Apple

La fascinante histoire de la Silicon Valley | CleanTechnica

Par Maximus , le 30 juin 2019 - 3 minutes de lecture

Puissance propre

Publié le 29 juin 2019 |
par Steve Bakker

29 juin 2019 par Steve Bakker


Jeu-questionnaire: Vous arrivez au pique-nique annuel de l'église dans votre nouvelle Tesla. Vous stationnez parmi une variété de véhicules à essence, hybrides et hybrides rechargeables. Ayant le seul véhicule électrique pur à l'événement, vous êtes bientôt entouré par une foule de badauds, roucoulant et louant votre belle automobile. Une voix dans la foule vous interroge sur le moteur unique de votre Tesla et vous répondez de manière à ce que la foule sourie et hoche la tête de haut en bas. Détectant votre maîtrise de toutes les choses Tesla, un autre spectateur demande pourquoi Tesla Motors est si étroitement liée à la Silicon Valley.

Le public prend une respiration collective, tous les yeux sont rivés dans votre direction et il vous apparaît qu'aucun d'entre eux n'a encore lu les piles de livres ni visionné les nombreux documentaires sur l'histoire de la Silicon Valley. Ou peut-être qu'ils ont et veulent juste l'entendre à nouveau. Vous répondez en disant que l’histoire de la Silicon Valley est longue, mais s’ils le souhaitent, vous seriez heureux de relayer quelques faits pertinents en rapport avec la question. En fait, vous leur promettez une histoire sur la manière dont une tragédie familiale personnelle au 19ème siècle pourrait bien être le catalyseur de la révolution qui a eu lieu au cours des 50 dernières années dans et autour de Silicon Valley, et comment SV est devenue le lieu idéal pour la renaissance de la voiture électrique.

Après avoir entendu votre remarque, la foule se disperse aussitôt et ne retourne que quelques minutes plus tard avec des contenants de poulet frit au soja, de salade de pommes de terre, de limonade et d'autres accessoires de pique-nique essentiels à la mission. Il vous est demandé de replacer votre Tesla dans le seul emplacement réservé aux personnes handicapées situé à l'avant du terrain, qui jouit d'une position stratégique adjacente à une vaste zone herbeuse. Des nappes et des couvertures s'étalent sur le sol, chacun prenant place en demi-cercle autour de la voiture (vu du ciel, cet arrangement aurait rappelé le logo Tesla). On entend le bruit des couvercles Tupperware qui s'ouvrent, des ustensiles en plastique qui sont ballottés, des capsules libérées de bouteilles de bière… alors tout est calme et, une fois encore, l'attention se tourne. Vous demandez aux gens dans la foule de régler leurs machines Wayback pour l'année 1626. Les pique-niqueurs sont obligés. Vous récitez ensuite le guide abrégé suivant sur l’histoire des SV:

wayback_machine_with_speech_bubble "srcset =" https://cleantechnica.com/files/2016/07/wayback_machine_with_speech_bubble.jpg 380w, https://cleantechnica.com/files/2016/07/wayback_machine_bouche_bâble.jpg -width: 380px) 100vw, 380px "/></p>
<p><strong>1626.</strong> Peter Minuit, de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, achète l'île aux habitants de Manhattan. L’événement devient un repère pour la civilisation qui s’épanouira sur la côte est de l’Amérique du Nord.</p>
<div id=The_Purchase_of_Manhattan_Island_wiki "width =" 570 "height =" 374 "srcset =" https://cleantechnica.com/files/2016/07/The_Purchase_of_Manhattan_Island_wiki-570x374.jpg 570w, https://cleantechnica/97/files The_Purchase_of_Manhattan_Island_wiki-270x177.jpg 270w, https://cleantechnica.com/files/2016/07/The_Achat_of_Manhattan_Island_wiki.jpg 600w "tailles =" (largeur maximale: 570px) 100vw, 570px "/>


<p id=Achat de l'île de Manhattan (image du domaine public)

1850. Avec l'est des États-Unis bien établis, enrichis et enracinés… les colons, les explorateurs et les inadaptés qui en avaient repoussé l'ouest à la recherche d'un nouvel état de vie revendiquant le statut de terre à l'extrême gauche du continent, connu sous le nom de Californie, Le pays des opportunités. Le nouvel État s'est taillé une réputation de lieu où, grâce à l'abondance de la lumière du soleil, associée à une philosophie libre, tout peut arriver.

