de l'intégrité du système, mais cette dernière reviendra en lecture seule au prochain redémarrage.

APFS has also added snapshotting, so, if something goes wrong after an update, like some of your apps end up being incompatible, you'll be able to restore from the snapshot and basically Quantum Realm your system back to the point before the upgrade snapped.

Snapshots only last for a day, and only if you have enough space on your drive, so if you ever need to use the feature, use it fast.

System Extensions & DriverKit

Apple has also added two new technologies to Catalina, to better protect the operating system but also allow a range of useful features. They're System Extensions and DriverKit

System Extensions replace the old Kernel Extensions, or KEXTS, but run in user space, safely outside the kernel. Network Extensions support content filters, DNS proxies, and VPN clients. Endpoint Security Extensions replace kauth event monitoring and can be used for endpoint detection and response, anti-virus, and data loss prevention tools. Driver Extensions replace IOKit device drivers and support USB, Serial, Network Interface Controller, and Human Interface devices.

That last one is built using DriverKit, which is a new set of frameworks, updated and modernized from IOKit, so that drivers can be built more safely and securely outside the kernel. Which means, if they have a vulnerability, it doesn't expose the kernel and its privileges to exploitation. And if it crashes, it doesn't panic the kernel and take down the whole system like some Guru Mediation Error gone wrong.

Everything, all of it, stays far more safely in user land where it now belongs.

Protection des données

Just like Apple has previously added the requirement for apps to ask permission before they can use the mic and the camera, Apple is now requiring apps to ask permission before they can access your data in the file system as well.

It doesn't matter if that data on the desktop, or in documents, downloads, iCloud Drive, other cloud storage systems like Dropbox or Google Drive directories, external storage like USB drives or SD cards, or network attached storage volumes.

The apps, they've got to ask.

To avoid a Windows Vista-like death-by-a-thousand-dialogs situation, Catalina won't intervene when a new file is created, if a file was created by the same app trying to access it, if it's a related file like the subtitle file for a movie file, or if you do something deliberate and intentional, like double-clicking a file in Finder, dragging and dropping a file, or use the standard open or save file function. The system will only intervene if the app tries to open something without any overt action on your part.

Further, Open and Save panels are now hosted out-of-process, and the OK button on consent dialogs can't be handled programmatically. An actual human has to hit that button.

No tomfoolery or skullduggery allowed.

Also, yes, apps can still dump their own files into the trash, but if they want to go rooting around in your trash for other files, which may contain sensitive data, they now need your permission to do that as well.

For disk management or backup software that needs to work with all files on the system, there's a Full Disk Access option in the Security & Privacy preferences pane where you can grant them the permission they need to operate. And, to make that easier, any app that's already tried and been denied full system access, will show up, unchecked, in the list so you don't have to go spelunking through the file hierarchy to find it. Now that, SuperDuper. Pardon.

For automation, in addition to the synthetic input events, like virtual key presses or mouse clicks, and Apple events, including AppleScript, used by one app to control another.

In an effort to make spyware even harder to sneak into apps, Catalina adds new protections for screen recording and keyboard monitoring as well. If an app wants to record the entire screen, or any screen other than its own, the menubar, or the desktop without any desktop icons, you have to go to the Security & Privacy pane in preferences and give them explicit permission to do so. And, honestly, I wish Apple would exclude the desktop as well. My Fraggle Rock wallpaper — or any family or friends on my desktop — are my business.

Similarly, apps can still query most metadata about other windows, but can no longer get other window names, which could include sensitive information like accounts or URLs, and sharing states without express screen recording permissions.

Likewise, apps can monitor keyboard events for themselves without any extra permissions. If they want to intercept all keyboard events, for example, for a specific hot key combination, you again have to go to the Security & Privacy pane in preferences and give them explicit permission.

Authorize with Apple Watch

Previously, you could use your Apple Watch to unlock your Mac or approve Apple Pay transactions. The latter was mostly for cases where your Mac didn't have Touch ID to make approval faster and more convenient.

But, if you didn't have Touch ID, which is still now only found on the MacBook Pro and new MacBook Air, not the MacBook or any of the desktop Macs via Magic Keyboard, Apple Watch couldn't help you. All it could do was look on as you manually authenticated…. Like an animal.

Or worse, left authentication off… like some kind of crazy rock headed creature from Salsa Secundus.

