La saison du street art est de nouveau arrivée – Dr. Jacques COULARDEAU

Dr. Jacques COULARDEAU

Depuis mai 2017, un lieu mythique dont nous avions entendu parler mais que nous n'avions pas visité est né et a été ouvert au public. Auparavant, c'était sous la haute bienveillance de Gilles et Sylvie Iniesta, qui avaient acheté cet ancien terrain industriel à France Télécom en 2003. L'été 2017 est la première année où le site est ouvert tous les jours au public. Non, il n'y a pas des milliers de spectateurs ou de visiteurs, mais la renommée internationale du site tient au fait que depuis 2015, il a reçu quelques dizaines d'artistes graffeurs pour des résidences de création d'une semaine à trois semaines, tous proposés, à partir du matériel. à la loge et à la couverture, avec un contrat à la clé qui les oblige à créer une œuvre sur les murs de la friche, et éventuellement à passer du mur à la toile et à laisser d'autres œuvres en exposition et donc à la vente. Certaines œuvres sont reproduites en nombre limité, soit en sérigraphie, soit en impression pour les visiteurs qui peuvent donc les acheter.

En outre, une exposition commentée des œuvres de Zeso qui a passé dix ans d'immigration sans papiers aux États-Unis a été capturée par les services d'immigration en 2016 à El Paso, puis emprisonnée pendant une courte période puis expulsée, expulsée directement "De retour en France ". Ce n'était pas sous Trump, c'était sous Obama. Les États-Unis ont les idées suivantes: exploiter le plus longtemps possible les sans-papiers clandestins, sans couverture maladie, au salaire de misère et dans des conditions de vie souvent assez médiocres pour ne pas dire déplorables, jusqu'à ce qu'un maillage du réseau soit plus étroit et vous rattrapez les cheveux ou la queue clandestins, bien sûr le diable. Fini le vilain petit clandestin, il suffit de prendre l'avion de la déportation. Vous sentez-vous heureux de ne pas être menotté à votre siège?

Je dois dire qu’en 1970, j’ai été mieux traité car ils ont gardé mon dossier sous la pile pendant dix mois, alors que j’avais une mauvaise cible fixée par un bureaucrate au consulat des États-Unis à Bordeaux. partir de ma propre initiative. C’est un traumatisme léger mais moins qu’une expulsion-déportation de force ou sanitaire, et donc entre deux policiers ou un médecin et une infirmière.

Pourquoi ces anecdotes? Parce que ce centre est dédié aux graffeurs, art urbain, le "street art" qui est un mouvement universel à l’heure actuelle, certains prétendent être nés aux Etats-Unis dans les années 60, mais qui a eu des moments de Il y a longtemps (pensez à l'art du gaffiti en France en mai 68 en France), en particulier sous forme de graffiti – Les graffitis existent depuis l'Antiquité, certains exemples remontent à la Grèce et à l'empire romain et peuvent aller du simple Des rayures pour élaborer des peintures murales. Ces marques ont été utilisées par des maîtres d'œuvre des églises romanes ou postérieures pour scier la pierre à l'intérieur ou à l'extérieur. en dehors de leur signature prouvant leur participation – des graffitis fréquents dans certains lieux publics isolés et réduits comme les souffleuses à rouleaux de la célèbre topaze de Marcel Pagnol ou tout simplement de toutes vos gares et autres lieux publics de nos villes, parfois même les simples arrêts de bus de nos villages, comme celui de Courpière dans le Puy de Dôme avec les brillantes inscriptions "Courpi Plage" et "Tous les monstres sont humains".

