Apple, l'Amérique et une classe moyenne pressée

Apple est devenue l'une des sociétés les plus connues, les plus admirées et les plus imitées du monde, en partie grâce à une maîtrise sans faille des opérations mondiales. L’an dernier, il a généré plus de 400 000 dollars de profit par employé, soit plus de Goldman Sachs, Exxon Mobil ou Google.

Cependant, ce qui a contrarié M. Obama, ainsi que les économistes et les décideurs, est qu'Apple – et nombre de ses pairs du secteur des technologies de pointe – n'est pas aussi impatient de créer des emplois aux États-Unis que d'autres entreprises célèbres.

Apple emploie 43 000 personnes aux États-Unis et 20 000 à l'étranger, une petite fraction des plus de 400 000 travailleurs américains à General Motors dans les années 1950, ou les centaines de milliers à General Electric Dans les années 1980. Beaucoup plus de personnes travaillent pour les sous-traitants d’Apple: 700 000 personnes supplémentaires conçoivent, construisent et assemblent des iPad, des iPhones et d’autres produits Apple. Mais presque aucun d'entre eux ne travaille aux États-Unis. Au lieu de cela, ils travaillent pour des entreprises étrangères Asie, L'Europe  et ailleurs, dans des usines sur lesquelles presque tous les concepteurs en électronique ont recours pour fabriquer leurs produits.

"Apple est un exemple de la raison pour laquelle il est si difficile de créer des emplois de classe moyenne aux États-Unis maintenant", a déclaré Jared Bernsteinqui, jusqu’à l’année dernière, était conseiller économique auprès de la Maison-Blanche.

"Si c’est le summum du capitalisme, nous devrions nous inquiéter."

Les dirigeants d’Apple disent que leur seule option est de partir à l’étranger. Un ancien dirigeant a expliqué comment la société s’est appuyée sur une usine chinoise pour iPhone la fabrication juste quelques semaines avant la date de mise en service de l'appareil. Apple a repensé l’écran de l’iPhone à la dernière minute, imposant une refonte de la chaîne de montage. De nouveaux écrans ont commencé à arriver à l'usine vers minuit.

Un responsable a immédiatement incité 8 000 travailleurs à s’installer dans les dortoirs de l’entreprise, selon le responsable. Chaque employé a reçu un biscuit et une tasse de thé, a été guidé vers un poste de travail et, au bout d’une demi-heure, a démarré un quart de travail de 12 heures permettant de placer des écrans de verre dans des cadres biseautés. En 96 heures, l’usine produisait plus de 10 000 iPhones par jour.

"La vitesse et la flexibilité sont à couper le souffle", a déclaré l'exécutif. "Aucune usine américaine ne peut égaler cela."

Des histoires similaires pourraient être racontées à propos de presque toutes les entreprises de produits électroniques – et la sous-traitance est également devenue courante dans des centaines de secteurs, notamment la comptabilité, les services juridiques, les banques, la construction automobile et médicaments.

Mais si Apple est loin d’être la seule, cela permet de comprendre pourquoi le succès de certaines entreprises de premier plan ne s’est pas traduit par un grand nombre d’emplois sur le marché intérieur. De plus, les décisions de la société soulèvent des questions plus vastes sur ce que les grandes entreprises américaines doivent aux Américains alors que les économies mondiales et nationales sont de plus en plus imbriquées.

«Les entreprises ont déjà ressenti l’obligation de soutenir les travailleurs américains, même lorsque ce n’était pas le meilleur choix financier», a déclaré Betsey Stevenson, économiste en chef au Département du travail jusqu’en septembre dernier. «C’est disparu. Les bénéfices et l'efficacité ont battu la générosité. "

Les entreprises et d’autres économistes disent que cette notion est naïve. Bien que les Américains comptent parmi les travailleurs les plus éduqués du monde, le pays a cessé de former suffisamment de personnes aux compétences de niveau moyen requises par les usines, ont déclaré les dirigeants.

Pour prospérer, les entreprises affirment qu’elles doivent déplacer les travaux de manière à générer suffisamment de profits pour continuer à payer pour l’innovation. Sinon, vous risquez de perdre encore plus d'emplois américains avec le temps, comme en témoignent les légions de fabricants nationaux autrefois fiers, y compris G.M. et d’autres – qui se sont réduits au fur et à mesure de l’émergence de concurrents agiles.