Now, with MacOS Catalina, you can use your Apple Watch to authenticate pretty much everything Touch ID can, including viewing saved passwords in Safari, unlocking secure Notes, and approving new app installs from the App Store.

Just click the Side Button and, if your Apple Watch hasn't left your wrist and lost your heartbeat and gone into lockdown, it'll authenticate you right up. Rapide et facile.

I still want a Magic Keyboard with Touch ID and a Cinema Display with Face ID, but I'm wicked happy with this in the meantime.

Apple ID

iOS has had your Apple ID front and center for a while now in Settings. It makes it super easy, barely an inconvenience to check and manage your account. MacOS Catalina adds the same ease and convenience to System Preferences. It puts your Apple ID right up top, alerts you to anything you need to know, lets you review your information, security settings, payment info, and iCloud account pretty much immediately.

You can also see all your iTunes Store purchases and subscriptions, including Music, Books, News, and app-related subs as well, and manage Family Sharing if you have it. Plus, you get your full device list, so you can manage other Macs, iPhones, iPads, whatever is on your accounts, including Find My status, Apple Pay authorizations, and AppleCare information.

This is huge for me. I have the non-normal problem of having adding too many review units to my account over too many years. Who knew there was a hard limit on Apple Pay devices? 10, if you didn't. And trying to manage that through iCloud.com had never been easy.

With Catalina, a few clicks and I was done. It's Apple ID bliss.

Sign in with Apple

I also want to mention Sign in with Apple. I've already been covering it as part of iSO 13 but it's going to be available on all of Apple's platforms, including the Mac.

The gist is this — Download an app, like a new image editor, and if it offers sign in with Google and Facebook, it has to offer sign in with Apple as well.

If the app doesn't care about your data and just wants you in as fast as possible, it just let you click and start working. If it wants some data first, like your name and email, Sign in with Apple will give it your verified Apple ID name and, if you're ok with it, your verified Apple ID email address as well.

If you're not ok with it, Sign in with Apple will create a burner address for you, random, anonymized, that you can reply to if and when needed, but also revoke any time, just for that app. And Apple never sees or retains any of these emails.

And because they're all unique, companies like Google and Facebook which try to connect all our dots see only dead ends.

If you already have an account, like from another app by the same company, and it's already in your Keychain, Sign in with Apple is smart enough to just give you that to log in with instead, that way you're not creating duplicate accounts or losing access to anything valuable in any existing accounts.

For us it means less passwords to remember and, because it uses Apple's two-factor and Face ID or Touch ID authentication, better security as well as privacy, and almost transparent convenience.

I can't wait for it to launch this fall.

macOS Catalina: Sidecar

Continuity features are some of my favorites ever. You know, the ones that let you easily move between your Mac and your iPhone or iPad. Like AirDrop a video, or copy some text from one device to another. So, if all Apple had done this year was made a Continuity Display feature where you could easily extend or mirror your Mac display on your iPad, I'd have been first ice cream day of summer level happy and called it day.

But, what Apple's actually given us in macOS Catalina is Sidecar, and it's a whole lot more. Well, hold on. In some ways, Sidecar is exactly that Continuity Display feature many of us have been wanting for a while now. It basically just turns your iPad into an extended desktop or mirrored desktop for your Mac.

Just click on Displays in the Mac menubar or click and hold on the green traffic light at the top left of any window and you're on the Sidecar. It works wired or wirelessly. You can use a USB-A to Lightning cable for older Macs and iPads, or USB-C to USB-C for the very latest, or anything in between depending on your current gear.

When you're plugged in, your iPad will charge. But when you're wireless, you're free. It works like most other Continuity features. Bluetooth LE handles discovery and handshaking, your Apple ID and proximity handles authentication and security, and Wi-Fi handles moving all the data back and forth.

My understanding is that it works by pushing video and input back and forth from the Mac to iPad, including using Apple's custom, built-in HEVC encode decode blocks for acceleration on iPad and on the T2 chip on Macs equipped with them.

And yes, that means you can pick your iPad up and walk around with it if you want to, though you're currently limited to 10 meters or about 30 feet. But that should be enough to reach any sofa, balcony, or pool-side lounger in your immediate vicinity.

In mirrored mode, what you see on your Mac is what you get on your iPad. Aussi simple que cela. You can use it if you — or someone else — literally wants to pick up your Mac in your hands… or just angle a display in a different way.