Mais ici, nous parlons avant tout d’art, donc d’une œuvre riche et finie, d’un projet de loi qui varie selon le style et le sujet d’un artiste à l’autre et d’une œuvre à l’autre mais qui ont tous la même dimension: donner la vie, couleur, mouvement, forme et en plus de l'humour ou de l'engagement envers un environnement souvent désolés et désolés comme une friche industrielle, un mur urbain qui ne se termine ni en hauteur ni en longueur. Les propriétaires, quand ils sont intelligents, offrent en réalité leurs murs à des graffeurs comme la SNCF dont certaines des tranchées sortent des gares parisiennes, ou à Pierre Mauroy à Lille qui ont offert des murs à des artistes visuels comme Majhoud Ben Bella. Et ce sont les exemples que Gilles et Sylvie Iniesta ont décidé de suivre. Ils offrent leur friche industrielle à des graffeurs qu’ils doivent sélectionner non pas sur leurs sujets mais sur leur qualité artistique, car ils sont submergés par les demandes du monde entier.

C'est une remarque nécessaire avant d'aller plus loin; Sylvie Iniesta m'a dit que ce choix ne peut être fait sur des critères de contenu, mais uniquement sur des critères de qualité artistique. Mais c’est un défi de taille, car ce qui est bon pour X ne l’est probablement pas pour Y. J’imagine qu’en fin de compte, s’ils ne veulent pas s’en tenir à des critères sous l’influence des médias artistiques, les hiérarchies artistiques existantes avoir un comité de sélection ouvert afin de disposer d'une véritable palette de goûts et de perceptions pour orienter leurs choix et donner à ces choix l'autorité nécessaire. Mais ils sont encore jeunes dans leur projet et il a encore du temps pour grandir.

L'essentiel reste l'ambiance créée par les propriétaires et leur personnel. Je ne dirai pas que c'est sympathique parce que ce n'est pas vraiment le mot qui convient, mais que c'est sympathique et dévoué. Il suffit de demander à un artiste présent sur le site d'être offert au visiteur curieux pour une dédicace ou un entretien, une discussion, et ces artistes graffeurs ont une particularité qui leur est propre: ils aiment le contact avec leur public car leurs œuvres sont faites. être reçu par le simple public accidentel du passage dans la rue, de la visite impromptue. C'est comme si le public les surprenait dans leur intimité artistique et qu'ils se resserreraient un peu pour laisser un peu de place à ce visiteur, ce curieux animal appelé le public informel. Et précisément le public que j'ai rencontré est très informel car cet art ne nécessite pas, surtout pas, un canon de règles de lecture. Il faut avant tout s'adonner à la réception en direct des œuvres. Parce que ce sont des oeuvres.

Et c’est précisément sur cette idée que je voudrais continuer à développer le thème. Compte tenu du principe même de cet espace ouvert et fermé à la fois d'une friche industrielle, votre visite à tout moment et en site naturel ne pourra pas vous donner une vision avec un éclairage constant et parfait. En effet, à l'extérieur, vous serez la victime consentante du soleil et donc de l'ombre, deux acteurs fondamentaux du spectacle. Ces travaux doivent être reçus dans ces conditions environnementales changeantes et changeantes. Vous n'aurez jamais la même visite deux fois à cause de ces changements de lumière naturelle. Et si vous prenez le temps, vous pouvez voir les mêmes œuvres sous deux lumières naturelles différentes à deux ou trois heures. Pour les travaux intérieurs dans les bâtiments en friche, l'éclairage n'est pas calculé et mis en œuvre de manière intelligente, sauf en partie dans les deux halls d'exposition. Encore une fois, en fonction de la lumière disponible dont la lumière naturelle vous aurez des réceptions très différentes. J'attends avec impatience l'ouverture de l'Hôtel 128 où les 128 chambres des stagiaires de ce centre de formation seront redécorées chacune par un tagueur qui créera une forêt de graffitis, de styles, de peurs et de peurs, de joies et d'excitations, qui doivent toutes avoir restée contenue, mais qui va vous arracher des cris de surprise et d'émotion du fond de votre cœur à la surface la plus externe de votre ego mental et cérébral. Certains dans l'auditoire ont une réponse entre quasi et franchement hormonale à ces défis de confrontation et de beauté, parfois d'anti-beauté qui n'est qu'une forme particulière de la beauté puisque les meilleurs monstres sont d'une beauté inexprimable dans aucune langue de ce monde, comme dirait Bossuet, qui a parlé des ravages de la mort sur un cadavre.