Apple a reçu de nombreux résumés de Le New York TimesRapport de cet article, mais la société, qui a une réputation de secret, a refusé de commenter.

Cet article est basé sur des entretiens avec plus de trois douzaines d'employés et de sous-traitants Apple actuels et anciens – dont beaucoup ont requis l'anonymat pour protéger leur emploi – ainsi que d'économistes, d'experts en fabrication, de spécialistes du commerce international, de spécialistes en technologie, de chercheurs universitaires et d'employés d'Apple. fournisseurs, concurrents et entreprises partenaires, ainsi que des représentants du gouvernement.

En privé, les dirigeants d’Apple disent que le monde est devenu un endroit tellement changé qu’il est erroné de mesurer la contribution d’une entreprise simplement en comptant ses employés – bien qu’ils notent que Apple emploie plus de travailleurs que jamais auparavant aux États-Unis.

Selon eux, le succès d’Apple a profité à l’économie en responsabilisant les entrepreneurs et en créant des emplois dans des sociétés telles que les fournisseurs de services de téléphonie mobile et les entreprises proposant des produits Apple. Et, finalement, ils disent que guérir le chômage n'est pas leur travail.

"Nous vendons des iPhones dans plus de cent pays", a déclaré un dirigeant actuel d'Apple. «Nous n’avons pas l’obligation de résoudre les problèmes des États-Unis. Notre seule obligation est de rendre le meilleur produit possible. "

"Je veux un écran de verre"

En 2007, un peu plus d'un mois avant la sortie prévue de l'iPhone dans les magasins, M. Jobs a fait signe à une poignée de lieutenants de se rendre dans un bureau. Depuis des semaines, il transportait un prototype de l'appareil dans sa poche.

M. Jobs a brandi son iPhone avec colère, l'inclinant de sorte que tout le monde puisse voir les dizaines de petites rayures sur son écran en plastique, selon une personne ayant assisté à la réunion. Il a ensuite retiré ses clés de son jean.

Les gens porteront ce téléphone dans leur poche, a-t-il déclaré. Les gens portent aussi leurs clés dans leur poche. «Je ne vendrai pas un produit éraflé», a-t-il déclaré avec acharnement. La seule solution consistait à utiliser à la place un verre incassable. "Je veux un écran de verre et je le veux parfait dans six semaines."

Après qu'un membre de la direction eut quitté la réunion, il avait réservé un vol pour Shenzhen, Chine. Si M. Jobs voulait parfait, il n'y avait nulle part où aller.

Depuis plus de deux ans, la société travaillait sur un projet – nommé Purple 2 – qui posait les mêmes questions à chaque tournant: comment réinventez-vous complètement le téléphone portable? Et comment le concevez-vous avec la plus haute qualité – avec un écran incassable, par exemple – tout en veillant à ce que des millions de personnes puissent être fabriquées rapidement et à peu de frais pour générer un bénéfice significatif?

Photo

Une ligne de production dans la ville de Foxconn à Shenzhen, en Chine. L'iPhone est assemblé dans cette vaste installation qui compte 230 000 employés, dont beaucoup travaillent jusqu'à 12 heures par jour, six jours par semaine.

Crédit
Thomas Lee / Bloomberg Nouvelles

Les réponses, presque chaque fois, ont été trouvées en dehors des États-Unis. Bien que les composants diffèrent d'une version à l'autre, tous les iPhones contiennent des centaines de pièces, dont 90% sont fabriquées à l'étranger. Semi-conducteurs avancés sont venus de Allemagne et Taïwan, mémoire de Corée et Japon, des panneaux d’affichage et des circuits de Corée et de Taïwan, des jeux de puces d’Europe et des métaux rares Afrique et en Asie. Et tout cela est assemblé en Chine.

À ses débuts, Apple ne cherchait généralement pas des solutions de fabrication au-delà de sa propre arrière-plan. Quelques années après que Apple ait commencé à construire le Macintosh en 1983, par exemple, M. Jobs s'est vanté du fait que c'était «une machine fabriquée en Amérique». En 1990, alors que M. Jobs exécutait NeXT, qui a finalement été acheté par Apple, L’exécutif a déclaré à un journaliste: «Je suis aussi fier de l’usine que de l’ordinateur.» En 2002, les dirigeants d’Apple se rendaient parfois à deux heures au nord-est de leur siège pour se rendre à la société. iMac Usine à Elk Grove, en Californie.