In extended mode, your iPad works just like any external display. You can put any Mac app or any Mac app window you want there. So, you could put two different Safari Windows on the two different screens to compare between them, group all your productivity or creative apps on the main Mac display and all your chat and info apps on the iPad display, you could put your main editing window on the Mac display and all your pallets on your iPad display. You can even put the menu bar and Dock on either display, whatever you want. Again, just like any external display.

But, what makes Sidecar so much more is this — Apple Pencil support.

Sure, you can use basic multitouch gestures if you really want or need to. Swipe, scroll, and pinch to zoom, that old chestnut. And you can use the new iOS 13 multitouch editing gestures too. Three fingers to copy, cut, paste, undo, or redo.

But, pick up that Apple Pencil for an iPad that supports it and you can do pretty much anything. It's as precise as a mouse but far more natural and manipulable.

Apple has built-in continuity support for Markup and Sketch in Notes. So, you can drag a PDF over from the Mac, fill it out using the Pencil on the iPad, and then send it right back.

Or, you can choose Insert from iPad > Add Sketch, draw a diagram, mind-map, or, you know, the Batman, add in some handwriting, and then hit Done and drop it right into your doc.

Sure, you can do all of that directly on your iPad, no Mac or Sidecar needed. But, if you're already using your Mac, if that's already where the content is, if you're in the middle of a big multi-app project, it's just a really convenient… convenience to have available.

Where Sidecar transcends convenience and becomes unto a necessity is when you're using apps that don't run directly on the iPad. Like full-on Photoshop and Illustrator, Cinema 4D and Maya, Final Cut Pro X and Motion. Basically, any app that already supports tablets like Wacom also automatically supports Sidecar. And that's phenomenal.

Mostly because I used Wacom Intuos and Cintiq boards for years back when I still worked in design. And Sidecar feels just like that, only better, because no digitizer layer, not air gap, no reticule, and an Apple Pencil that's going from an already excellent 20-millisecond latency down to a straight-up stupefying 9 milliseconds with this fall's iPadOS update.

Because context switching sucks, Apple has also added a few on-screen tools to minimize the number of times you need to go running back to the Mac keyboard.

First is a sidebar that offers up easy access to your commonly used modifier keys — command, option, control, and shift. There's also undo, right there, and a way too easily toggle menu, dock, and keyboard hiding on or off.

Second is a Touch Bar. Yeah, just like on the MacBook Pro, but you don't need a MacBook Pro to have the Touch Bar on Sidecar. It shows up for any Mac. On it, you'll find tappable buttons for common shortcuts and features, whatever the app thinks is most important to make most accessible at any given time.

Again, so you can just tap them with the Pencil instead of having to run back to the keyboard. Really time-saving, really slick.

Now, Sidecar doesn't do everything third-party display adaptors or VNC or Remote Desktop apps do, including supporting Windows and working on Macs that don't have a primary display. So, you can't use it solo with your Mac mini or old or upcoming Mac Pro.

But it does what Apple tends to do with new baseline OS features — provide the baseline OS feature with ease-of-use and integration that tends to come only from Apple.

macOS Catalina New and Updated Apps

Some of the biggest updates Apple pushes out every year aren't new features or even part of the new operating system at all. They're new and updated apps that Apple ships alongside the new operating system.

Sure, Apple could add new apps and updated existing ones at any time, especially if they ever chose to take full advantage of the App Store as a fully decoupled distribution system. Sometimes the new apps and updates are tied to new functionality coming with the new operating system. Other times they're just timed to make the biggest event splash possible.

Either way, there are a bunch of them, new apps and updates both, shipping alongside MacOS Catalina this fall.

Photos

At WWDC 2019, Apple introduced a freshly updated Photos app for iOS. It has a new organization, still based on time by default, but instead of moments, collections, and years, it breaks things into days, months, and years.

The layout is less grid and more like memories, but in real time. Years just has big old thumbnails. Months, a mixture of big and small. Days, though, is where the magic starts to happen.

Photos filters out duplicates and clutter like screenshots or document captures. Then it uses saliency, which is a fancy way to say relevancy, which uses machine learning to figure out the best part of your photos — the figures, the faces, to highlight, so it's not just an endless, repetitive grid of the rocks or trees that just so happen to be dead center in every shot.

