Apple

Apple MacBook Pro Core i7 13 pouces 2,7 GHz: le test complet

Par Maximus , le 27 juin 2019 - 12 minutes de lecture

Le diable est dans les détails. Toujours. Ils sont également deux à dessiner les forces et les faiblesses de ce MacBook Pro 13 pouces vintage 2018. Le premier est un … premier. Apple présente un processeur à quatre cœurs de la dernière génération dans son ultraportable. Le coup de fouet obtenu, correctifs associés distribués depuis la commercialisation de la machine, s'élève haut. Notre modèle de test est également renforcé, puisqu'il bénéficie du Core i7 à 2,7 GHz, présenté en option, et de 16 Go, où il ne reste que 8 Go par défaut.
Le deuxième détail est sa faiblesse. L’obstination d’Apple à ne pas fournir une puce graphique digne de ce nom dans tout son portable estampillé Pro. Le 13 pouces a les limites du chipset intégré dans le processeur principal. Jusqu'où cela nous mène-t-il? Assez loin ? Et puis, le eGPU a introduit la machine de sauvetage léger tient sa promesse? Faire oublier ses défauts? Enfin, le modèle 13 pouces de 2018 échappe à la malédiction qui le place à la périphérie du pro, entre machine traditionnelle surdimensionnée et PC pro qui manque de souffle? C’est l’ensemble des questions posées par le MacBook Pro 13 pouces de cette année. Essayons d'y répondre.

Le inchangé qui change un peu

Essayons de ne pas perdre de temps avec la conception. Il est identique à celui des deux générations précédentes. Solide, parfaitement fini, durable et mince au point d’embarquer seulement quatre prises Thunderbolt 3 au format USB-C. Abandonnez tout espoir de voir un lecteur de carte SD ou un USB-A réapparaître dans ces régions. La bonne nouvelle est toutefois que les quatre ports sont désormais en mesure de fournir la meilleure vitesse. Pas besoin de choisir où brancher quoi.

Ensuite, le clavier reste identique en apparence, mais utilisez-le pendant quelques secondes et vous ressentirez immédiatement ce qui a changé. Le trait des touches est toujours aussi ferme et court, mais il est également adouci. C’est à la membrane protectrice qui sous-tend le clavier que nous devons cet agréable changement. Non seulement le tir est plus doux, mais il est également plus silencieux. Pas bête, plus discret.

Ne parlons pas du trackpad qui reste la meilleure alternative à l’écran tactile, dans un monde où cette technologie est réservée aux appareils iOS. La Touch Bar mérite cependant qu’elle s’arrête quelques secondes. Si seulement dire que nous ne savons toujours pas quoi penser. Faites une révolution ou essayez d’inventer les touches de fonction classiques, c’est difficile à dire. Touch Bar génial pour un moment, enragé le prochain. Le plus objectivement possible, il manque un peu de retour haptique, un peu de fluidité ou d'anticipation d'utilisation et peut-être aussi habituel de notre part.

Le fait que cette barre interactive gagne la technologie True Tone est évidemment une bonne nouvelle, cela signifie un peu plus de confort, mais c’est tout, c’est tout.

Cherche T2, dans un quartier sécurisé

La barre tactile est également livrée et l'un de ses points forts, le bouton Touch ID, permet d'identifier rapidement et efficacement votre empreinte digitale plutôt que votre mot de passe. Pour que tout soit sécurisé, Apple glisse sa puce T2 sous le capot. Il gère une multitude d'éléments. C’est elle qui veille à ce que la phase de démarrage du MacBook Pro ne soit pas altérée par une éventuelle attaque. Vous pouvez également modifier le degré de sécurité en appuyant sur les touches CMD R au démarrage. Il est donc possible de choisir d'activer le démarrage à partir de supports externes ou d'opter pour trois niveaux de sécurité au démarrage, maximum, normal ou aucun. Le premier ne peut démarrer qu’un système signé par Apple et valide à l’heure T, le second peut éventuellement essayer d’anciennes versions de macOS, le dernier, enfin, équivaut à une barre ouverte, faites ce que vous voulez et tant pis pour la sécurité.