Mais en 2004, Apple s'était largement tourné vers la fabrication à l'étranger. Cette décision a été guidée par l’expert des opérations d’Apple, Timothy D. Cook, qui a remplacé M. Jobs au poste de directeur général en août dernier, six semaines avant le décès de ce dernier. La plupart des autres fabricants américains de produits électroniques étaient déjà partis à l'étranger et Apple, qui à cette époque avait des difficultés, avait le sentiment qu'il devait saisir tous les avantages.

L'Asie était en partie attrayante parce que les travailleurs semi-qualifiés y étaient moins chers. Mais cela ne conduisait pas Apple. Pour les entreprises de technologie, le coût de la main-d'œuvre est minime par rapport aux dépenses liées à l'achat de pièces et à la gestion de chaînes d'approvisionnement regroupant des composants et des services fournis par des centaines d'entreprises.

Pour M. Cook, l'accent mis sur l'Asie "se résumait à deux choses", a déclaré un ancien cadre dirigeant d'Apple. Les usines en Asie "peuvent monter et descendre plus rapidement" et "les chaînes d'approvisionnement asiatiques ont dépassé ce qui se trouve aux États-Unis". Le résultat est que "nous ne pouvons pas rivaliser à ce stade", a déclaré l'exécutif.

L'impact de ces avantages est devenu évident dès que M. Jobs a demandé des écrans de verre en 2007.

Pendant des années, les fabricants de téléphones cellulaires avaient évité d'utiliser le verre, car il nécessitait une précision de coupe et de meulage extrêmement difficile à obtenir. Apple avait déjà choisi une société américaine, Corning Inc., pour la fabrication de grandes vitres en verre renforcé. Mais pour comprendre comment couper ces vitres en millions d’écrans pour iPhone, il fallait trouver un atelier de découpe vide, des centaines de morceaux de verre à utiliser dans des expériences et une armée d’ingénieurs de niveau moyen. Cela coûterait une fortune simplement pour se préparer.

Puis une offre pour le travail est arrivée d'une usine chinoise.

Lors de la visite d’une équipe Apple, les propriétaires de l’usine chinoise construisaient déjà une nouvelle aile. «C’est au cas où vous nous donneriez le contrat», a déclaré le responsable, selon un ancien dirigeant d’Apple. Le gouvernement chinois a accepté de couvrir les coûts de nombreuses industries, et ces subventions ont été transférées à l’usine de taille de verre. Apple disposait gratuitement d'un entrepôt rempli d'échantillons de verre. Les propriétaires ont mis à disposition des ingénieurs presque sans frais. Ils avaient construit des dortoirs sur place afin que les employés soient disponibles 24 heures sur 24.

L'usine chinoise a obtenu le travail.

"Toute la chaîne logistique se trouve en Chine", a déclaré un autre ancien dirigeant d'Apple. «Vous avez besoin de mille joints en caoutchouc? C’est l’usine voisine. Vous avez besoin d'un million de vis? Cette usine est à un pâté de maison. Vous avez besoin que cette vis soit un peu différente? Cela prendra trois heures.

Dans Foxconn Ville

Un trajet de huit heures en voiture depuis cette verrerie est un complexe, appelé officieusement Foxconn City, où l’iPhone est assemblé. Pour les dirigeants d’Apple, Foxconn City était une preuve supplémentaire que la Chine pouvait offrir aux travailleurs – et à la diligence – des performances supérieures à celles de leurs homologues américains.

C’est parce que rien ne ressemble à Foxconn City aux États-Unis.

L’usine emploie 230 000 personnes, dont beaucoup travaillent six jours par semaine et passent souvent jusqu’à 12 heures par jour à l’usine. Plus du quart de la population active de Foxconn vit dans des casernes et de nombreux travailleurs gagnent moins de 17 dollars par jour. Lorsque l'un des dirigeants d'Apple est arrivé lors d'un changement d'équipe, sa voiture s'est retrouvée coincée dans une rivière d'employés. "L'échelle est inimaginable", a-t-il déclaré.