Then, Photos figures out which photos to highlight bigger and larger than the rest, including and especially the shots it thinks are most relevant to you at the moment. It'll even play and animate videos and Live Photos as you scroll buy to make the grid that much more alive and dynamic.

There's also the good old All Photos view that just lets you see everything. But, cleverly and thankfully, if you have a photo highlighted and you switch views, that photo stays highlighted and animates between them, so you stay spatially oriented and contextually placed.

And best of all, most of it is also coming to the Mac in the newly updated Photos for macOS app.

Coming with it is Memory Movie editing. You can now change the mood, title, and duration of the movies right on your Mac, and the changes will sync back to your iOS devices.

Not coming, sadly, is the regular video editing that Apple's adding to Photos in iOS 13. The handy stuff like rotating videos, and the fancier stuff like adjustments and filters.

Sure, it's much faster and easier to round trip video to iMovie or Final Cut Pro X on the Mac, but it'd be even faster and much easier not to have to round trip it at all.

Courrier

Mail is getting a few quality of life improvements. It's not the major, next-generation, artificially intelligent redesign some of us have been hoping for years, but it is just a little more zen.

You can mute threads now, which is great for when someone replies all and everyone spends the next hour replying to all that you shouldn't reply to all. Seriously, they should confiscate keyboards for that.

You can also block senders, which puts their email straight into the trash. It's great for that first person who so always replies all about replying all. Works the same way as Messages. Just click the senders name in the header and drop the ban hammer.

For mailing lists, data detectors will highlight the unsubscribe link in the header so you can easier ask them to stop sending you the junk mail what you never asked them to send you.

Safari

Safari gains support for Login with Apple, of course. As well as warning for weak passwords if you try to create one instead of letting Safari auto-generate a strong password for you, like you absolutely should let it do.

There's also an updated start page that blends your frequently visited sites with Siri suggestions from your history, bookmarks, reading list, iCloud tabs and links sent to you over iMessage. Basically, a machine learning surfaced buffet of what it hopes will be all the places on the web you're likely to want to go.

QuickTime Player

QuickTime Player is getting a pro-centric update in MacOS Catalina meant to enhance productivity and accelerate workflows.

There's a souped up inspector that shows color space, including HDR format, bit depth, aspect ratio, and scale. If a video has time coded embedded, QuickTime will show it right in the onscreen controls.

QuickTime now supports alpha channels so you can export from ProRes 4444 to HEVC and preserve transparency.

And, hoorah, QuickTime now has a picture in picture mode so, with a click, you can leave QuickTime and keep watching your video in a floating, resizable, reposition-able window all its own.

iCloud Drive

With iCloud Drive in Catalina, in addition to the previous file sharing, you can now share entire folders.

It works just like you'd expect, like it has in other online storage systems for years. Generate a link, share it, and whomever you share it with can access everything in the folder and add, remove, and change as they see fit.

And if there are any iWork docs in the folder, they automatically become collaborative documents as well.

It's… I mean, realistically, I don't think it's going to convert any Google docs users who didn't already covert long ago over privacy concerns alone. But, depending on how well it all works at launch, it might just convert some Dropbox users upset about the new pricing and implementation, and even Google Drive users who just don't want sensitive folders on Google Drive anymore.

Remarques

Notes for macOS has always had a gallery view but, previously, it was restricted to image and sketches. Now, in Catalina, it shows you all notes, and all of the note, as a thumbnail so if you're more keyed into visuals than snippets of text, you can more easily find the note you're looking for. Especially, you know, if that note contains images or sketches.

If that's not enough, there's a new search that uses Apple's computer vision technology to find objects or scenes within your notes, so you can search for them the same way you've been able to photos in… Photos.

It'll also OCR — optical character recognition — text in images, including notes you've photographed from real life or receipts you've scanned in. It was the one feature I really liked in Evernote and now it works in Apple Notes.

If you like to organize your notes into folders, you can now share an entire folder if you want to share all the notes inside it. Yeah, it's all or nothing when it comes to folders, so organize and share carefully and accordingly.

Reminders

There's an all-new Reminders app in Catalina, re-designed, re-engineered, rebuilt, re-imagined, re-mindered? To match the feature set of the similarly re-invented Reminders app for iOS 13 and iPadOS.