Alors bonne visite et laissez-vous emporter dans des rêves plus ou moins humides et la production de cartes de France royale dans les feuilles de votre inconscient ou de votre érotisme mental. Et n'hésitez pas à rencontrer les artistes et à tomber amoureux, fous et fous si possible, d'artistes parce que leur art est fait pour la folie libidineuse des fantasmes les plus poilus et loufoques, cruels et exquis, forts comme une exsanguination Maya ou une méditation Bouddhiste . Vous vous perdrez dans les quatre éléments de votre environnement, l'air que vous respirez, l'eau que vous buvez (quand il ne s'agit ni de café ni de vin), la terre sur laquelle vous vous tenez et le feu qui vous réchauffe et brûle toujours vous dans le profond, destructeur de la vie pour faire revivre cette vie même dans le cycle infernal de la naissance, la vie, la mort et la renaissance, en bref le "dukkha" Pali que les souffrances de The West reflètent "la douleur" ou "la souffrance, "comme c'est le cycle éternel de la naissance à la régénération après la croissance de la vie et la décadence de la mort. "Souffrants" disent les intellectuels anglo-saxons qui ont été parmi les premiers à traduire ce concept alors que c'est le "salut" constamment répété, le "salut" de la méditation humaine face à tout ce qui ressemble à ces œuvres d'art urbain évanescentes , transitoire et nécessairement condamné à être régénéré par un autre artiste ou par un autre pinceau ou par une autre bombe d'une autre couleur. Sublime sacrifice crucifiant de l'ancienne œuvre en faveur du miracle de la deuxième résurrection résurrectionnelle de la nouvelle œuvre et, comme dirait La Polysémie des Nouilles, "Jésus, ressuscité … ce n'était … pas un miracle, c'était une zombification! "

Laissez-vous aller à cette douce méditation qui vous donnera peut-être un peu de nirvana, mais vous chercherez avant tout en vous-même quelle est la force imaginaire de la vie réelle confrontée au délire structurant de l'artiste qui mélange ses hormones non, avec ses peintures et ses formes colorées. J'ose dire que c'est à vous d'oser dénuder l'artiste qui s'offre ainsi sans retenue à votre concupiscence et à votre promiscuité visuelle. N'hésitez pas, car ces artistes adorent ce viol par le public autant qu'ils craignent l'invasion policière ou la censure de quiconque, même s'ils l'apprécient profondément et abondamment. La répression justifie leur art.

L'art est une expérience sensuelle et franchement érotique et l'art du graffiti l'est encore plus, car l'artiste sait seulement révéler ce qu'il a de plus profond, et il ne cesse de l'offrir à qui veut l'attraper et le prendre pour le dévorer. sur place de la manière la plus cannibale.

Tout cela pour dire que cet art de graffiti et un art primordial, vital et existentiellement agréable. Alors n'hésitez pas à vous livrer à cette jouissance qui doit toujours être multiple, diversifiée et plurielle.

J'espère que les maîtres de cérémonie ouvriront bientôt ce centre pour que des événements sonores et lumineux dans les décors extérieurs et des descentes infernales dans les espaces intérieurs soient créés, avec des textes créatifs de poètes et d'auteurs vivant en résidence pour créer ces événements. L'art du graffiti est un art qui nous parle. Il doit trouver sa voix, son style poétique, son histoire et son suspense – Ce suspense devant l'incertain de la sensation des grandes œuvres, celle des graffeurs lors de la conception inouïe de leur révélation d'apocalypse, les nocturnes artilleurs bombes de couleur à un moment où ils voient que l'aube suivante sera celle de la gloire ou du pilori. (Comme Valery aurait pu le dire, Variété IV, 1938, 135.) – dans la voix d'un auteur-lecteur ou d'un auteur-acteur, d'un auteur-narrateur, d'une manière ou d'une autre, avec de la musique en direct ou enregistrée et un éclairage qui rend les espaces si animés .