Foxconn emploie près de 300 gardes pour diriger le trafic piétonnier afin que les travailleurs ne soient pas écrasés par les goulets d'étranglement des portes. La cuisine centrale de l’installation prépare en moyenne trois tonnes de porc et 13 tonnes de riz par jour. Alors que les usines sont impeccables, l’air à l’intérieur des salons de thé à proximité est embué par la fumée et la puanteur de cigarettes.

Foxconn Technology possède des dizaines d’installations en Asie et en Europe de l’Est, et Mexique et Brésilet rassemble environ 40% de l’électronique grand public dans le monde pour des clients comme Amazon, Dell, Hewlett-Packard, Motorola, Nintendo, Nokia, Samsung et Sony.

"Ils pourraient embaucher 3 000 personnes en une nuit", a déclaré Jennifer Rigoni, directrice de la demande d’approvisionnement d’Apple jusqu’en 2010, mais elle a refusé de discuter des détails de son travail. "Quelle usine américaine peut trouver 3 000 personnes en une nuit et les convaincre de vivre dans des dortoirs?"

À la mi-2007, après un mois d’expérimentation, les ingénieurs d’Apple ont finalement mis au point une méthode permettant de couper le verre renforcé afin qu’il puisse être utilisé sur l’écran de l’iPhone. Les premiers camions de verre taillé sont arrivés à Foxconn City en pleine nuit, selon l'ancien dirigeant d'Apple. C’est à ce moment que les responsables ont réveillé des milliers de travailleurs qui se sont glissés dans leurs uniformes – chemises blanches et noires pour hommes, rouges pour femmes – et se sont rapidement alignés pour assembler les téléphones à la main. En trois mois, Apple avait vendu un million d'iPhones. Depuis lors, Foxconn a rassemblé plus de 200 millions d’autres.

Foxconn, dans des déclarations, a refusé de parler de clients spécifiques.

«Tout travailleur recruté par notre entreprise est couvert par un contrat clair énonçant les termes et conditions et par la loi du gouvernement chinois qui protège leurs droits», a écrit la société. Foxconn "prend très au sérieux sa responsabilité vis-à-vis de ses employés et nous travaillons fort pour offrir à plus d'un million d'employés un environnement sûr et positif."

La société a contesté certains détails du compte de l'ancien dirigeant d'Apple et a écrit qu'un poste de minuit, tel que celui décrit, était impossible «car nous appliquons des règles strictes concernant les heures de travail de nos employés en fonction de leurs horaires désignés et que chaque employé a Des cartes de pointage informatisées qui les empêcheraient de travailler dans n'importe quelle installation à un moment autre que leur quart approuvé. »La société a déclaré que tous les postes commençaient à 7 heures ou à 19 heures et que les employés étaient informés au moins 12 heures à l'avance de tout changement d'horaire. .

Les employés de Foxconn, au cours d'entretiens, ont contesté ces affirmations.

Un autre avantage essentiel pour Apple était que la Chine fournissait des ingénieurs à une échelle inégalée par les États-Unis. Les dirigeants d’Apple avaient estimé qu’il fallait environ 8 700 ingénieurs industriels pour superviser et guider les 200 000 ouvriers de la chaîne de montage qui participeraient éventuellement à la fabrication d’iPhones. Les analystes de la société avaient prévu qu'il faudrait jusqu'à neuf mois pour trouver autant d'ingénieurs qualifiés aux États-Unis.

En Chine, cela a pris 15 jours.

Des entreprises comme Apple «affirment que le défi de la mise en place d’usines américaines est de trouver une main-d’œuvre technique», a déclaré Martin Schmidt, vice-principal exécutif adjoint du Massachusetts Institute of Technology. En particulier, les entreprises affirment avoir besoin d’ingénieurs ayant plus que des études secondaires, mais pas nécessairement un baccalauréat. Les Américains de ce niveau de compétence sont difficiles à trouver, soutiennent les dirigeants. "Ce sont de bons emplois, mais le pays n’en a pas assez pour nourrir la demande", a déclaré M. Schmidt.

Certains aspects de l'iPhone sont uniquement américains. Le logiciel de l’appareil, par exemple, et ses campagnes marketing novatrices ont été en grande partie créés aux États-Unis. Apple a récemment construit un centre de données de 500 millions de dollars en Caroline du Nord. Les semi-conducteurs cruciaux à l'intérieur des iPhone 4 et 4S sont fabriqués dans un Austin, Tex., Usine de Samsung, de Corée du Sud.