It uses natural language parsing to translate what you write into actionable tasks and to-dos. Even if you're writing in the Messages app, if it reads like a something that would be good to remember, Siri will offer up as a suggested reminder.

Also, if you tag someone in a reminder, the next time you're messaging with them, you'll be reminded about whatever it is you tagged them into.

Smart Lists automatically organize and filter your reminders so you quickly see just the reminders for the day, just the scheduled reminders, just the super important flagged reminders, or all of your reminders.

You can add sub-tasks to your reminders, if you want to break down a big chore into more manageable chunks, and add attachments like photos, docs, or links that'll help you get all your things done.

And there's a new edit button that lets you quickly and easily update and expand your reminders with times, dates, locations, flags, attachments, tasks — whatever it is.

That way, you don't have to worry about adding or triaging things rapidly on the go on your iPhone. You can clean things up and flesh them out when you get back to your Mac.

Find My

Find my Mac and Find my Friends have merged on iOS like peanut butter and chocolate to make something greater and tastier — well, maybe not tastier in this case, but certainly more convenient — than the sum of their previous parts. And, thanks to Catalyst, both have now arrived on the Mac.

The way it works is clever, especially on the Mac where there's still no cellular option. So, let's say you lose track of your Mac. Basically, any Apple device with offline finding enabled will use Bluetooth low-energy to detect any other potentially lost Apple device within range. If it detects your Mac, it'll use Wi-Fi mapping and cellular triangulation, if available, to anonymously report an approximate location back to Apple.

Both their device and your Mac are anonymized, and the report is end-to-end encrypted, so you'll never have any idea who owns the device that pinged your Mac, and they'll never know who owns the Mac they pinged — or even that they pinged a Mac if they don't happen to physically see or notice it at the time.

Then, if and when you launch the Find My Mac app on MacOS Catalina, you'll see that location report, or the aggregate of as many location reports that have been collected by that time.

And there's no need for anyone, finder or findee, to worry about any impact on battery life or cellular data usage. Apple uses things like network coalescence to piggyback off of other activity so any and all extra usage is kept to the barest minimum.

So, for example, when a notification comes in or when someone texts, the location support will fire off at the same time, so the processor and radio aren't being woken up any more than they would be otherwise.

And macOS is also getting iOS-style Activation Lock, so if anything does happen to your Mac and you can't find it, you can remotely erase it, and no one without your Apple ID can log in and reactivate or restore it.

Screen Time

Screen Time launched on iPhone and iPad last year as part of iOS 12. This year, it's coming to the Mac with MacOS Catalina. Now, yeah, Screen Time is more feature than app but I'm including it here for the sake of expediency. Similar to the iOS version, you can use Screen Time to inform and set controls around how much you or your children are able to use your devices.

First, reports will show you how much you or yours are using the Mac, including apps and websites. Once you understand that, if you think you or yours are fine, you can just keep an eye on the reports but otherwise keep on keeping on. If you're concerned about usage, though, there are a few things Screen Time lets you do.

You can schedule downtime, which prevents you from using certain apps during certain periods. You can also limit how much time you spend in certain apps, categories of apps, websites, or a combination thereof.

There's also a new communication limits system so you can control which people are allowed to interact with your kids over Phone, FaceTime, or Messages. Big sis study time, no problem. Uncle Gamesalot, sorry. Blocked. Savage.

If your kids have their own Macs instead of or in addition to a family Mac, you can use Family Sharing to set up everything, everywhere as well.

And, thanks to iCloud sync, you can't cheat by switching devices. Your Twitter or Insta or game time is counted on Mac, iPhone, and iPad. Whatever you own.

Yes, you can't escape Screen Time. It's everywhere now. But what I like about Apple's approach compared to some others is that it doesn't fell like it's pandering or infantilizing anyone.

It gives you data and then helps you act on it when and how you want to, for yourself and for your family.

Just… do me a favor and downtime YouTube après you finish this video. And, you know, before the next one comes out.

Merci!

macOS Catalina Accessibilité

Like privacy, Apple believes accessibility is a human right. That is to say, technology should be made available and accessible to everyone, regardless of their sight, hearing, or motor skills.

You can fairly ding Apple are pricing accessibility for everything but iPad and iPod touch these days, but in every other way, they're all in on assistive technologies.

And macOS Catalina is no exception.