Dr. Jacques COULARDEAU

EXPOSÉ EN ANGLAIS

https://www.street-art-city.com/

Depuis mai 2017, Street Art a une capitale permanente et durable dans le monde. C'est à Lurcy-Lévis dans l'Allier, en France. Gilles et Sylvie Iniesta ont acheté en 2003 à France Télécom, aujourd'hui Orange, une friche industrielle. C'était un centre de formation pour le service public des PTT, Post Office Telegraph and Telephone, comme il était connu avant que la compagnie de téléphone de l'entreprise publique ne soit privatisée vers 2000 par Lionel Jospin, le Premier ministre français de l'époque, parce qu'ils osaient participez à des échanges internationaux réunissant tous les pays, à l'exception des États-Unis, pour répondre à la demande de la Chine: établissez une norme internationale unique pour les téléphones portables qui pourrait être ouverte à l'innovation avec le temps Tous les Européens au Japon étaient favorables à une réponse positive, à l'exception de France Télécom, qui estimait que les lignes fixes devraient être privilégiées. Nous savons tous ce qui s'est passé ensuite. Et il y a quelques années encore, le service postal auquel la banque a été privatisée a également été attribué. L'année 2003 a été une année cruciale à de nombreux égards en France, puisqu'il s'agissait de la première année du premier départ à la retraite du système de retraite. Pour Street Art, il s'agissait toujours d'un projet et le projet n'a commencé à sortir de la cuisine qu'en 2015, lorsque les propriétaires ont décidé d'ouvrir la porte au monde entier. Ce fut la véritable naissance de Street Art City, parfaitement nommé en anglais.

Aller à Lurcy-Lévis est une aventure. Ce n'est pas du tout une route principale. C'est loin de toute grande ville en effet. Et à Lurcy-Lévis, il se trouve à un bon kilomètre du centre-ville, qui est plutôt un quartier bas du village, entouré de champs. Vous pourriez même y aller un moment car la signature est toujours très précaire. Mais vous serez récompensé lorsque vous y arriverez, à au moins cent milles de la route. Et la première surprise sera la gentillesse du "gardien" et la seconde est que le parking est sur le site même, donc parfaitement protégé. La ville doit faire un effort en matière de transport en commun car la ville la plus proche, Moulins, est située sur le principal chemin de fer reliant Clermont-Ferrand à Paris et inversement, et donc sur un itinéraire de transport en commun bien desservi. But de Moulins à Lurcy-Lévis Vous devez peut-être chercher des buses, des bus publics ou des autocars, mais les informations ne sont pas facilement disponibles. Lorsque vous arriverez sur le site, vous regretterez une chose. Les artistes de rue et leurs fans sont des personnes qui savent où ils se trouvent et où ils vont se trouver. là pour deux jours. Mais je suppose que c'est le moteur du site pour un événement futur. C’est une question de sécurité et de réglementation. Mais c’est un peu le talent et la bagatelle dans un tel projet.

La plupart des surfaces extérieures du bâtiment sont déjà recouvertes de peintures murales, de même que l'intérieur du mur d'enceinte. L'hôtel 128, 128 chambres des stagiaires, n'est pas encore ouvert. En quelques mois, 128 artistes, 128 œuvres d’art sous la forme des murs de la salle, plus le plafond, et pourquoi pas le sol, y compris les toilettes et les placards. Ce sera le chef-d'œuvre au centre mais la taille sera limitée. Notez le bunker qui était le bar et la salle de danse du centre du monde, ou ce que les stagiaires voulaient, et à cette époque (le centre a été fermé en 1992). Ce bunker est décoré à l'extérieur et à l'intérieur, bien que l'intérieur soit loin d'être terminé. Au total, ce centre a une superficie de murs de 22 000 mètres carrés et atteint douze ou quinze mètres de hauteur.