Mais même ces installations ne sont pas des sources énormes d’emplois. Le centre Apple en Caroline du Nord, par exemple, ne compte que 100 employés à temps plein. L'usine de Samsung emploie environ 2 400 personnes.

"Si vous passez d'un million de téléphones à 30 millions, vous n'avez pas vraiment besoin de plus de programmeurs", a déclaré Jean-Louis Gassée, qui a supervisé le développement et le marketing des produits pour Apple jusqu'à son départ en 1990. "Toutes ces nouvelles entreprises – Facebook, Google, Gazouillement – Profitez de cela. Ils grandissent, mais ils n’ont pas vraiment besoin d’embaucher beaucoup.

Il est difficile d'estimer combien il en coûterait de construire des iPhones aux États-Unis. Cependant, divers universitaires et analystes du secteur manufacturier estiment que, la main-d’œuvre étant une très petite partie de la fabrication de technologies, le paiement de salaires américains ajouterait 65 dollars aux dépenses de chaque iPhone. Comme les bénéfices d’Apple sont souvent de plusieurs centaines de dollars par téléphone, la construction sur le marché intérieur donnerait en théorie une bonne récompense à la société.

Mais de tels calculs sont, à bien des égards, dénués de sens, car la construction de l'iPhone aux États-Unis exigerait bien plus que l'embauche d'américains: il faudrait transformer les économies nationale et mondiale. Les dirigeants d’Apple estiment qu’il n’ya tout simplement pas assez de travailleurs américains possédant les compétences requises par la société ou d’usines suffisamment rapides et flexibles. D'autres sociétés qui travaillent avec Apple, comme Corning, disent également qu'elles doivent aller à l'étranger.

La fabrication de verre pour iPhone a relancé une usine de Corning à Kentucky, et aujourd’hui, une grande partie du verre des iPhones est toujours fabriquée là-bas. Après le succès de l’iPhone, Corning a reçu une avalanche de commandes d’autres sociétés dans l’espoir d’imiter les conceptions d’Apple. Ses ventes de verre renforcé ont atteint plus de 700 millions de dollars par an et il a embauché ou a continué d'employer environ 1 000 Américains pour soutenir le marché émergent.

Mais à mesure que ce marché s’est développé, la majeure partie de la fabrication de verre renforcé de Corning s’est déroulée dans des usines au Japon et à Taiwan.

"Nos clients sont à Taiwan, en Corée, au Japon et en Chine", a déclaré James B. Flaws, vice-président et directeur financier de Corning. «Nous pourrions fabriquer le verre ici, puis l'expédier par bateau, mais cela prend 35 jours. Nous pourrions aussi l’envoyer par avion, mais c’est 10 fois plus cher. Nous construisons donc nos usines de verre à côté des usines de montage, et celles-ci sont situées à l'étranger. ”

Corning a été fondée en Amérique il y a 161 ans et son siège se trouve toujours dans le nord de l'État de New York. Théoriquement, la société pourrait fabriquer tout son verre au pays. Mais cela "nécessiterait une refonte totale de la structure de l'industrie", a déclaré M. Flaws. «Le secteur de l'électronique grand public est devenu une entreprise asiatique. En tant qu’Américain, cela m’inquiète, mais je ne peux rien faire pour l’arrêter. L’Asie est devenue ce que les États-Unis ont été au cours des 40 dernières années ».

Emplois de classe moyenne s'estompent

La première fois que Eric Saragoza est entré dans l’usine d’Apple à Elk Grove, en Californie, il a eu l’impression de pénétrer dans un pays des merveilles de l’ingénierie.

Photo

En Chine, Lina Lin est chef de projet chez PCH International, qui passe un contrat avec Apple. «Il y a beaucoup d'emplois», a-t-elle déclaré. "Surtout à Shenzhen."

Crédit
Thomas Lee pour le New York Times

C'était en 1995, et l'installation près de Sacramento employé plus de 1500 travailleurs. Il s’agissait d’un kaléidoscope de bras robotisés, de courroies transporteuses transportant des cartes de circuits imprimés et, éventuellement, d’iMac couleur bonbon à divers stades d’assemblage. M. Saragoza, un ingénieur, a rapidement gravi les échelons de l’usine et s’est joint à une équipe de diagnostic de haut niveau. Son salaire a grimpé à 50 000 $. Lui et sa femme ont eu trois enfants. Ils ont acheté une maison avec une piscine.

