Apple

Apple Card va-t-il s'introduire dans votre portefeuille?

Par Maximus , le 6 juillet 2019 - 7 minutes de lecture

Bien qu’il n’y ait actuellement aucun projet de lancement au Canada, le nouveau service devrait tout de même faire réfléchir les banques traditionnelles des deux côtés de la frontière, affirment les analystes du secteur bancaire et de la technologie. Apple Card n’est que la dernière menace pour un secteur des services financiers qui ressent la chaleur de la part de sociétés de technologies désirant bouleverser ses habitudes. Compte tenu des antécédents d’Apple dans d’autres secteurs, il est difficile de le rejeter.

À première vue, la carte Apple Card n’est pas vraiment révolutionnaire: elle a des taux d’intérêt (bien que relativement bas), donne aux utilisateurs un peu d’argent et est livrée avec une véritable carte physique.

Elle est conçue pour être utilisée avec l’application Apple Pay de la société. La carte physique n’est utilisée que dans des endroits qui n’acceptent pas Apple Pay. La société a vanté la sécurité accrue (grâce au numéro de carte figurant uniquement sur la puce de sécurité de l’iPhone) et à la capacité des utilisateurs de contrôler leurs propres dépenses par catégorie. Les utilisateurs d'iPhone peuvent également demander la carte via leur téléphone et être prêts et dépenser en quelques minutes.

Mais aucune de ces caractéristiques ne perturbera particulièrement les banques et les cartes de crédit standard, suggère un analyste de haut niveau. De nombreuses fonctionnalités, notamment la sécurité, existaient déjà dans Apple Pay, le portefeuille mobile et l’application de paiement de la société.

«Je pense que c'est l'anti-perturbateur», a déclaré Rivka Gewirtz Little, directeur de la recherche pour les stratégies de paiement chez IDC, une société de recherche en technologies. "Apple innove avec les technologies grand public, mais je ne comprends pas en quoi l'ajout d'une carte physique au mélange est vraiment novateur."

La plus grande offre de Apple Card? Un accès relativement transparent aux services de paiement pour plus d’un milliard de propriétaires d’iPhone et d’iPad. Et cela signifie qu'un milliard de personnes utilisent potentiellement une carte Apple plutôt que leur carte de crédit existante, souligne Little.

"Ils ne vont pas séduire les gens à cause du taux d’intérêt ou de la remise en argent, car ceux-ci ne sont pas particulièrement remarquables", a déclaré J.P. Vergne, co-directeur du laboratoire bancaire numérique de la Banque Scotia à la Ivey School of Business de la Western University. "Ils le feront parce qu'ils ont déjà un écosystème plus large."

L'offre de cartes – ainsi que les services de diffusion en continu et d'actualités – interviennent alors que les statistiques montrent que les ventes d'iPhone et d'iPad commencent à faiblir. Les services offrent des marges bénéficiaires supérieures à celles des ventes d'appareils et peuvent également empêcher les utilisateurs de passer de l'iPhone à Android ou à un autre téléphone.

Apple Pay est également en concurrence sur le marché des paiements mobiles avec des offres d’autres sociétés de technologie, telles que Google Pay ou Samsung Pay. Selon les estimations de Gene Munster, analyste chez Loup Ventures, 25% seulement des utilisateurs d’iPhone aux États-Unis ont déjà activé Apple Pay.

«Ils ont appelé cela une excellente utilisation. Je l’appellerais une prise médiocre », a déclaré Little.

«La raison pour laquelle ils proposent une multitude de services est d’amener les utilisateurs à conserver leurs appareils plus longtemps."

Selon un rapport de l’analyste de Wedbush Securities, Daniel Ives, la carte pourrait compter «des dizaines de millions» d’utilisateurs aux États-Unis seulement au cours des prochaines années.

Dans certains pays, dont la Chine, les entreprises de haute technologie telles que Alibaba et Tencent occupent désormais une plus grande part du marché des paiements que les banques, a déclaré Vergne. Que cela devienne le cas en Amérique du Nord ou en Europe relève de la politique publique, ajoute-t-il.

"Les régulateurs des économies occidentales vont-ils permettre cela ici?", A déclaré Vergne.

Déjà, cependant, les institutions financières ont reculé contre les géants de la technologie, ou du moins en partenariat avec eux. Presque toutes les banques et toutes les sociétés de cartes de crédit possèdent leur propre application proposant divers éléments des services proposés avec Apple Pay, Google Pay ou Samsung Pay. Autrefois, les banques étaient un fervent défenseur de la culture d’affaires ultra-conservatrice.

"Mais ce n'est plus vrai", a déclaré Vergne.

Bien que Apple Card ne soit actuellement disponible que pour les résidents américains, grâce à un partenariat avec Goldman Sachs, Little a déclaré qu’il n’y avait aucun doute que Apple avait des ambitions plus mondiales.

«Je pense que les sociétés de services financiers traditionnelles devraient être en quelque sorte ébouriffées», a déclaré Little. "Ils veulent toujours être top du portefeuille."

Les porte-parole d’Apple n’auraient pas à commenter si la société envisagerait d’offrir la carte sur d’autres marchés, y compris le Canada.

Si Apple décide d’élargir ce service à d’autres marchés, il ya fort à parier qu’elle ne partira pas seule. Dans la plupart des pays, le secteur financier est soumis à une réglementation suffisamment stricte pour qu’il soit plus facile, plus rapide et moins coûteux de s’associer à une banque existante pour émettre la carte.

«Il faudrait un partenaire où qu’il opère. Ici au Canada, ce serait probablement l'une des cinq grandes banques », a déclaré Vergne.

Au Canada, toute carte de crédit est soumise à de nombreuses réglementations fédérales et provinciales.

Un porte-parole du principal organisme de réglementation financière du pays a déclaré que Apple pourrait choisir de faire cavalier seul en demandant à devenir une institution financière réglementée, ce qui signifie qu’ils pourraient émettre leurs propres cartes. L’approche conjointe est également une option, a déclaré Jason LaMontagne, responsable des communications au Bureau du surintendant des institutions financières.

«Si un nouvel entrant souhaite commercialiser une nouvelle offre de cartes de crédit, il peut choisir l'une de ces approches ou un nouveau modèle d'entreprise qui devra respecter les règles ou réglementations provinciales ou fédérales applicables», a déclaré LaMontagne. "Sans connaître le plan d'entreprise, il serait difficile de déterminer quelles règles ou quels règlements s'appliqueraient."

Que ce soit seul ou avec un partenaire au Canada, la carte Apple ne représente qu'un pas dans l’idée d’un portefeuille électronique complet pour remplacer le besoin de services financiers traditionnels, a suggéré Little.

"Je ne pense pas que les cartes de crédit partent de si tôt."

Josh Rubin est un journaliste économique basé à Toronto. Suivez-le sur Twitter: @ starbeer

Maximus