Le bâtiment principal met à la disposition des visiteurs deux halls d’exposition, l’un destiné à un événement spécial dédié à un artiste, Zeso, cette année, avec une collection de peintures intitulée [deported] Parce qu’il s’agit d’une image des États-Unis où il s’agit d’un immigré clandestin, un visiteur sans-papiers a été saisi, placé en détention et expulsé à El Paso, au Texas, à la fin de ces dix années. Il a vécu et travaillé à New York et sa vision de la ville verte va dans le sens de la ville. Nous pourrions en discuter, mais ce n’est pas fondamentalement faux si nous réduisons la ville à une population comme les Trumps. La seconde salle d’exposition est consacrée aux œuvres d’art, où ils ont peint certaines parties des murs et certaines de leurs œuvres sur toile ou sur papier, des peintures, des sérigraphies ou des estampes pour la vente. Avec un bar fournissant des boissons pour ceux qui ne peuvent pas attendre pour vous. Vous pouvez alors demander un artiste disponible sur le site. Ils adorent ça parce qu'ils sont des artistes de rue et qu'ils n'ont pas peur d'être dans la rue.

Qui sont les artistes? Les artistes viennent du monde entier. Ils passent une à trois semaines sur le site et sont supposés peindre certaines parties des murs ou faire un don au site pour une exposition ultérieure in situ. Jusqu'à ce que l'artiste revienne et le change, ou jusqu'à ce qu'un autre artiste arrive et le recouvre de son propre travail. Cela se produit et je ne peux penser à aucune de ces choses. Ils ont un accès gratuit au matériel dont ils ont besoin pour faire leur travail, ainsi qu’à des repas et un logement gratuits. Ils viennent du monde entier, où ils sont peints avec de l'acrylique standard ou une autre peinture résistant à l'eau. Certains viennent des endroits où le street art utilise des peintures en aérosol. Le centre essaie de faciliter les déplacements des autres dans le monde. C’est la contradiction de cet art de la rue.

Jusqu'à la Renaissance, l'art était essentiellement accroché à un mur ou à un lieu. Les arts principaux étaient jusqu'au 15ème siècle, certains des plus importants, des plus importants, mais la plupart étaient des pierres tombales, des sarcophages, des statues. Il y avait aussi beaucoup de sculptures à l'extérieur des églises comme des gargouilles ou d'autres hauts-reliefs sur les murs extérieurs. Ceux-ci ne pourraient pas être déplacés bien sûr. L'art a été attaché à un lieu et le public est devenu de plus en plus spécifique au sujet de l'art.

La Renaissance a inventé le portrait, les peintures sur toile, grandes ou petites, mais la plupart d’entre elles sont la propriété privée de quelqu'un qui les a conservées chez lui. Ils n'ont pas été distribués parmi le public et encore plus susceptibles d'être comparés à ceux qui étaient dans les églises. Ce film pourrait facilement être transporté à sa taille, montré à n'importe qui, même s'il a été reproduit en plusieurs exemplaires. Le street art est en fait un mouvement de retour aux œuvres d’art attachées à des lieux et des bâtiments. C'était illégal – et parfois encore – illégal non autorisé, sauf lorsque certains propriétaires intelligents renoncent à ce qu'ils veulent. La SNCF, la compagnie de train en France, a installé certains des murs situés du côté des tranchées de la gare en dehors de Paris. Certains autres propriétaires ont des murs de leurs visages, sélectionnés ou non.

