Wall Street rechute avec des craintes de récession

Le fort rebond du marché américain hier (+ 1,44% sur le DJIA et + 1,95% sur le Nasdaq) s'annonce déjà à court terme. Il faut dire que cela a été alimenté principalement par l'annonce du report de certains droits de douane et que ce geste positif, signalant un potentiel d'atténuation des tensions sino-américaines, peut également être perçu comme un aveu de faiblesse de l'administration Trump. Dans le même temps, les quelques signes d'inflation observés aux États-Unis (l'indice des prix à la consommation d'hier et les prix à l'importation actuels) ou au Royaume-Uni limitent évidemment la capacité des banques centrales à soutenir l'économie.

Certains chercheurs tirent également l'explication du renversement de la courbe de rendement à deux et dix ans aux États-Unis. Ce retournement s'est produit aujourd'hui et pourrait annoncer une quasi récession. Ainsi, sur le marché obligataire américain, la courbe des rendements à deux et dix ans vient de s'inverser pour la première fois depuis 2007, ce qui réveille des souvenirs douloureux.

Enfin, les dernières statistiques chinoises ou européennes (en particulier allemand) confirment le ralentissement général.

Le S & P500 est maintenant en baisse de 1,81% à 2,873 pts, le Nasdaq de 2,02% à 7,855 pts et le DJIA de 1,77% à 25,814 pts. Sur le marché des changes, l’indice dollar a progressé de 0,2% à 97,8%, tandis que l’euro a atteint 1,114 USD (-0,3%).

Rechute du brut, progression de l'or

Du côté des produits de base, le baril de pétrole brut WTI a chuté de 3,3% pour s'établir à 55,2 $, tandis que le rendement du Brent était de 3%, à 59,5 $. Cette correction est confirmée par le dernier rapport du US Department of Energy, qui montre que les stocks intérieurs de pétrole brut, hors réserve stratégique, ont augmenté de 1,6 million de barils pour la semaine terminée le 9 août, à 440,5 millions de barils. Le consensus était une diminution de 2,5 mb. Les stocks d'essence ont diminué de 1,4 million de barils, tandis que les stocks de produits distillés ont diminué de 1,9 million de barils.

L'once d'or gagne quant à elle 0,7% de plus à 1 525 $, tandis que l'argent rapporte 1% sur les achats défensifs.

Programme économique en charge outre-Atlantique

Le programme économique reste chargé de l'autre côté de l'Atlantique. Les indices de prix des importations et des exportations des États-Unis pour le mois de juillet 2019 ont tous deux affiché une augmentation de 0,2% par rapport au mois précédent, alors que dans les deux cas, le consensus était de -0, 1%! Sur une base annuelle, l’indice des prix à l’importation a diminué de 1,8% et celui des prix à l’exportation de -0,9%, contre -2% et -1,2% de consensus, respectivement.

L'indice des prix à la consommation aux États-Unis pour le mois de juillet 2019 était déjà apparu hier en hausse de 0,3% par rapport au mois précédent, selon le rapport gouvernemental du Département du Travail, alors que le consensus de lieu était de + 0,2%. Cet indicateur des prix à la consommation est en hausse de 1,8% d'une année sur l'autre par rapport à juillet 2018, où le consensus était de + 1,7%. L'indice des prix hors alimentation et énergie – éléments volatils – a également progressé de + 0,3% en juillet 2019 par rapport au mois précédent, contre un consensus de + 0,2%. En glissement annuel, l'IPC hors alimentation et énergie s'est apprécié de 2,2%.

Demain jeudi, la journée s'animera à partir de 14h30 avec les traditionnelles demandes hebdomadaires sans emploi pour la semaine terminée le 10 août (consensus 208 000), l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie pour le mois d'août (consensus 11,1), celui de Fed de New York (consensus 2.5), ventes au détail en juillet (consensus +0,3% par rapport au mois précédent, +0,4% hors moteur, +0,5% hors automobile et essence), ainsi que les chiffres de productivité et de coûts du deuxième trimestre (consensus + 1,5% pour la lecture préliminaire de la productivité non agricole, + 2% pour les coûts salariaux unitaires). Les chiffres de la production industrielle pour le mois de juillet seront révélés à 15h15 par la Fed (consensus + 0,1% par rapport à juin, -0,1% pour la production manufacturière et 77,8% de capacités d’utilisation). Les stocks et les ventes des sociétés pour le mois de juin seront annoncés à 16h (consensus + 0,1% sur les stocks). Enfin, l'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders pour le mois d'août sera annoncé à 16h (consensus 66).

Indicateurs contrastés en Europe

Malgré la contraction de l'économie allemande, le PIB de la zone euro corrigé des variations saisonnières a augmenté de 0,2% au deuxième trimestre. Une évolution en ligne avec les attentes du marché. Dans l’estimation préliminaire, la croissance s’élève à 1,1% après +1,2% au trimestre précédent. Le nombre de personnes occupant un emploi a augmenté de 0,2% dans la zone euro au cours des trois mois clos le mois de juin.