1852. L'avocat new-yorkais et avocat Leland Stanford déménage en Californie et gagne une petite fortune en vendant des pics et des pelles à des mineurs d'or. Stanford risque plus tard cette fortune en fondant le chemin de fer central du Pacifique. Au fil du temps, l'homme désormais riche achète de vastes étendues de terrains non aménagés autour de la ville de Palo Alto, dans la région de la baie de San Francisco, et construit une maison de campagne. Au nord se trouve le centre financier de la côte ouest, San Francisco. Au sud se trouve le territoire relativement inexploité de la vallée de Santa Clara, parsemé de vergers, qui lui a valu le surnom de «vallée de la joie du cœur».

apricots_publicdomainpictures_net "width =" 570 "height =" 380 "srcset =" https://cleantechnica.com/files/2016/07/apricots_publicdomainpictures_net-570x380.jpg 570w, https://cleantechnica.com/files/2016/07/ apricots_publicdomainpictures_net-270x180.jpg 270w, https://cleantechnica.com/files/2016/07/apricots_publicdomainpictures_net.jpg 600w "tailles =" (largeur maximale: 570px) 100vw, 570px "/>


<p id=Abricots (image du domaine public)

1884. Le fils unique de Stanford, Leland Jr., meurt de la fièvre typhoïde à l'âge de 15 ans. Les Stanford, déchirés, décident de tirer le meilleur parti de la perte de leur enfant en fondant une école accessible à «tous les enfants de Californie». L'Université de Stanford a ouvert la voie en 1885 et a rompu avec la convention de l'Est en 1889. Elle a ouvert ses portes aux hommes et aux femmes non confessionnels à une période de l'histoire où la plupart des universités n'étaient que des institutions religieuses. Comme le dit la page d'histoire de Stanford.edu: «La prédiction d'un journal new-yorkais selon laquelle des professeurs de Stanford« donneraient des conférences dans des couloirs de marbre sur des bancs vides »a rapidement été réfutée. L'Université de Stanford, qui promet un enseignement de« connaissances pratiques », attire une variété d’étudiants brillants et talentueux du monde entier et continue à se faire connaître, en particulier grâce à son département d’ingénierie réputé pour sa diversité et son innovation constante.

Image de David Mark de Pixabay (image du domaine public)

1939. Frederick Terman, professeur à Stanford Electrical Engineering, commence à s’établir comme une force amie des entrepreneurs en incitant deux anciens élèves, William Hewlett et David Packard, à créer une société d’électronique dans un garage de Palo Alto. Terman continue de jouer un rôle clé dans la promotion de liens étroits entre les étudiants de Stanford et les industries technologiques émergentes de la région. Les liens entre l'université et l'entreprise privée se sont encore renforcés en 1951 avec l'ouverture de ce qu'on appelle aujourd'hui le parc de recherche Stanford, un parc de bureaux industriels doté d'un crédit-bail à long terme pour attirer les entreprises de technologie.

fred_quote "srcset =" https://cleantechnica.com/files/2016/07/fred_quote.jpg 384w, https://cleantechnica.com/files/2016/07/fred_quote-270x127.jpg 270w "tailles =" (max. -width: 384px) 100vw, 384px "/> <img class=

1976. Steve Jobs et Steve Wozniak inventent un ordinateur appelé Apple 1. Wozniak est contractuellement tenu de proposer la machine à ses employeurs chez Hewlett Packard. Les cheveux longs de Los Altos (à cinq kilomètres au sud de Palo Alto). HP, pensant que personne ne désirerait un ordinateur personnel, passe. Les deux Steves commencent à chercher des fonds pour fabriquer la prochaine génération d’Apple II. Les banques de briques et de moteurs regardent la paire. La société de capital-risque d’Arthur Rock, ne comprenant pas ce qu’étaient ces étranges hippies, refuse même de participer à une réunion. D'autres sociétés de capital-risque prennent également une passe. Le patron de Steve Jobs chez Atari, Nolan Bushnell, passe… mais renvoie le couple à Don Valentine, un dirigeant de Fairchild devenu capital-risqueur.