La puce T2 ouvre également la porte à la fonction Siri Dis. A vous l'invocation de l'assistant d'Apple grâce à ce sésame. Par expérience, il nous est apparu comme une nouveauté à double tranchant. C'est à la fois une forme de commodité renforcée – pas besoin d'activer un raccourci, même si ce n'était pas très restrictif – et une source de gêne supplémentaire. Whisper Dis Siri sur son Mac peut également être une occasion de réveiller son iPhone, son iPad ou sa montre … à vous de voir si vous voulez que Siri vous aide sur Mac. Nous admettons nous en passer.

Une pile de technologies rien que pour vos yeux

Depuis 2012 et l'introduction des premières dalles Retina sur Mac, Apple continue de creuser son chemin, loin des écrans OLED, que certains tentent ou ont essayé d'intégrer dans les ordinateurs portables. La société Tim Cook est parfaite pour fournir des dalles ACL lumineuses (495 cd / m2), suffisamment pour travailler à l’extérieur à l’air libre, avec un joli contraste (1398: 1) et une gamme de couleurs impressionnantes. La technologie P3 garantit une large gamme de couleurs et une grande fidélité des couleurs. Cette année, Apple ajoute la technologie True Tone, déjà croisée dans l'iPad Pro. Il permet d'adapter la température de couleur à l'écran en fonction de la lumière ambiante.

Il en résulte essentiellement un confort visuel accru, notamment en réduisant les reflets. Il peut également être utile dans certains cas, notamment de travailler sur l’ajustement colorimétrique des plans en développement, bien évidemment jusqu’au tirage au sort. Quel appel pour les photographes professionnels, si on en croit Daniel Beltra, que nous avons eu l'occasion de nous rencontrer en juillet dernier à New York.

Stockage encore plus rapide

Mais l'écran n'est pas le seul aspect que Apple affine pour retenir l'attention des utilisateurs professionnels. Depuis l’introduction du design actuel, le MacBook Pro dispose d’un stockage flash rapide. Surtout depuis qu'il progresse d'itération en itération. Que les débits binaires de pointe soient maintenus ou lors de mesures de lecture séquentielle ou aléatoire, le stockage de l'édition 2018 est meilleur que son prédécesseur. Très. Lire le tableau ci-dessous devrait suffire à convaincre.

Les modules de ce MacBook Pro coïncident étroitement avec ceux du MacBook Pro 15 pouces 2018, ce qui en dit long. Ils dépassent régulièrement 3 Go / s en lecture et s'approchent très souvent de 2,8 Go / s en écriture. Si quelque chose vous ralentit avec cette machine, ce n’est certainement pas du stockage.

Quatre coeurs battent fort

Passons au plat principal. Pour la première fois, un processeur Intel à quatre cœurs intègre un MacBook Pro 13 pouces. Le gain de performance est indéniable – et il se manifeste parfois aussi par la tendance de la machine à ventiler plus rapidement.
Un outil de test tel que Geekbench, qui évalue les performances globales tout en plaçant le processeur au centre de l’attention, attribue un score impressionnant à ce MacBook Pro 13 pouces. Si nous le comparons à son équivalent, que nous avons testé en 2017, il affiche un score multi-core presque deux fois plus élevé. Ce n'est plus un pas en avant, c'est un énorme bond en avant.

Si nous nous tournons vers Cinebench pour évaluer ce que le Core i7 a dans l’estomac, nous constatons que cette mesure impressionnante est multipliée par deux. Lorsque nous effectuons des tests plus proches d'utilisations réelles et quotidiennes, nous constatons toujours une réelle augmentation des performances. Par petites touches parfois, il y a un peu plus de 15% d'amélioration dans notre routine Final Cut avec un fichier 4K lourd. Nous atteignons un petit 20% de mieux avec Photoshop. En bref, ce MacBook a de quoi tenir la charge …

Une mauvaise puce graphique

Sauf pour la partie graphique. Apple continue de réserver des puces graphiques dédiées à MacBook Pro 15 pouces. Un choix qui se comprend dans la constitution d'une gamme mais qui nuit à la polyvalence de ce 13 pouces ultraportable. Bien sûr, le chipset Intel fait la blague pour les jeux non professionnels ou vidéo de la vie quotidienne mais, passé ce cap, il s’agit de la Berezina.