«C'était comme si, finalement, l'école payait», a-t-il déclaré. «Je savais que le monde avait besoin de personnes capables de construire des choses."

Dans le même temps, toutefois, l’industrie électronique était en pleine mutation et Apple, avec des produits dont la popularité déclinait, avait du mal à se refaire. L'un des objectifs était l'amélioration de la fabrication. Quelques années après que M. Saragoza ait commencé à occuper son poste, ses chefs ont expliqué comment l’usine californienne se dressait face à des usines étrangères: la construction d’un ordinateur à 1 500 dollars à Elk Grove coûtait 22 dollars par machine. Dans Singapour, c’était 6 $. À Taïwan, 4,85 $. Les salaires ne sont pas la principale raison des disparités. Il s’agissait plutôt de coûts tels que les stocks et le temps qu’il a fallu aux travailleurs pour terminer une tâche.

«On nous avait dit que nous devions faire 12 heures par jour et venir le samedi», a déclaré M. Saragoza. «J'ai eu une famille. Je voulais voir mes enfants jouer au football. "

La modernisation a toujours provoqué le changement ou la disparition de certains types d’emplois. Alors que l’économie américaine passait de l’agriculture à la fabrication puis à d’autres industries, les agriculteurs sont devenus métallos, puis vendeurs et cadres intermédiaires. Ces changements ont eu de nombreux avantages économiques et, en général, à chaque progression, même les travailleurs non qualifiés ont bénéficié de meilleurs salaires et de meilleures chances de mobilité.

Mais au cours des deux dernières décennies, quelque chose de plus fondamental a changé, selon les économistes. Les emplois de sages-femmes ont commencé à disparaître. En particulier chez les Américains sans diplôme universitaire, les nouveaux emplois d’aujourd’hui se situent de manière disproportionnée dans les services – restaurants, centres d’appels, personnel hospitalier ou travailleurs temporaires – offrant moins de possibilités d’atteindre la classe moyenne.

Même M. Saragoza, avec son diplôme universitaire, était vulnérable à ces tendances. Tout d’abord, certaines des tâches de routine d’Elk Grove ont été confiées à l’étranger. Cela ne dérangeait pas M. Saragoza. Ensuite, la robotique qui a fait d’Apple un terrain de jeu futuriste a permis aux cadres de remplacer les travailleurs par des machines. Certains ingénieurs de diagnostic se sont rendus à Singapour. Les cadres moyens chargés de superviser les stocks de l’usine ont été licenciés, car il ne restait plus que quelques personnes disposant de connexions Internet.

M. Saragoza était trop cher pour un poste non qualifié. Il était également insuffisamment accrédité pour la haute direction. Il a été appelé dans un petit bureau en 2002 après un poste de nuit, mis à pied puis escorté de l'usine. Il a enseigné au lycée pendant un moment, puis a tenté de revenir à la technologie. Mais Apple, qui avait contribué à qualifier la région de «Silicon Valley North», avait déjà converti une grande partie de l’usine d’Elk Grove en un centre d’appels AppleCare, où les nouveaux employés gagnent souvent 12 dollars de l’heure.

Il y avait des perspectives d'emploi dans la Silicon Valley, mais aucune d'entre elles n'a échoué. "Ce qu'ils veulent vraiment, ce sont des jeunes de 30 ans sans enfants", a déclaré M. Saragoza, aujourd'hui âgé de 48 ans, et dont la famille compte désormais cinq personnes.

Après avoir cherché du travail pendant quelques mois, il a commencé à se sentir désespéré. Même les emplois d'enseignant étaient taris. Il a donc pris un poste dans une agence de travail dans le secteur de l'électronique, engagée par Apple, pour vérifier les iPhone et iPad restitués avant leur renvoi aux clients. Chaque jour, M. Saragoza se rendait dans l'immeuble où il avait déjà travaillé en tant qu'ingénieur. Pour 10 dollars de l'heure, sans aucun avantage, effacez des milliers d'écrans de verre et testez les ports audio en branchant des écouteurs.