Valentine reconnaît ce que Jobs et Wozniak ont ​​fait et fait venir Mike Markkula, 32 ans (photo ci-dessous), un ancien directeur du marketing chez Fairchild, devenu millionnaire à la retraite (options d'achat d'actions), ainsi que l'aide de sociétés de haute technologie naissantes. Après avoir rencontré Jobs et Wozniak, Markkula sort de sa retraite pour devenir capital-risqueur, président et chef de la direction d’Apple. Markkula invite Arthur Rock, qui doute désormais, et Don Valentine au conseil d’administration. La paire arrive avec un financement supplémentaire. Trois emplois seront ensuite visités dans l’atelier Xerox PARC et, peu après, le Macintosh sera présenté au monde (1984).

Les prochaines années. Les semences de nouvelles idées, de nouvelles technologies, de nouvelles entreprises et de nouvelles sources de capital s’enracinent. Une explosion de produits séduit les consommateurs au fur et à mesure de leur développement. Les ordinateurs personnels deviennent omniprésents. Des applications logicielles tueuses apparaissent. Le terme «Internet» est devenu un mot familier et son utilisation répandue produit un bond en avant dans la diffusion d’informations inégalées depuis la presse à imprimer et les livres de la Renaissance d’un prix abordable.

1995. Elon Musk, un immigrant sud-africain, s'inscrit à la Stanford University pour étudier la physique. Il abandonne l'école pour créer deux entreprises très prospères basées dans la Silicon Valley. Pendant ce temps, Martin Eberhard et Marc Tarpenning créent une société de voitures électriques du nom de Nikola Tesla. Musk se joint à lui plus tard avec une part du savoir-faire de la Silicon Valley afin de produire le premier véhicule électrique durable fabriqué en série. Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire.


Le temps normal est rétabli. Après un court silence, un pique-niqueur reprend: «Je pense que certaines de ces personnes étaient en train de faire du raisonnement selon les premiers principes."

Une autre voix lance: «Le risque était un élément même dans les premiers efforts de SV. Et même Leland Stanford avait ses détracteurs!

Quelqu'un rétorque: "Ouais, vous pouvez imaginer la bravoure qu'il a fallu pour regarder dans les abysses de ces entreprises alors que l'histoire n'avait pas encore été écrite et que le résultat était totalement incertain."

“Bien”, dit un autre. «Et il a fallu des prunes extra-grosses pour que Noyce réduise le prix de ces transistors de nouvelle génération dans l’espoir que le volume permettrait de rétablir les marges bénéficiaires!»

«Oui», dit encore un autre. «La Silicon Valley reste l’endroit pour les nouvelles idées… et l’argent pour les alimenter. SV continue à se réinventer!

"La Chine n’a pas de Silicon Valley, n'est-ce pas?", Résonne une voix douce. “NON !,” répondent les autres pique-niqueurs à l'unisson.

«Et ce qui me tracasse, dit un autre, c'est à quel point c'est étrange que la majeure partie de la fortune de Leland Stanford, tirée de la poursuite du développement de ce qui était le système de transport à la pointe de son époque – le chemin de fer – a contribué à ouvrir la voie pour donner un coup de pouce à la technologie de transport la plus avancée du moment. Les sociétés Internet fondées en SV, telles que Zip2 et PayPal, ont financé la résurrection de la voiture électrique. "

"Ouais", la foule répond collectivement. "Bizarre."

Leur ventre plein et leur esprit satisfait, les pique-niqueurs vous remercient pour le sermon puis faites une longue sieste sous le chaud soleil de Californie. Vous pouvez imaginer ce dont ils rêvaient.

Image du domaine public.


Références:

Cet article a été publié pour la première fois en juillet 2016. Nous le republions aujourd'hui, car il est si bon.


Mots clés: Elon Musk, histoire, Silicon Valley, Tesla


A propos de l'auteur

Steve Bakker est un enseignant, un écrivain et un technologue semi-retraité qui tente actuellement de remédier à son ignorance quant au fonctionnement des voitures électriques.



Maximus