Oui, le MacBook Pro 2018 13 pouces est un peu plus puissant que son prédécesseur dans ce domaine. Cependant, sa performance dans nos tests graphiques, la disqualification à de nombreuses fins: grands rendus 3D, jeux vidéo un peu exigeants, etc. En 1440×900, sa définition par défaut, nous n’avions que 19 images par seconde pour obtenir un bon rendu dans les yeux. dans La montée du tombeur, un jeu qui commence à ne plus être jeune.

Avec l'outil de test Unigine Heaven, le résultat n’est pas glorieux et nous devons adopter le réglage le moins exigeant de cette procédure automatisée pour afficher un nombre d’images par seconde ne correspondant pas au diaporama. C'est un peu court, jeune homme …

Une roue de secours …

C’est pourquoi Apple propose sa solution miracle, l’eGPU. Un processeur graphique externe qui se connecte à l'ordinateur via l'un des ports Thunderbolt 3. En théorie, cette approche vaut à elle seule le passage en vigueur à ces nouveaux ports.

En pratique, nous avons eu l’occasion de tester le package BlackMagic Design co-développé avec Apple. À l'intérieur, il y a une carte graphique et une seule, et il s'agit d'une carte AMD Radeon Pro 580. À l'époque, rêvait de tirer parti de l'avantage des puces Nvidia pour le moment. De plus, les cartes de concepteurs de GPU de Santa Clara ne sont pas officiellement prises en charge par macOS et les eGPU.

Quoi qu'il en soit, lorsque vous branchez l'appareil BlackMagic, nous constatons un réel gain de performances. En fait, le MacBook Pro 13 pouces a une puissance supérieure à celle du MacBook Pro 15 pouces. Un résultat logique, car il est uniquement équipé d’une Radeon Pro 560X.

La démonstration serait donc que l'eGPU est un bon moyen pour ceux qui ont besoin de la mobilité d'un modèle 13 pouces et ont besoin d'un peu de puissance graphique?
La réponse est oui, mais sous plusieurs conditions. D'un côté, avoir les moyens d'ajouter 700 euros sur la table … Vu le prix d'un MacBook Pro 13 pouces (et surtout celui que nous avons testé), cela semble un peu exagéré. Par ailleurs, il faut bien admettre que si le démarrage d’une boîte eGPU est enfantin, le nombre d’applications permettant de réellement en tirer parti pour le moment est encore réduit.
Ainsi, dans After Effects, les paramètres nous indiquent que le logiciel attend qu'une puce CUDA (donc Nvidia) accélère le rendu. Dans la plupart des cas, il connectera un écran externe à son eGPU pour voir la magie opérer … En bref, tout n'est pas encore parfait. Avec macOS High Sierra au moins, parce que Mojave sera mieux préparé et obligera en particulier une application à utiliser le processeur graphique externe. Attendons de voir si ce potentiel tient ses promesses.

L'autonomie, la très bonne surprise

Enfin, voyons l’autonomie de ce nouveau MacBook Pro. Même s'il arrive encore parfois de mauvaises surprises ou de légères déceptions, à cause de cette stagnation ou de cette légère réduction de l'autonomie du Mac, cette édition est incroyablement durable. Notre test vidéo lui donne 8h55 contre 6h55 pour la génération précédente. Un très beau progrès.

Mais ce n’est rien comparé à l’autonomie polyvalente, qui reprend et simule intensément de nombreux usages quotidiens. Dans ce cas, le Macbook Pro 2018 n'est pas loin de doubler son résultat. Avec 14h24, il prend également la tête de notre classement des autonomies pour les ordinateurs portables. C'est une très bonne surprise.

Maximus