Paydays pour Apple

Au fur et à mesure que les activités et les ventes d’Apple se sont développées à l’étranger, ses principaux employés ont prospéré. L’exercice précédent, les revenus d’Apple ont atteint 108 milliards de dollars, soit un montant supérieur aux budgets combinés de Michigan, New Jersey et Massachusetts. Depuis 2005, année de la scission des actions de la société, le prix des actions est passé d’environ 45 dollars à plus de 427 dollars.

Une partie de cette richesse est allée aux actionnaires. Apple est parmi les plus largement détenus les stockset la hausse du cours de l'action a profité à des millions d'investisseurs individuels, 401 (k) et régimes de retraite. La prime a également enrichi les travailleurs d’Apple. L’année dernière, outre leurs salaires, les employés et les administrateurs d’Apple ont reçu 2 milliards de dollars d’actions, ainsi que des actions et options acquises ou acquises, pour un montant supplémentaire de 1,4 milliard de dollars.

Cependant, les plus grandes récompenses sont souvent allées aux meilleurs employés d’Apple. M. Cook, le chef d’Apple, a reçu l’année dernière attributions d’actions – acquises sur une période de 10 ans – qui, au prix de l’action aujourd’hui, valent 427 millions de dollars et dont le salaire est porté à 1,4 million de dollars. En 2010, les indemnités versées par M. Cook s’élevaient à 59 millions de dollars, d’après les rapports de sécurité d’Apple.

Une personne proche d’Apple a affirmé que la rémunération reçue par les employés d’Apple était juste, en partie parce que la société avait apporté tant de valeur à la nation et au monde. Au fur et à mesure que l'entreprise grandissait, sa main-d'œuvre nationale augmentait, y compris dans le secteur de la fabrication. L’année dernière, les effectifs américains d’Apple ont augmenté de 8 000 personnes.

Alors que d'autres sociétés ont envoyé des centres d'appels à l'étranger, Apple a conservé ses centres aux États-Unis. Une source a estimé que les ventes des produits Apple ont amené d’autres entreprises à embaucher des dizaines de milliers d’Américains. FedEx et United Parcel Servicepar exemple, les deux affirment avoir créé des emplois aux États-Unis à cause du volume d’envois d’Apple, bien qu’aucun d’eux ne fournirait de chiffres précis sans l’autorisation de Apple, ce que la société a refusé de fournir.

"Nous ne devrions pas être critiqués pour avoir utilisé des travailleurs chinois", a déclaré un dirigeant actuel d'Apple. "Les États-Unis ont cessé de produire des personnes avec les compétences dont nous avons besoin."

De plus, selon Apple, la société a créé de nombreux bons emplois américains dans ses magasins de détail et parmi les entrepreneurs vendant des iPhone et iPad applications.

Après deux mois de tests sur iPad, M. Saragoza a démissionné. Le salaire était si bas qu'il s'en sortait mieux, pensa-t-il, passant ces heures à postuler pour un autre emploi. Lors d'une récente soirée d'octobre, alors que M. Saragoza était assis devant son MacBook et a soumis une autre série de curriculum vitae en ligne, une femme est arrivée à son bureau à travers le monde. La travailleuse, Lina Lin, est chef de projet à Shenzhen, en Chine, chez PCH International, qui passe des contrats avec Apple et d’autres sociétés du secteur de l’électronique pour coordonner la production d’accessoires, comme les étuis protégeant les écrans de verre de l’iPad. Elle n’est pas une employée d’Apple. Mais Mme Lin fait partie intégrante de la capacité d’Apple à livrer ses produits.

Mme Lin gagne un peu moins que ce que M. Saragoza a été payé par Apple. Elle parle couramment l'anglais et a appris en regardant la télévision et dans une université chinoise. Elle et son mari versent un quart de leur salaire à la banque tous les mois. Ils vivent dans un appartement de 1 080 pieds carrés, qu'ils partagent avec leurs beaux-parents et leur fils.

"Il y a beaucoup d'emplois", a déclaré Mme Lin. "Surtout à Shenzhen."

Les perdants de l’innovation

L’année dernière, à la fin du dîner de M. Obama avec M. Jobs et d’autres dirigeants de la Silicon Valley, tout le monde se levait, une foule de chercheurs de photos se sont formés autour du président. Une mêlée légèrement plus petite s'est rassemblée autour de M. Jobs. Les rumeurs s'étaient répandues que sa maladie s'était aggravée et certains espéraient pouvoir prendre une photo avec lui, peut-être pour la dernière fois.