La production industrielle corrigée des variations saisonnières a diminué de 1,6% dans la zone euro en juin, après une hausse de 0,8% au trimestre précédent, a déclaré Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne. En glissement annuel, la production industrielle a diminué de 2,6%. La prévision consensuelle diminue respectivement de 1,4% et 1,2%.

Contre toute attente, l’inflation britannique s’est accélérée en juillet pour atteindre 2,1% en glissement annuel après + 2% en juin et contre un consensus de 1,9%. Plus tôt ce mois-ci, la Banque d'Angleterre prévoyait que l'inflation tomberait à son plus bas niveau en trois ans au dernier trimestre, en dessous de 1,6%, en raison de la baisse des prix du pétrole. et le gouvernement plafonne les factures d'énergie des ménages. Le Bureau national des statistiques a souligné qu'il était encore trop tôt pour pouvoir identifier la faiblesse de la livre sterling comme le principal facteur à l'origine de la hausse des prix en juillet. Le rapport indique que les coûts plus élevés des chambres d’hôtel, des jeux vidéo et des consoles, ainsi que la réduction des rabais sur les vêtements vendus lors des soldes d’été, ont accru le taux annuel d’inflation. OSN. L’inflation annuelle ajustée, qui exclut les éléments les plus volatils, a également progressé à 1,9% par rapport au sommet de six mois. La marche sur une stabilité de 1,8%.

Pas de surprise toutefois de l'évolution des prix à la consommation en France en juillet. Confirmant son estimation préliminaire, l'INSEE indique que l'IPC a diminué de 0,2% sur un mois, après une hausse de 0,2% en juin. Cette baisse résulte d'une baisse saisonnière des prix des produits manufacturés (-2,8% après la stabilité en juin) imputable aux soldes d'été et d'une forte baisse des prix de l'énergie (-1,1% après -0,1%). En revanche, les prix des services s'accélèrent (+1,0% après +0,5%), en particulier ceux du transport aérien avec le début des vacances scolaires. Les prix des produits alimentaires sont également plus dynamiques que le mois précédent (+0,5% après +0,1%). Enfin, les prix du tabac ont légèrement augmenté sur le mois (+0,2% après la stabilité en juin). En glissement annuel, l’inflation a atteint 1,1% après +1,2% en juin. L'indice des prix à la consommation harmonisé avec les normes européennes (IPCH) a reculé de -0,2% en juillet après + 0,3% en juin. Sur un an, il ralentit à +1,3% après +1,4% le mois précédent. Une évolution en ligne avec les attentes du marché.

Le taux de chômage a continué de baisser en France. Calculé au sens du BIT, il a diminué en moyenne de 0,2 point au deuxième trimestre, après une baisse de 0,1 point au trimestre précédent. Avec 8,5% de la population active en France (hors Mayotte), il est de 0,6 point de pourcentage inférieur à son niveau du deuxième trimestre 2018 et est le plus bas depuis début 2009. En incluant la mer (hors Mayotte), il en baisse de 0,2 point à 8,5%, un minimum depuis la fin de 2008. En France métropolitaine, le nombre de chômeurs a diminué de 66 000 au cours du trimestre, soit 2,4 millions de personnes.

Comme prévu, l'économie allemande s'est contractée de 0,1% au deuxième trimestre, après une hausse de 0,4% au cours des trois premiers mois de l'année. Selon l'Office fédéral de la statistique, le PIB, corrigé des effets de calendrier, a augmenté de 0,4% d'une année sur l'autre.

Ralentissement marqué en Chine

Les statistiques chinoises du jour sont en dessous des attentes. La production industrielle a ralenti à + 4,8% en juillet et en glissement annuel, ce qui représente la plus faible augmentation en plus de 17 ans, selon les données publiées par le Bureau national de la statistique (BNS). Le consensus était de + 5,8% après une croissance de 6,3% en juin. Selon les dernières statistiques gouvernementales, les ventes au détail ont également ralenti en juillet, à + 7,6%, contre + 8,6% du consensus et + 9,8% en juin. Enfin, le taux de chômage s'est établi à 5,3%, contre 5,1% un mois auparavant.

Ces chiffres confirment donc le ralentissement de la Chine dans un contexte de montée des tensions commerciales avec les États-Unis. Ils reflètent également la baisse de la demande intérieure malgré les mesures de soutien mises en place par Beijing. L’administration américaine prélèvera à partir du 1er septembre des droits de douane supplémentaires. sur les marchandises en provenance de Chine. Donald Trump a néanmoins assoupli le ton avec un report au 15 décembre des droits de douane de 10% sur certains produits tels que les téléphones portables, les ordinateurs portables ou les consoles de jeux.