VoiceOver

VoiceOver gets access to the new, more natural Siri voice, and custom punctuation preferences will now sync over iCloud, which makes for a better, more consistent experience.

Navigation across tabs has been simplified, and there are additional international Braille tables.

Also, VoiceOver support has been improved in Xcode, so you can now hear warnings, line numbers, and break points.

Zoom

There are a couple of cool new zoom features as well. With Hover Zoom, hit control when you've got your cursor over some text and a new window with zoomed in, high-resolution text, links, fields, and menu items appears.

With Display Zoom, you can put a standard sized interface on one display and a zoomed in one on a secondary display, or vice versa if you're giving a presentation with a projector.

Couleur

Hit command+option+F5 Display color filters let you shift the colors on your Mac screen to help you better distinguish between any you find problematic.

You can also tint the entire display if that makes it easier to read text, for example.

Commande vocale

And then there's Voice Control which, three weeks after Apple first showed it off, still feels like something out of sci-fi.

It was designed so that you could take full control of your Mac entirely with the power of your voice.

It starts with Siri powered dictation, which uses a new, machine learning speech-to-text engine for transcription. It's all processed right on your Mac as well, so what you say stays personal and private.

You can add custom words to it, if you're working in a specific field or on a specific topic, or, I guess if you just want to make sure it recognizes totes dope and hella or finna flex and yeet.

Voice Control also recognizes commands, and can understand both dictation and commands even when you move back and forth between them.

If you or dictation makes a mistake, you can use Voice Control to correct it. You can select text with it and delete or replace the text you select. And when you do make a selection, you'll get word and emoji suggestions to try and speed up replacement.

You can navigate by name, if what you want to do is named, and many things are. That includes opening apps, clicking buttons or links, scrolling lists or collections, and so on.

If you don't know the name of something, you can tell Voice Control to Show Names, to see all the labels on all the things you can interact with.

That includes complex tasks like dictating an email and specifying which fields to dictate into, including the recipient and the subject.

Which means as long as developers have done their jobs, or busily do them now, this summer and make sure everything is properly labeled, Voice Control should just work with pretty much any and every app.

If something isn't named, or the name is complex like a snapshot in Photos, or duplicative, you can tell Voice Control to Show Numbers. That way, every item gets a number and you can trigger commands based on the number.

If even numbers aren't enough, for example if you want to interact with a specific area of an image or map, you can tell Voice Control to Show Grid. Every section of the grid has a number and you can use those to trigger commands. You can even zoom in to get a tighter grid and more precise control.

If you have trouble moving between dictation and commands, you can set Voice Control to command mode only.

You can also pause and resume Voice Control by telling it to go to sleep or wake up.

It's still in beta. It hasn't shipped yet. But if Apple delivers on Voice Control, not only will it be the most impressive feature in Catalina, it'll be one of the most important in macOS history.

macOS Catalina Prix ​​et disponibilité

macOS Catalina has been in closed developer beta for the last few weeks. As of today, it's also available in public beta. If you want to test it out, and I'd recommend only a secondary partition or Mac, go to beta.apple.com and sign up or sign in.

If you'd rather wait for the final release version, that'll be out sometime later this fall, and will run on:

  • 2015 MacBook or later, in other words all 12-inch models.
  • 2012 MacBook Air, MacBook Pro, Mac mini, and iMac or later.
  • 2017 iMac Pro, which is the only iMac Pro.
  • 2013 Mac Pro, the trashcan, and the upcoming new Mac Pro.

macOS Catalina To Be Continued

After years of feeling like macOS was struggling to keep up with iOS, much less catch up, Catalina not only delivers on several outstanding features from previous years but ships many if not all the new features day and date with its far more popular iPhone-running sibling system.

It's not in lock step yet by any means. Photos still can't rotate video. While you can enter side-by-side apps mode now by tiling left or right, you still can't switch apps or exit them elegantly at all, leaving them basically frozen in time compared to the iPad version. Shortcuts for Mac is still MIA.

And, yeah, "Sent with confetti".

But TV and Podcasts are here now, Screen Time and Find My. And when you look at things like Voice Control, the new Reminders app, Sign in with Apple, and Sidecar, it's impossible to deny the progress Apple's made this year.

And when you factor in Catalyst and SwiftUI, it's flat out easy to say it's only the beginning.

Main

Click to rate this post!
[Total: 0 Average: 0]