Finalement, les orbites des hommes se chevauchent. "Je ne suis pas inquiet pour l'avenir à long terme du pays", a déclaré M. Jobs à M. Obama, selon un observateur. «Ce pays est incroyablement génial. Ce qui me préoccupe, c’est que nous ne parlons pas assez des solutions. "

Au dîner, par exemple, les dirigeants avaient suggéré au gouvernement de réformer les programmes de visas pour aider les entreprises à embaucher des ingénieurs étrangers. Certains avaient exhorté le président à donner aux entreprises un «impôt vacances "afin de pouvoir rapporter des bénéfices à l’étranger qui, selon eux, seraient utilisés pour créer du travail. M. Jobs a même suggéré qu’il serait peut-être un jour possible de localiser une partie de la fabrication qualifiée d’Apple aux États-Unis si le gouvernement aidait à former davantage d’ingénieurs américains.

Les économistes débattent de l'utilité de ces efforts et d'autres et notent qu'une économie en difficulté est parfois transformée par des développements inattendus. La dernière fois que les analystes se sont moqués du chômage prolongé américain, par exemple, au début des années 80, Internet n'existait presque plus. À l'époque, peu de gens auraient pu deviner qu'un diplôme en graphisme était en train de devenir un pari intelligent, alors que la réparation de téléphone était une impasse.

Reste à savoir si les États-Unis seront en mesure de tirer parti des innovations de demain pour créer des millions d’emplois.

Au cours de la dernière décennie, les avancées technologiques dans le solaire et l'énergie éolienne, les technologies de fabrication et d’affichage des semi-conducteurs ont créé des milliers d’emplois. Mais si nombre de ces industries ont démarré aux États-Unis, une grande partie de l’emploi a été réalisé à l’étranger. Les entreprises ont fermé d'importantes installations aux États-Unis pour rouvrir en Chine. En guise d’explication, les dirigeants disent faire concurrence à Apple pour les actionnaires. S'ils ne peuvent rivaliser avec la croissance et les marges bénéficiaires d'Apple, ils ne survivront pas.

«De nouveaux emplois dans la classe moyenne finiront par apparaître», a déclaré Lawrence Katz, économiste à Harvard. «Mais quelqu'un dans la quarantaine aura-t-il les compétences nécessaires? Ou sera-t-il ignoré pour un nouveau diplômé et ne retrouvera jamais son chemin dans la classe moyenne? "

Les hommes d’affaires tels que M. Jobs accélèrent le rythme de l’innovation, selon les dirigeants de divers secteurs. G.M. Il a fallu attendre une demi-décennie entre deux restructurations majeures de l’automobile. En comparaison, Apple a lancé cinq iPhones en quatre ans, doublant ainsi la vitesse et la mémoire des appareils tout en réduisant le prix que paient certains consommateurs.

Avant que M. Obama et M. Jobs ne se séparent, l'exécutif d'Apple a sorti un iPhone de sa poche pour présenter une nouvelle application – un jeu de conduite – avec des graphismes incroyablement détaillés. L’appareil reflétait la douce lueur des lumières de la pièce. Les autres dirigeants, dont la valeur totale dépassait les 69 milliards de dollars, se sont bousculés pour lui donner un coup d'œil par-dessus son épaule. Le jeu, tout le monde était d'accord, était merveilleux.

Il n'y avait même pas une petite rayure sur l'écran.

Correction: le 24 janvier 2012

Un article paru dimanche sur les raisons pour lesquelles les iPhones sont en grande partie produits à l'étranger a omis un passage immédiatement après la deuxième suite, de la page A22 à la page A23, en une édition. Le passage intégral aurait dû se lire comme suit: «Un autre avantage essentiel pour Apple était que la Chine fournissait à ses ingénieurs des ingénieurs à une échelle inégalée par les États-Unis. Les dirigeants d’Apple avaient estimé qu’il fallait environ 8 700 ingénieurs industriels pour superviser et guider les 200 000 ouvriers de la chaîne de montage qui participeraient éventuellement à la fabrication d’iPhones. Les analystes de la société avaient prévu qu'il faudrait jusqu'à neuf mois pour trouver autant d'ingénieurs qualifiés aux États-Unis. "

Continuer la lecture de l'histoire principale

Apple, l'Amérique et une classe moyenne pressée
4.9 (98%) 43 votes
 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.