Dans cette Street Art City, nous sommes entre deux options. Les bâtiments sont à l'écart, loin des villes, des routes, etc. Le projet est durable et durable, mais ils ne sont pas visibles pour le public, car ils ne sont visibles ni de la route ni du public. Cela signifie que le public vient de loin, en particulier pour visiter le site et les propriétaires pour le rendre durable. Cela implique beaucoup de relations publiques, mais pour un public principalement informaticien possédant des téléphones portables, des téléphones intelligents, des tablettes ou toute autre machine de ce type. Les réseaux deviennent essentiels pour l'information et peuvent être intéressés. Ils font également un effort sérieux pour la presse et la télévision, et d’où viennent les artistes.

Un principe est essentiel et est répété par les propriétaires et les artistes: c’est la totale liberté des artistes de faire ce qu’ils veulent comme ils le souhaitent. Les propriétaires ont atteint un tel succès qu'ils ont choisi de sélectionner les bons artistes. C’est la croissance normale de tout centre qui doit faire face. Les propriétaires seront bientôt en mesure de choisir parmi un certain nombre d’options qui leur permettront de valoriser leurs choix par certaines procédures collectives, et ils seront prudents quant à leur identité. le piège de suivre ce qui est à la mode, il existe des règles, des réglementations, des limites, qui ne sont jamais écrites, mais qui dominent et contrôlent l’esprit de la plupart des gens via la presse spécialisée sur le sujet et l’élite intellectuelle. Ce qui est bon et ce qui est mauvais ? Et les propriétaires trouveront leur inspiration dans les mythes occidentaux.

C’est en recherchant les racines primordiales de l’humanité, du moins les racines primordiales qui ont survécu et se sont épanouies après la glaciation, lorsque l’eau a commencé à monter jusqu’à 120 mètres, cent vingt mètres. L’Occident possède certaines des forces les plus importantes du monde, et c’est l’une des choses les plus importantes du monde des arts africains et polynésiens. Nous partageons tous l'air que nous respirons, l'eau que nous buvons, le sol sur lequel nous nous trouvons et le feu que nous brûlons, mais ce feu peut être destructeur, notamment lorsque le commandement de l'officier ordonne à un groupe de tir de tirer sur la victime d'une telle exécution. . De la même manière, nous comprenons clairement nos impulsions sensuelles et nos sensations. L'esprit est-il le sixième sens, le méta sens qui interprète ce que nous ressentons d'une manière ou d'une autre? La question est ouverte bien que les compositeurs utilisent leur esprit pour composer de la musique, les artistes de rue utilisent leur esprit pour construire des formes, des couleurs et un sens, les auteurs utilisent leur esprit pour contrôler leurs mains, leurs stylos, leurs claviers, leurs émotions pour écrire des récits de poésie .

C’est le dernier souhait que j’ai. Cette ville de street art est l’une des villes les plus grandes et les plus importantes au monde. Ce sont les endroits où ils se tiennent, assis ou accroupis, qui doivent trouver un moyen de s’entendre avec le texte, avec la musique, dans les ténèbres les plus sombres de la nuit avec des lumières allumant ça et là et animant les peintures. Un tel rêve et un tel projet n’ont pas de fin. Ils ont besoin d'inviter des écrivains et des musiciens qui produiront dans la journée, l'audience sera entendue dans l'audience ou dans l'audience. une pièce sombre. Le bunker pourrait être une salle de spectacle et de diffusion.

Tout cela pour dire que ce site est probablement unique au monde, mais ce sont aussi les premières étapes sur la voie qui mène à quelque chose d'encore plus grand et plus inspirant que nous ne pouvons l'imaginer dans notre solitude, dans ce monde de la commercialisation et de la normalisation. Nous devons atteindre le niveau d’inspiration multiple et mondial multiple qui pourrait être notre véritable Nirvana vivant.

Dr. Jacques COULARDEAU

La saison du street art est de nouveau arrivée – Dr. Jacques COULARDEAU
4.9 (98%) 43 votes