Valeurs

CBS et Viacom baissent de 7% aujourd'hui, au lendemain de l'annonce de leur mariage! Le rapprochement tant attendu des deux géants américains des médias a été confirmé hier. CBS a clôturé la séance hier sur un gain de 1,4% à Wall Street pour une capitalisation de 18,3 milliards de dollars. Viacom a ajusté sa hausse de 2,4% pour atteindre une capitalisation de 12 milliards. ViacomCBS, l'entité fusionnée, devrait fortement investir dans le contenu pour faire face à la montée en puissance des principaux acteurs de la diffusion vidéo en continu (Netflix, Amazon et bientôt Disney).

La transaction en actions donnera aux actionnaires actuels de CBS une participation de 61% dans la nouvelle société, contre 39% pour Viacom. L'entité issue de la fusion aurait des revenus estimés à plus de 28 milliards de dollars. Des économies de 500 millions de dollars par an sont également attendues. Chaque titre de classe A de Viacom sera échangé contre un titre de sécurité CBS de 0.59625, et chaque titre de classe B de Viacom titre pour 0,59625 action CBS de classe B … Bob Bakish, directeur général de Viacom, dirigera l'entité fusionnée. Joe Ianniello, PDG de CBS, dirigera cette activité spécifique. Il espère que la nouvelle entité bénéficiera du "meilleur des deux mondes".

CBS dispose d'un réseau de diffusion et de chaînes de télévision. Le groupe possède la chaîne payante Showtime, ainsi qu'une participation dans le réseau de télévision The CW. Viacom est propriétaire des studios et chaînes de Paramount Pictures tels que Comedy Central, MTV ou BET … La finalisation de la fusion est attendue d'ici la fin de 2019. Cela aurait un impact positif sur les bénéfices et les économies de coûts. 500 millions de dollars sont prévus dans les 12 à 24 mois suivant la clôture.

Boeing (-2%). En raison de la crise du 737 MAX, le groupe aérospatial n’a livré que 19 appareils en juillet. Le constructeur aéronautique américain n’avait pas atteint un niveau aussi bas depuis novembre 2008 (4 avions livrés), en pleine crise financière. Au cours des sept premiers mois de l’année, la société établie à Chicago a vu ses livraisons chuter de 38% par rapport à l’année précédente, avec 258 appareils livrés. À titre de comparaison, Airbus a livré 458 avions sur la même période.

L’avion le plus vendu de Boeing, le 737 MAX, a été interdit de vol à la suite de la catastrophe aérienne d’Ethiopian Airlines, le 10 mars, moins de cinq mois après la chute de son avion. du même type de la société indonésienne Lion Air. Si Boeing est en rupture de stock, le groupe américain a également du mal à obtenir de nouvelles commandes pour son ex-best-seller. En juillet, Boeing n'a signé aucun contrat de vente pour son 737 MAX pour le cinquième mois consécutif.

Apple (-2%), qui avait enflammé la nuit dernière 4,2% à Wall Street avec des espoirs commerciaux, a perdu du terrain mercredi. L’administration américaine de la FAA (aviation civile) a interdit certains modèles de MacBook Pro après le rappel de certaines unités défectueuses, indique Reuters.

Macy (-15%), la chaîne de magasins américaine, plonge aujourd'hui à Wall Street, après des comptes du deuxième trimestre très décevants. Le bénéfice net s’est établi à 86 millions de dollars et à 28 cents par action, en hausse par rapport à 166 millions de dollars l’année précédente. Les revenus se sont élevés à 5,55 milliards de dollars, contre 5,57 milliards un an auparavant. Le consensus était de 46 cents de bpa pour 5,55 milliards de dollars de facturation. Le groupe s'attend maintenant à un bénéfice annuel ajusté par action compris entre 2,85 et 3,05 dollars, une révision à la baisse brutale.

Cisco (-2%). Il reste quelques publications trimestrielles notables cette semaine après la saison des résultats outre-Atlantique. Ce mercredi, la soirée sera animée par les équipements réseau géants californiens Cisco et NetApp, qui publieront après marché … Le consensus sur Cisco est de 82 cents du bénéfice par action au trimestre de juillet, pour 13,39 milliards de dollars de chiffre d'affaires .

Demain jeudi, le géant chinois du commerce électronique, Alibaba, publiera avant le marché, accompagné du géant de Bentonville, Arkansas, Walmart et du groupe de luxe new-yorkais Tapestry (ex-Coach). Applied Materials et Nvidia annonceront après la fermeture de Wall Street. Vendredi, Deere & Co, le spécialiste américain des équipements agricoles et plus particulièrement des tracteurs, dévoilera ses comptes de pré-marché à Wall Street.

Wall Street rechute avec des craintes de récession
4.9 (98%) 43 votes